Coup de gueule - Monsieur Macron, merci d’avoir fêté votre victoire au premier tour de l’élection présidentielle à La Rotonde
Advertisement

Coup de gueule – Monsieur Macron, merci d’avoir fêté votre victoire au premier tour de l’élection présidentielle à La Rotonde

Monsieur Macron, merci d’avoir fêté votre victoire au premier tour de l’élection présidentielle à La Rotonde !!!

Le mal s’est installé quand Edouard Balladur Premier ministre, a supprimé la Garden party de l’Hôtel de Matignon. Instituée dès le début de la cinquième République, celle-ci se déroulait en trois étapes : le personnel de Matignon et des ministères le midi, le corps diplomatique l’après-midi, et les forces vives de la Nation en soirée.

Cinq traiteurs étaient retenus pour l’occasion, mais aussi des charcutiers, des fromagers et des pâtissiers. Tous avaient à cœur de montrer aux convives l’excellence de leur art. Pour l’occasion, une centaine de cuisiniers et autant de maitres d’hôtel étaient embauchés, sans compter les tapissiers, les monteurs de tentes, les fleuristes, les manutentionnaires, les hôtesses, les chauffeurs de poids lourds, etc …

Le jour où Edouard Balladur a pris cette décision pour complaire à l’émergence du politiquement correct toutes les professions précitées et l’événementiel en général ont basculé du jour au lendemain dans le « politiquement incorrect ». Le pays d’Auguste Escoffier, de Curnonsky, de Brillat-Savarin rendait les armes.

Lionel Jospin a été accusé par la presse d’avoir fait servir des truffes l’année de l’élection Présidentielle aux vœux de la presse !

J’en suis responsable, j’ai organisé la réception des vœux de la presse à Matignon pendant presque 20 ans, et j’ai toujours tenu à ce que toute l’agriculture française y soit représentée, par conséquent, il y a toujours eu des huitres, du foie gras, et des truffes du marché de Lalbenque que les trufficulteurs nous expédiaient gratuitement, fiers qu’ils étaient que leurs produits soient présents !

Gratuites ou pas, les huitres et les truffes ont disparu les années suivantes et les trufficulteurs qui pour la plupart ne gagnent pas le salaire minimum ont été mis au ban.

Par la suite, c’est la Garden party de l’Elysée qui pour les mêmes motifs a disparu. Y étaient conviés les français qui avaient eu une conduite héroïque pendant l’année et dont l’Etat entendait reconnaitre les mérites. On y croisait des pompiers, des militaires, des infirmières, et des « monsieur et madame tout le monde » qui s’étaient distingués par une conduite exceptionnelle au cours de l’année.

Mais tout cela n’est pas suffisant pour les tenants du politiquement correct et aujourd’hui se retrouver autour d’une table avec des militants dans une brasserie Parisienne porte à la critique.

Après les attentats que notre pays a connus, la restauration Parisienne a-t-elle besoin d’être livrée à la vindicte des médias ?

Dans un pays qui avec seulement 66 millions d’habitants est la cinquième puissance économique mondiale, un pays qui a en son sein les meilleurs agriculteurs et viticulteurs, les meilleurs cuisiniers et restaurateurs, les meilleurs architectes, artistes, ingénieurs … est-il malvenu de s’octroyer des moments de convivialité ?

Il suffit pour s’en convaincre d’aller flâner à Londres, Rome ou Berlin pour se rendre compte qu’on s’y amuse plus qu’à Paris.

C’est un pan de notre économie qui est mis à mal par cet état d’esprit autant que par le terrorisme.

Alors merci Monsieur Macron et bravo d’avoir invité vos équipes de campagne à La Rotonde, ce sont tous les restaurateurs français et leurs personnels qui devraient saluer votre geste. Vous avez fait un choix qui honore un établissement dont le personnel le mérite amplement par la qualité de son travail.

Merci Monsieur Macron d’avoir montré que l’abstinence de convivialité n’est pas une fatalité dans notre pays.


Marc Vigneau-Desmarest – Vigneau-Desmarest Event Management


 

Haut de page