Doit-on en rigoler ou en pleurer ? Dans la série des concepts farfelus, celui-là tient le haut du pavé : un restaurant nudiste. Nul doute que manger à poil excitera une certaine clientèle. Voire une clientèle certaine puisqu’à Londres, qui a déjà accueilli le concept, l’événement a connu un succès retentissant. L’été dernier, The Bunyadi avait reçu pas moins de 46000 demandes de réservations, pour au final quelque 2500 heureux nudistes gourmands. Lesquels ont pu déguster une cuisine tarifée environ 70 euros.

Le promoteur du projet, Sebastian Lyall, chercherait actuellement un lieu à Paris. Est-ce que le concept, qui se développe aussi mais sous d’autres formes au Japon, connaitra le succès dans la capitale française ? Pour Yves Leclerc, vice-président de la Fédération française de naturisme, il n’y a aucun « intérêt à traverser tout Paris habillé, d’entrer dans un restaurant et se déshabiller pour manger ». Pour lui, le concept d’un tel restaurant est étranger à l’idée même du naturisme…

En attendant, Sebastian Lyall souhaite ouvrir un club privé nudiste à Londres. À Paris ou à Londres, cela s’appelle un club échangiste, le repas y est souvent accessoire, et le business est déjà bien huilé.


Sur le même sujet

Nudité : les corps prennent place dans les restaurants


Franck Pinay-Rabaroust

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.