Il y a un petit côté futuriste sympathique. Imaginez : un (gentil) robot sonne à votre porte, vous regarde droit dans les yeux avec ses pupilles rouges fluo et vous livre votre pizza préférée en vous souhaitant, avec une voix gracieusement cadencée, « bon appétit ». De la science-fiction ? Plus maintenant si vous habitez du côté de San Francisco. Un rêve devenu réalité ? Oui, mais aussi un cauchemar pour d’autres consommateurs-citoyens. La startup Marble a donc permis à San Francisco de devenir la première ville à pouvoir goûter des repas livrés par robot, confiante dans le fait que ce genre de service va se développer à travers le monde. Marble s’est associé avec l’application de commande de repas Yelp Eat24 pour mettre ses robots « au travail » (sic) et les faire livrer au niveau local des plats de restaurants, dans les quartiers de Mission et Portero Hill.

Lasers, cameras et capteurs

« Certains soirs, vous pourrez avoir un message au milieu de votre commande Yelp Eat24 vous demandant si vous voulez recevoir votre livraison par robot », a expliqué Matthew Delaney, patron et cofondateur de Marble. Formidable ! Certains clients risquent même de commander des plats juste pour voir la face du robot et tester ce qui aura encore pendant quelques années le statut d’attraction à domicile.

Concrètement, les plats commandés sont placés dans des robots qui peuvent transporter l’équivalent de quatre sacs de courses. Ceux-ci roulent sur les trottoirs et traversent les rues à la vitesse d’un homme au pas, se repérant grâce à des lasers, des caméras et d’autres capteurs. Robocop et Terminator n’ont qu’à bien se tenir… Marble a aussi créé des cartes en trois dimensions des quartiers où ses robots vont circuler : « Cela nous permet d’avoir le robot le plus intelligent et le plus fiable, qui connaît son environnement et est un minimum conscient de ce qui se passe », a repris M. Delaney. Nous voilà rassurés. Imaginons demain un Uber sans chauffeur renverser un robot livreur. Qui viendra ramasser la ferraille ? Les pompiers ? La police ? La fourrière ?

4 millions de dollars pour continuer à développer sa flotte de robots

Les robots de Marble ont été créés pour circuler seuls, mais ils bénéficieront d’une escorte humaine pour leurs déplacements. Ils sont aussi reliés à des opérateurs qui, depuis les bureaux de Marble, peuvent intervenir à tout moment en cas de problème. Quand les robots livreurs arrivent à destination, le client reçoit un SMS avec un code à taper sur le clavier du robot, afin de débloquer le couvercle. « Nous sommes toujours à la recherche de solutions innovantes pour offrir aux clients ce qu’ils veulent : un service efficace et abordable de livraison de nourriture », a noté Shalin Sheth, chef des opérations de livraison de Yelp Eat24. Marble n’a pas précisé combien coûtaient ses robots. « Notre objectif à long terme est de réduire les coûts et de faire en sorte que ce soit utile dans chaque ville à travers le monde », a repris M. Delaney. Marble, fondé en 2015 par Matthew Delaney, Jason Calaiaro et Kevin Peterson, a annoncé mercredi avoir levé 4 millions de dollars pour continuer à développer sa flotte de robots. À quand le premier rapt et la première demande de rançon pour un robot livreur de pizza ? En attendant, reste à savoir si la robotisation de la livraison à domicile constitue un progrès ou une sombre décadence.


Sur le même sujet

Des robots en cuisine et en salle, est-ce encore du fait-maison ?


Franck Pinay-Rabaroust, avec AFP Relaxnews / © julien tromeur


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.