Nous vivons aujourd’hui une véritable fracture alimentaire.

Tandis qu’une frange privilégiée de la population a accès à une éducation du goût et à des produits de qualité, la majorité des citoyens est soumise à un paysage de consommation dicté par la grande distribution. Cette fracture est certes largement liée au niveau des revenus du foyer et aux catégories sociales, mais elle est aussi profondément culturelle. Elle est liée à une certaine idée de la place de l’alimentation dans la vie, à une culture des goûts qui se construit dès l’enfance, à un savoir-faire qui se transmet ou s’apprend, à une cuisine du quotidien rapide, goûteuse, et saine.

Une autre fracture sépare le monde agricole des consommateurs. L’industrialisation massive de l'agriculture française aboutit à ce paradoxe : la plupart des agriculteurs, soumis à la culture intensive, ne nourrissent plus leurs concitoyens. La course à la productivité, à l’export, et aux tarifs les plus bas, a eu pour conséquence l’anéantissement de l’agriculture vivrière de nombreux pays.

Peut-on accepter que nos enfants et petits-enfants ne disposent ni de la qualité, ni de la diversité alimentaire qui sont encore fragilement les nôtres aujourd’hui ? Peut-on accepter que notre alimentation et ses modes de production soient cancérigènes et sources de maladies quand elle devrait apporter santé et bien- être ? Peut-on accepter de léguer aux générations futures des territoires pollués?

Comme tant d'espèces animales en voie de disparition, des milliers de variétés de fruits, légumes et poissons, sont progressivement rayés de notre carte alimentaire.

Nous ne pouvons nous résigner à manger ce menu unique, offrant pour seule abondance des produits uniformisés et insipides, au détriment de notre santé.

Agriculture, environnement, santé, économie, culture, éducation : tous les piliers de notre société contemporaine sont concernés par ce péril alimentaire. Il ne s’agit pas d'un débat de riches ou de pauvres, ni d’une question patrimoniale, régionaliste ou nationaliste : les enjeux alimentaires dépassent aujourd'hui de très loin les frontières et nous affectent tous, citoyens, producteurs ou consommateurs, au quotidien. Pour lutter contre ces menaces grandissantes, l’accès au « bien manger » ne doit pas être un privilège mais un droit inaliénable et indépendant de toute notion de revenu. Aucun citoyen ne doit être mis à l’écart de ce droit pour des raisons économiques, sociales ou culturelles. Si l'on ne fait rien, la majorité des agriculteurs et éleveurs ne seront bientôt plus que de simples ouvriers à la solde de multinationales « hors sol ». Ce fléau impacte directement nos sphères privées ou publiques, que l'on mange à la maison, à la cantine ou au restaurant.

Par cette tribune, nous revendiquons un droit au bien manger pour tous les citoyens. Ce n'est ni un luxe ni une utopie : il est possible et impératif de mettre en place des actions concrètes pour défendre une alimentation goûteuse et saine, ainsi qu’une agriculture qui soit durable pour ses producteurs comme ses consommateurs, pour les hommes comme pour la Terre.

De nombreuses études prouvent qu’une agriculture paysanne, réduisant les intrants chimiques, utilisant des semences rustiques et fondée sur des principes agro-écologiques plutôt que sur des bases productivistes, peut nourrir une population grandissante, avec des produits de meilleure qualité, en réduisant l’empreinte écologique des cultures ainsi que les dangers pour la santé de tous. Il est nécessaire d’instaurer une véritable éducation du goût dans les écoles publiques, qui s’inscrive dans le programme et l’alimentation scolaire.

Cette déclaration se veut aussi un appel aux responsables politiques, candidats à la prochaine élection présidentielle française de mai 2017. Nous leur demandons de s'emparer de cette question, nous leur demandons de prendre la mesure du péril alimentaire qui nous guette, nous leur demandons de répondre autrement à cet enjeu que par des décisions anecdotiques ou purement symboliques. Les prochains présidentiables doivent intégrer cette question essentielle dans leurs programmes et prendre des mesures dans les domaines agricoles, alimentaires, culinaires et éducatifs, pour soutenir et développer ce droit de tous au bien manger. Ce droit va de pair avec une alimentation plus équilibrée et mieux partagée, une agriculture plus respectueuse des hommes et de la nature, et plus généralement, de meilleures pratiques citoyennes.

Il est essentiel de se mobiliser et d’agir dès maintenant, pour que les générations futures puissent manger et vivre mieux demain qu’aujourd’hui.

 

 


CONTACT


Franck Pinay-Rabaroust - franck@atabula.com / 0630075943


 

Pour le maintien de l'émission On ne parle pas la bouche pleine sur les ondes de France Culture

Depuis juillet 2011, l'émission "On ne parle pas la bouche pleine", diffusée chaque dimanche sur France Culture de 12h à 12h30, aborde la question de la cuisine sous des angles multiples, riches et singuliers. Chaque semaine, l'auditeur découvre un univers, un chef, un produit et, toujours, se régale avec les oreilles.

L'émission, présentée par le journaliste Alain Kruger, est aujourd'hui en danger. Absente de la grille estivale de la chaine - une première depuis sa création -, elle pourrait bien disparaitre définitivement des ondes. Alors même que les ondes radiophoniques françaises sont déjà bien peureuses pour aborder la cuisine et la restauration sous toutes leurs facettes, la disparition d'une telle émission serait une véritable perte.

Il nous semble particulièrement important de se mobiliser le plus largement possible pour défendre "On ne parle pas la bouche pleine" et montrer qu'elle est devenue un pilier essentiel de la réflexion culinaire, non seulement pour France Culture, mais pour des centaines de milliers d'auditeurs sensibles aux mots, aux hommes et femmes, et aux idées défendues par l'émission.

**your signature**

530 signatures

Relayez cette pétition sur les réseaux sociaux, c'est important !

   


LES 70 PREMIERS SIGNATAIRES


Olivier Roellinger, chef de cuisine des Maisons de Bricourt

Franck Pinay-Rabaroust , journaliste, fondateur de la plateforme Atabula

Camille Labro, journaliste culinaire

Pierre Hivernat, fondateur de la plateforme Alimentation Générale

Eric Roux, porte-parole de l’Observatoire des Cuisines Populaires

Xavier Hamon, restaurateur Comptoir du Théatre

Laurent Terrasson, journaliste

Michel Troisgros, chef de cuisine Maison Troisgros

Michel Bras, chef de cuisine de la Maison Bras

Mauro Colagreco, chef de cuisine du Mirazur

Roland Feuillas, paysan boulanger

Mathieu Lapierre, vigneron nature

Gisèle Taxil, architecte paysanne

Olivier Durand, paysan maraicher

Lili et Jean-Christophe Moyses, paysans boulangers

Yves Camdeborde, chef du Comptoir du Relais

Brigitte de Malau, plasticienne et cuisinière

Samuel Nahon et Alexandre Drouard, Terroirs d'Avenir

Bérengère Colomb, productrice bio et cuisinière

Norbert Nicolet, producteur maraicher

Bertrand Grébaut et Théo Pourriat, restaurant Septime

Linda Bedouet et Edouard Stalin, paysans maraichers

Sylvie Augereau, oenologue et vigneronne

Christian Boltanski, artiste

Gérard Legruel, maraîcher et éleveur

Cindy Chmiel, maraîchère et éleveuse

Christophe Collini, paysan maraîcher

Grégory Delassus, éleveur bio

Laurence Mahéo, ostréicultrice traditionnelle

Charlotte de Clerck, agriculture et agroforesterie

Julien Fouin, éditeur et restaurateur

Maxime de Rostolan, fondateur des Fermes d'Avenir

Julien Dumas, chef de cuisine au Lucas Carton

Jean Imbert, chef de cuisine L’Acajou

Alexandre Gauthier, chef de cuisine La Grenouillère

David Toutain, chef de cuisine David Toutain

Paule Masson, journaliste

François-Régis Gaudry, animateur culinaire

Olivier Assouly, philosophe

Lionel Astruc, auteur, festival La bio dans les étoiles

Bartabas , académie équestre de Versailles

Périco Legasse, journaliste

Sophie Bramly, productrice

Gilles Clément, paysagiste

Alex Croquet, boulanger

Olivier Darné, plasticien,  apiculteur urbain

Philippe Desbrosses, défenseur des semences paysannes

Pierre-Alexis Dumas, directeur artistique d’Hermès

Gilles Fumey, enseignant chercheur en géographie culturelle

Philippe Gombert, président de l’ Association Relais & Chateaux

Jean-Claude Ellena, parfumeur

Bruno Mantovani, directeur du conservatoire de musique et de danse de Paris

Xavier Mauduit, écrivain et journaliste 

Annette Messager, artiste

Jonathan Nossiter, réalisateur et écrivain

Esterelle Payany, journaliste culinaire 

Natacha Régnier, comédienne

Jean-François Rial, PDG  de l’agence Voyageurs du Monde

Georges Rousse, photographe

Julia Csergo, historienne

François Simon, journaliste

Louis Sclavis, musicien

Charles et Lauriane Durant, éleveurs en polyculture

Ryoko Sekigushi, écrivaine

Denise et Daniel Vuillon, producteurs maraichers, fondateurs des AMAPs

Elsa Wolinski


LES SIGNATAIRES


Les dernières signatures
530 Thierry Waseige Bruxelles Août 16, 2018
529 Adine l Liebowitz Atlanta Août 14, 2018
528 Eliane Pasquero Août 14, 2018
527 Philippe Schnider Romont Août 12, 2018
526 Frank Discart Saillans Août 12, 2018
525 Guillaume GUERRIN BANGKOK Août 10, 2018
524 Henri Louis Août 06, 2018
523 Frederic Brosson Saint Bertrand de comminges Août 06, 2018
522 Carmen Bouyer PARIS Août 03, 2018
521 morgan malka paris Août 02, 2018
520 Esther Ghezzo Paris Août 02, 2018
519 C.Victoire LAMBERT saint raphael Juil 31, 2018
518 pierre olleon paris Juil 26, 2018
517 Thomas Grappy Blois Juil 25, 2018
516 Noemie Videau-Zagar New York Juil 25, 2018
515 Sophie Mancel Paris Juil 24, 2018
514 Laurent Olléon Montreuil Juil 24, 2018
513 silvi de almeida Nantes Juil 24, 2018
512 stephane durand Perpignan Juil 22, 2018
511 SOPHIE CHERER COURCELLES-CHAUSSY Juil 22, 2018
510 Pierre Giannetti Marseille Juil 19, 2018
509 claude Bourguignon le Locle 2400 Juil 16, 2018
508 lydia bourguignon marey sur tille 21120 Juil 16, 2018
507 Christine Lamoureux Paris Juil 14, 2018
506 sonia lopez calleja neuilly sur seine Juil 13, 2018
505 Pascal Fauliot Maintenon Juil 11, 2018
504 Vincent Arne Bordeaux Juil 11, 2018
503 Anne Montané Rezé Juil 11, 2018
502 Séverine FAUBEAU MONTIGNY LES CORMEILLES Juil 11, 2018
501 Laurent Charron Langon Juil 09, 2018
500 Elisabeth Scotto Paris Juil 06, 2018
499 Leni Chevasson Bourg Saint Maurice Juil 05, 2018
498 Camille Boisseau Nantes Juil 05, 2018
497 Marin Comor Toulon Juil 04, 2018
496 Eric PERCEVAL PARIS Juil 04, 2018
495 frederic villecroze LINAS Juil 04, 2018
494 Morgane Le Bars Tautavel Juil 03, 2018
493 Hedwig Janés Le Mas d'Azil Juil 03, 2018
492 alice de moor courgis Juil 03, 2018
491 Guillaume Long Lyon Juil 03, 2018
490 Sophie MORATAL TOULON Juil 03, 2018
489 Nicole Liobard Bron Juil 03, 2018
488 David Nogier Lanas Juil 03, 2018
487 Elisabeth Deshayes Marseilles Juil 03, 2018
486 Anne.-Marie Ferrandez Marseille Juil 03, 2018
485 Sylvie zuccolotto 69230 Juil 03, 2018
484 Gérard Katz Paris Juil 03, 2018
483 Bertrand Le Saux Paris Juil 02, 2018
482 Ophélie Leneuf Boulogne-Billancourt Juil 02, 2018
481 Cedric LECLAIR 44200 - NANTES Juil 02, 2018


© Giuseppe Porzani