Selon Jérôme Despey, président de la commission viticole de la FNSEA, seulement 15% des 800 000 hectares de vignes que compte la France sont assurés contre les intempéries. Ce chiffre extrêmement faible est d’autant plus marquant que la France vient de vivre un épisode de froid important alors même que la végétation avait deux à trois semaines d’avance sur la saison.

De nombreuses régions viticoles ont été touchées, en particulier « la Champagne, la Bourgogne, le Val-de-Loire, ainsi que le Languedoc Roussillon » par des températures qui sont descendues jusqu’à -6 degrés par endroit. le fonds de calamité agricole financé par l’Etat ne peut être activé qu’en cas de « perte de fonds » (c’est-à-dire de destruction totale des plantes et de la récolte par une intempérie), mais pas en cas de baisse de récolte. L’an dernier, des épisodes de gel printanier et de grêle ont touché certains crus de Bourgogne comme Chablis, et du Val-de-Loire, réduisant fortement le volume des récoltes, même si elles se sont révélées de qualité grâce à un bon ensoleillement estival qui a permis le mûrissement des grappes.


Franck Pinay-Rabaroust, avec AFP


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.