Le chef Simone Zanoni remplacera Marco Garfagnini à la tête des cuisines du George, restaurant niché au sein du George V (Paris). Il devrait y réaliser une cuisine dans la même veine que son prédécesseur, valorisant la cuisine italienne.

Salle de restaurant du George

Salle de restaurant du George

Chef de partie au restaurant Aubergine (Londres) de 1997 à 2001, il entre dans la galaxie Ramsay en 2001 où il devient sous-chef de trois restaurants du célèbre chef anglais (Amarylis, Petrus et Claridge’s). En 2003, il prend le poste de chef de cuisine au restaurant Gordon Ramsay à Londres, auréolé de trois étoiles Michelin. Enfin, en 2007, il prend les rênes de l’établissement Gordon Ramsay au Trianon, à Versailles, où il plafonnera à deux étoiles. Dans un entretien accordé à Atabula, Simone Zanoni reconnaissait que sa relation avec l’emblématique chef anglais était plus que distante : « « La première année, je n’ai reçu aucun coup de fil de la part de Gordon. Je trouvais ça bizarre qu’il ne m’appelle pas. Le temps passe et cela fait des années que je ne l’ai pas vu. Finalement, c’est une chance parce que j’ai plus de liberté. » Et d’ajouter : « On ne se parle plus avec Gordon mais nous ne sommes pas fâchés ».

Avec trois étoiles pour le Cinq, deux étoiles potentielles au George et la quête de l’étoile pour l’Orangerie, autre restaurant du George V, ce dernier pourrait prétendre à six étoiles Michelin

Son arrivée au George constitue un nouveau défi pour le chef d’origine italienne. La question sera désormais de savoir si le palace va vouloir partir à la conquête des étoiles pour le George qui méritait largement, déjà, une étoile. Si l’ambition est de monter à deux étoiles, schéma fort probable de la part d’un groupe qui a bien compris l’importance de la gastronomie dans sa stratégie de communication, le palace de l’avenue éponyme pourrait devenir rapidement l’établissement le plus étoilé de France et même au-delà. Avec trois étoiles pour le Cinq, deux étoiles potentielles au George et la quête de l’étoile pour l’Orangerie, autre restaurant du George V, ce dernier pourrait prétendre à six étoiles Michelin.


Sur le même sujet

Simone Zanoni (Trianon Palace) : dans l’ombre du roi Ramsay


00-FAVICONFranck Pinay-Rabaroust

3 Réponses

  1. marie

    comment pouvez vous croire les dires de zanoni qui ne voyait soi disant jamais Gordon Ramsay ? il y a des impératifs pour les chefs stars, qui prêtent leur nom doivent tenir et ils le font; sinon ils ne seraient plus au palmarès de ces grands hôtels, c’est évident. Peut être que Monsieur Zanoni devrait remettre son travail en question il a perdu une étoile cette année, ce n’est pas pour rien.

    Répondre
    • Servé

      J’ai travaillé pendant deux ans au Trianon Palace pendant le période Simone, j’ai Vu G. Ramsay 1 fois, le jour de mon départ. Votre commentaire est débile, vous n’en savez rien.

      Répondre
  2. le gourmand

    BEL ARTICLE ET BELLE OPPORTUNNITEE POUR CE CHEF QUI A BEAUCOUP DE TALENTS.
    POURQUOI METTRE EN AVANT LA CONQUETE DES 2 ETOILES QU’IL VA GAGNER D’AVANCE ALORS QUE LE GUIDE N’EST MEME PAS VENU MANGER ET QUE LE CHEF A DEJA EU PAR LE PASSE MAIS QU’IL A PERDU POUR 2016 ALORS QUE LA PRETENTION DE PHILLIPE LABBE DE GAGNER LA SECONDE ETOILE POUR L’EDITION 2017 A LA TOUR D’ARGENT VOUS PARRAISSAIT TRES PRETENTIEUSE IL Y A QUELQUES SEMAINES!!! EXPLIQUER MOI? JE VOUS PRIE.

    BIEN CORDIALEMENT,

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.