Depuis quelques années, les musées n’échappent pas à la « gastronomisation » de la vie culturelle. Le Café Bras à Rodez, la Table du Mucem à Marseille, l’Atelier de Marc Maurin au Louvre Lens ne sont que quelques exemples de ces jolies tables qui s’installent dans l’enceinte ou à proximité des musées. A Nîmes, le futur Musée de la Romanité s’inscrit dans le mouvement et… cherche son chef.

MUSEE ROMANITE NIMESLe bâtiment de plus de 10 000m² de surface de plancher sera réalisé par l’architecte Elizabeth de Portzamparc et fera face aux Arènes de Nîmes (2 000 ans d’histoire, les arènes les mieux conservées du monde romain), pour une ouverture au public mi-2018. Il s’agit de l’un des plus grands projets architecturaux contemporains du Sud de la France. Dans la conception de ce musée, la ville a prévu, avec l’architecte, la création d’un café au rez-de-chaussée et d’un restaurant au dernier étage, confiés au même exploitant. Chacun de ces espaces sera doté d’une terrasse avec une vue exceptionnelle sur les arènes. Le souhait du maire, Jean-Paul Fournier, serait de faire venir un grand nom de la cuisine française ou une étoile montante ayant le désir de se diversifier avec un projet de brasserie haut de gamme, sachant que l’idée du restaurant gastronomique est délicate du fait de la configuration de la cuisine.


Fin du retrait des dossiers de candidatures le lundi 31 octobre 2016 / Lien pour candidater


Sur le même sujet

Les meilleures tables des musées français

Barbot, Redzepi, Adria, Bottura et quelques autres entrent au musée et « In Situ »

Le MOFAD, nouveau musée international dédié à la nourriture à New York


00-FAVICONFranck Pinay-Rabaroust

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.