Refaire le monde (Sébastien Fleuret)

Refaire le monde. Le dessein est aussi ambitieux qu’éculé, et malgré tout, c’est sans prétention que la dégustation de ce vin s’est déroulée in situ. Quelques amis, quelques fromages...

Refaire le monde. Le dessein est aussi ambitieux qu’éculé, et malgré tout, c’est sans prétention que la dégustation de ce vin s’est déroulée in situ. Quelques amis, quelques fromages plus ou moins affinés, un canapé, et une télévision allumée sur le débat Hollande-Sarkozy.

Au nez et en bouche, il y a d’abord le fruit, mûr, dominé par la pomme et les agrumes, enflammant le propos vers des utopies plus ou moins inavouables et chimériques, poussées par la générosité expressive et la belle matière du vin. Vient ensuite l’acidité, tournant vers l’acidulé, tranchante, ramenant le discours vers un peu plus de pragmatisme et de raison tout en allongeant la bouche. L’équilibre et la touche d’élevage ressentie, permettent de rester courtois; chaque sensibilité y trouve appui et inspiration au profit de sa dialectique. On se trouve donc brillant, navigant allègrement entre le bas comptoir, la métaphysique et la spiritualité. Nos propos nous semblent bien plus piquants que ceux de Nicolas et François. Il faut dire que l’un est au régime, et que l’autre n’aime pas le vin…

Le lendemain, au mépris de tous nos efforts, le monde est resté le même. Il nous restait néanmoins le souvenir d’un moment de partage et d’émulation, d’une sorte de bonheur, qui finalement, rende le monde un peu plus fréquentable.

Sans remettre en cause le monde du vin, Sébastien Fleuret pose le débat, et soumet sa manière d’aimer le vin. Un blanc sec dans un terroir de moelleux, respecter l’environnement, tourner le dos aux labels et aux aoc, il fait les choses comme il les sent. Initié par Didier Chaffardon, il travaille, depuis 2010, deux parcelles de chenin et cabernet francs à Beaulieu sur Layon et Rochefort-sur-Loire pour une surface totale d’un hectare et 30 ares. Très peu de SO2, pas de filtrage ou de collage, sur un rendement de 23hl/ha. Cette cuvée de chenin est élevée pendant 16 mois en cuve et pour partie en vieille barrique.

Stéphane Pugnat

Refaire le monde – Vin de France – Sébastien Fleuret – 06.31.04.35.63 – http://fleuret.wix.com/s

Où la trouver – La Contre Etiquette, 31 rue Sainte-Marthe (Paris, 10e arr.) – 12 euros

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le chef Arnaud Tabarec du restaurant Roof de l’hôtel Five Seas à Cannes nous raconte son quotidien lors du Festival de Cannes.

_____

LIRE TOUTES LES CITATIONS DU JOUR

+ 4,2%… soit la hausse de consommation de bière des Français en 2018.

_____

LIRE TOUTES LES CHIFFRES DU JOUR

  • Regarde-moi, je mange !

    69% des Millenials prennent en photo leur assiette. Cela porte un nom e Corée du Sud : le Mok bang. Cela devient même un métier. ...