Annoncé en février 2016, le projet d’une Cité internationale de la gastronomie et du vin à Dijon prend forme, avec la présentation de ses grandes lignes, qui au eu lieu le mardi 21 mars, sous l’oeil du Président de la République, François Hollande. « La gastronomie comme le symbole du savoir-vivre, du savoir-vivre ensemble à l’heure où notre pays en a tant besoin », a résumé le chef de l’État.

Pilotée par un comité, dont est membre le chef trois étoiles Éric Pras, à la manoeuvre de la Maison Lameloise de Chagny, la Cité prévoit de s’inscrire pleinement dans son environnement, avec la construction d’un écoquartier de 540 logements, et devenir un acteur majeur de la vie locale. Un complexe cinématographique de treize salles est ainsi prévu. Surtout, le chantier, qui doit débuter sur l’ancien site de l’hôpital général de Dijon, ambitionne de fournir des espaces à la hauteur de la culture culinaire française. Le projet n’est pas sans rappeler celui de la Cité du vin de Bordeaux, destiné à devenir la destination internationale de tous les amoureux de cette boisson.

À Dijon, axe oenotouristique majeur pour la découverte des vins de Bourgogne, la gastronomie aura droit à un complexe multifacettes. L’école des vins du Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB) initiera à la dégustation de ses nectars. L’école parisienne Ferrandi proposera des formations à la cuisine et à la pâtisserie. Les élèves suivront un cursus de cinq mois, dispensé en anglais. Quelque 110 étudiants internationaux sont attendus dans un espace dédié de 750m².

Accessible par le TGV et l’autoroute, Dijon espère devenir une grande destination touristique et ne manquera donc pas de fournir un hôtel quatre étoiles à sa Cité, sous la houlette du groupe Naos. 125 chambres sont prévues dans les bâtiments historiques datant de l’extension des 17e et 18e siècles. Un restaurant, un spa et une piscine extérieure enrichiront l’établissement. Les touristes trouveront aussi des points d’ancrage dans l’écoquartier qui fournira trois résidences que se répartiront également seniors et étudiants. Une surface commerciale de 4500m² sera réservée aux bars à vin, à quatre restaurants ainsi qu’à des boutiques dédiées aux arts de la table et à la cuisine.

Enfin, les visiteurs complèteront leur immersion dans la culture gastronomique tricolore avec un espace d’expositions de 1700 m². Des présentations permanentes et temporaires détailleront « le repas gastronomique des Français », comme il est inscrit au patrimoine de l’Unesco. Ce fameux Repas et son classement fait d’ailleurs l’objet d’une polémique assez vive en France. Les vins de Bourgogne, quant à eux, bénéficieront d’une mise en lumière dans la chapelle, où la définition de ses fameux « climats » aura davantage de place pour être détaillée. Les premiers éléments de la Cité de la gastronomie et du vin de Dijon doivent être livrés en 2019. Un million de visiteurs seront attendus chaque année.


Sur le même sujet

Polémique autour du Repas gastronomique des Français : Jean-Robert Pitte et Pierre Sanner sont-ils cuits ?


Franck Pinay-Rabaroust, avec AFP Relaxnews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.