Si vous comptiez vous mettre au régime et amorcer une détox de printemps, ce livre signé par une neurobiologiste américaine pourrait vous dissuader. Dans « Pourquoi les régimes font grossir », à paraître le 16 février en France, la spécialiste Sandra Aamodt apporte des clés pour trouver une voie plus sereine et loin de l’obsession.

Le taux d’échec à long terme d’un régime oscille entre 80 et 98%

Exit les régimes paleo, atkins, cétogène et les conseils des magazines. Qui dit régime dit stress pour l’organisme et stress psychologique. Le neurobiologiste Sandra Aamodt insiste sur la notion de privation qui va déclencher dans le cerveau un état de famine et déboucher sur l’envie de manger. Globalement, le taux d’échec à long terme d’un régime oscille entre 80 et 98%.

Outre le phénomène bien connu du yoyo, plusieurs études qui ont suivi des personnes sur le long terme ont constaté que les personnes au régime ont plus eu tendance à devenir obèses que celles qui ne font pas de régimes. A noter que chez les plus jeunes, ils peuvent conduire à des troubles du comportement alimentaires. Si les régimes conduisent à une perte du poids parfois rapide, il s’agit le plus souvent d’une fonte musculaire et non d’une perte de graisse. Mieux vaut être en bonne santé que mince, rappelle Sandra Aamodt.

Pour réussir le pari d’un équilibre énergétique sain, il faudrait s’intéresser au cerveau. C’est lui qui contrôle la faim et la consommation d’énergie. Notre fourchette de poids va être définie par notre cerveau en fonction de nos gènes et de nos modes de vie. Dans son ouvrage « Pourquoi les régimes font grossir », Sandra Aamodt décrit comment, lorsque nous privons notre corps de nourriture, le cerveau réagit en modifiant la répartition de notre consommation énergétique. Le thermostat pondéral se trouve dans l’hypothalamus, explique-t-elle. En réduisant fortement ses apports caloriques, le cerveau va croire que les masses grasses du corps sont épuisés et d’un coup réduire le métabolisme et augmenter la sensation de faim.

Cap donc sur les bonnes habitudes et non les bonnes intentions pour une stratégie gagnante à long terme

Au lieu de contrôler son assiette et tomber sous le joug des conseils et injonctions extérieures, la spécialiste préconise donc de retrouver une responsabilité personnelle en prêtant attention aux signaux de faim et de satiété.

On aura beau mettre de la salade verte dans l’assiette et s’épuiser à courir des distances folles, si l’organisme est stressé, la fameuse bonne volonté ne durera qu’un temps. Sans parler d’un intérêt accru pour les produits gras et sucrés qui se met en place. Cap donc sur les bonnes habitudes et non les bonnes intentions pour une stratégie gagnante à long terme. Pour ancrer une nouvelle habitude, il faudrait la répéter 21 jours. Puisque le cerveau sait exactement la quantité de nourriture qu’il nous faut, l’auteur propose de délaisser les régimes et d’apprendre à manger avec plaisir et surtout attention pour atteindre notre objectif. En s’entrainant à la pleine conscience par des exercices de méditations autour de son assiette, on peut acquérir une discipline qui écarte les crises boulimiques et nous aide à faire les bons choix aux supermarchés.

Au fil du livre, la scientifique donne des conseils et astuces pour remiser au garage les paquets de chips et faire des courses « conscientes ». A ce sujet, la scientifique a donné une conférence Ted X suivie par 3,5 millions de personnes.


Pratique

Pourquoi les régimes font grossir, de Sandra Aamodt, Hugo Doc, 18,50 euros


AFP Relaxnews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.