Est-ce une bonne nouvelle pour le consommateur ? Est-ce une mauvaise nouvelle pour les producteurs de caviar ? Alors que le saumon et le foie gras ont envahi depuis longtemps les linéaires de la grande distribution, avec des conséquences catastrophiques sur leur image et leur qualité, le caviar résistait. Et gardait cette image du produit inaccessible, rare et d’une grande qualité. Autrement dit, le luxe. Une niche de plus en plus petite dans l’univers de l’alimentation et de la restauration. Désormais, ce temps-là semble également terminé pour ce produit à part.  Car le caviar fait désormais les beaux jours du discount en grande distribution.  « Après avoir démocratisé le saumon et tous ces produits qui maintenant apparaissent de première nécessité, la grande distribution s’est attaquée à d’autres produits de luxe, comme le caviar », explique Yves Marin, consultant grande consommation au sein du cabinet Wavestone.

Certaines enseignes ont développé des marques de distributeurs ou proposent des portions un peu plus réduites pour avoir un prix d’appel à la portion. C’est le cas de l’enseigne allemande de discount Lidl, qui a fait parler d’elle ces dernières semaines en proposant les 15 grammes d’or gris origine Italie en-dessous du seuil psychologique de 10 euros (9,99 euros très précisément), soit 66 centimes d’euro le gramme contre deux euros généralement pour du caviar origine France. « On a tout vendu en moins de 24 heures », a expliqué Michel Biero, le directeur des achats de Lidl France, sur Radio Classique.

Puisque le caviar est vendu partout et à bas prix, il va falloir désormais mieux expliquer ce qui fait sa qualité. Et son prix.

Outre la possibilité pour ses clients d’effectuer l’intégralité de leurs courses de Noël dans ses magasins, l’enseigne souhaite faire bénéficier à son offre d’un « halo de qualité », estime M. Marin : « Le fait que Lidl propose du caviar rejaillit sur la qualité perçue par le consommateur de l’ensemble des produits Lidl », explique-t-il. Lidl veut également « garder son image d’innovation, sa capacité d’étonnement » auprès du consommateur et casser son modèle de hard discount, selon M. Marin.

Ce phénomène risque fort de s’intensifier : selon des chiffres communiqués par la FEAP (Fédération des producteurs européens d’aquaculture), la production mondiale de caviar, qui s’élevait en 2015 à 265 tonnes, pourrait presque doubler d’ici 2020. Cette évolution du marché n’est pas neutre : puisque le caviar est vendu partout et à bas prix, il va falloir désormais mieux expliquer ce qui fait sa qualité. Et son prix. De par l’évolution de ses circuits de distribution, le caviar fait sa mue.


Franck Pinay-Rabaroust, avec AFP / ©FPR

 

5 Réponses

  1. remy

    malheureusement je n’ai pas pu le gouter …. J’ai fait trois magasin trois jours de suite et a chaque fois il n’y en avait pas ( ou plus…!) , et bien evidement impossible d’en reserver ……

    Répondre
  2. pistolesi

    Une belle arnaque ce caviar….D’une médiocrité incroyable, sans saveur et sans gout plus proche des oeufs de pompe ou de truite que du caviar d’esturgeons. Ayant déjà acheté du caviar russe plusieurs fois, je ne conseille pas ce produit de très bas de gamme…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.