Yann Couvreur quitte le Prince de Galles et va ouvrir sa pâtisserie

C’était un secret de Polichinelle depuis quelques semaines dans le petit monde de la gastronomie parisienne. Le talentueux chef pâtissier Yann Couvreur, 32 ans, a quitté début juillet les...

yanncouvreur bourgiesC’était un secret de Polichinelle depuis quelques semaines dans le petit monde de la gastronomie parisienne. Le talentueux chef pâtissier Yann Couvreur, 32 ans, a quitté début juillet les cuisines du Prince de Galles. Après un parcours scolaire chaotique et le choix tardif de se lancer dans la pâtisserie, ce fils de commerçants a notamment travaillé à l’Eden Roc (Saint Barthélémy), au Burgundy (Paris 1er) et au Lancaster (8e arr.), établissement où il a eu la chance de faire la rencontre du chef Michel Troisgros qui au su, en quelques mots, lui montrer la voie à suivre. Il a ensuite rejoint les cuisines du Prince de Galles, aux côtés de la chef Stéphanie Le Quellec, « une expérience enrichissante » explique le jeune Parisien.

Désormais, Yann Couvreur se concentre sur « son projet de vie » : l’ouverture prochaine d’une pâtisserie à Paris, avec l’ambition affichée d’en ouvrir d’autres si le succès est au rendez-vous. Avec son équipe, il proposera des gâteaux à emporter et souhaite mettre en place une offre « street food ». Le gâteau sera alors créé sur un espace « comptoir », devant le client, lequel pourra déguster son achat sitôt la porte franchie. Les bec sucrés retrouveront bien évidemment le dessert-signature de Yann Couvreur : le millefeuille.

L’adresse exacte de la pâtisserie et sa date d’ouverture ne sont pas encore connues.

Faviconfondblanc20gFranck Pinay-Rabaroust / © Stéphane de Bourgies


3 Comments on this post.
  • Ferrand
    21 février 2016 at 4:38
    Laisser un commentaire

    Je suis passée hier devant la future pâtisserie de Yann Couvreur et qui se trouve…
    métro Goncourt !! Incroyable, non ? Qui aurait pu imaginer qu’un chef s’installe dans ce quartier arabo-chinois, dans l’arrondissement numéro 1 des logements sociaux ! Paris s’est-il si boboïsé ? Il y a plein de jeunes, d’étudiants, car c’est un quartier proche du 18e, le quartier moins cher de Paris, mais il est vrai que les loyers du 10e se sont envolés ! Moi qui y habite, je n’ai toujours pas compris pourquoi ? L’architecture n’est pas spécialement extraordinaire, peut-être parce que la population est cosmopolite et qu’on y trouve toutes les cuisines et tous les produits du monde ? En tous cas je souhaite bonne chance à Yann, et qu’il ne nous assomme pas trop avec ses prix des Champs Elysées.

  • Omnivore, festival de la cuisine en mouvement – Oui ! Le blog de La Ruche qui dit Oui.
    18 mars 2016 at 6:15
    Laisser un commentaire

    […] (Sébastien Bras, Cyril Lignac, Florent Ladeyn, Adeline Grattard…) ou la « scène Sucré » (Yann Couvreur, Claire Damon, Patrick Roger, Nina Métayer…). Et Omnivore fait aussi la part belle aux breuvages […]

  • Lak Micha
    3 avril 2016 at 6:14
    Laisser un commentaire

    Si Ferrand habite le 10e, elle doit être dans une rue pourrie près de Belleville (antiaptonyme) pour découvrir en 2016 que le 10e est le paradis des bobos (bourgeois bobos et non pas bobos bohème). Un quartier arabe-chinois dans une rue, et dans la rue suivante, celle des intermittents les mieux payés de la capitale ou des consultants, publicitaires et autres start-uppers qui gagnent mieux leur vie que les cadres dynamiques encroutés dans leur 7, 8 ou 17e. Réveil !!! Quant aux loyers, ils sont rares à en savoir le prix car les propriétaires sont nombreux à un prix au m2 affolant, même pour des Parisiens de l’Ouest. Enfin, dans cet arrondissement qui vote à gauche à 70% au premier tour, tout monde met ses enfants au collège privé dès la 6e. Alors Couvreur a tout compris,bienvenue !

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.