Originaire de Béziers (Hérault), le chef Mehdi Kebboul ouvrira mi-mars son restaurant Savarin La Table à Paris avec son associé Yusuf Beziroglu, sommelier et ancien de l’hôtel Bristol. L’établissement de 30 couverts fera dans un registre gastronomique avec des assiettes « généreuses, abouties, justes et précises ». Au programme : pâté en croûte, chausson de pigeon, foie gras, chou rouge et sésame, poularde de Bresse aux écrevisses et gnocchis à l’estragon, chapon de Méditerranée, savarin revu avec citronnelle, combava ou ananas-piment d’Espelette. Il sera possible de piocher dans la carte (quatre entrées, quatre plats, un fromage cuisiné et trois desserts) ou de choisir le menu (35 euros au déjeuner, 75 au dîner).

A 36 ans, Medhi Kebboul a travaillé au Bristol, au Chalet Philibert en Haute-Savoie ainsi que dans des restaurants en Thaïlande et en Australie. Il était jusqu’à présent aux commandes des fourneaux du Bistro Méricourt dans le 11ème arrondissement de la capitale. L’homme avait également participé à la troisième saison de l’émission Top Chef sur M6. « Certains sont à Paris pour faire de l’argent. Moi, je suis ici pour la cuisine. C’est dans cette ville que l’on peut se mesurer à d’autres, évoluer » déclare l’admirateur de Claude Peyrot, figure mythique de la gastronomie avec son Vivarois qui attira les plus solides coups de fourchette parisiens dans les années 70. A propos de ce dernier : « je ne l’ai jamais rencontré mais c’est un peu mon maître à penser. J’avais découvert son livre à l’école hôtelière et pendant mon parcours, je suis toujours tombé sur des gens qui le connaissaient ». Objectif affiché de Savarin : l’obtention d’une étoile au guide Michelin.


Pratique

Savarin La Table – 34 rue de Bourgogne 75007 Paris


Ezéchiel Zérah

Une réponse

  1. lex

    Franchement pour l’avoir un peu suivi, je me demande quelle touche il va apporter à l’univers gastronomique, j’ai hâte de pouvoir apprécier son art.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.