TOP CHEF 2013 : les premières réactions de Naoelle et de Florent Ladeyn

ENTRETIEN AVEC NAOELLE D’HAINAUT, GAGNANTE DE TOP CHEF 2013 : « Top chef, je l’ai vécu comme un accident »

Quelle a été votre première réaction au moment du résultat de la finale ?
Un vrai soulagement. L’émission a été longue, parfois difficile. D’un seul coup, c’est un poids en moins sur vos épaules et vous pouvez enfin lâcher prise. Puis vient la fierté. Nos proches sont sur le plateau, face à vous. De la fierté et de l’émotion. Mais il y a aussi la reconnaissance de mon travail. Quoi qu’il ait pu se dire sur mon compte, mon image de voleuse ou de compétitrice sans scrupule, j’ai mérité ma place. Et j’ai mérité de gagner.

Qu’avez-vous appris en participant à l’émission Top Chef ?
D’un point de vue culinaire, j’ai appris beaucoup. Le rythme imposé par l’émission fait que vous êtes constamment dans la réflexion pour créer, créer, créer. Il faut s’adapter sans cesse à des contraintes inattendues. Ca, c’est un acquis nouveau grâce à Top Chef. Je me savais battante en cuisine, l’émission me l’a confirmé.

Et humainement ?
Je me suis fais des amis. Contrairement à l’image renvoyée par la production, une amitié s’est nouée avec les autres participants, notamment Florent, Yoni ou Jean-Philippe. Mais je crois surtout que Top Chef a été comme un accident pour moi. Par accident, je veux dire que, parfois, dans la vie il y a des événements qui vous font ouvrir les yeux et vous font voir tout différemment. Dans notre métier de chef, nous avons toujours la tête dans le guidon, à fond, sans prendre conscience du monde qui nous entoure. A Top Chef, il y a certes la compétition, mais il y avait également des grandes pauses pendant lesquelles nous discutions et rigolions tous ensemble. Cela permet de prendre du recul et de mieux profiter de l’instant présent. Cette réalité-là, c’est difficile de l’avoir dans un palace.

Quelle est la bonne recette pour gagner l’émission Top Chef ?
Rester soi-même. Ne jamais s’emballer et se poser les bonnes questions.

Propos recueillis par Franck Pinay-Rabaroust

ENTRETIEN AVEC FLORENT LADEYN, FINALISTE DE TOP CHEF 2013 : « Top Chef, je l’ai vécu comme une colonie de vacances »

Quelle a été votre première réaction au moment du résultat de la finale ?
Un sentiment de déception. Déçu plus pour mes proches que pour moi. Mais je m’y attendais un petit peu. Naoelle a fait une très belle finale, parfaitement raccord avec le lieu. Nous étions dans un palace, à Versailles. Logique que les votants préfèrent un millefeuille de ratte à la truffe à du pop-corn à la bière. Dès que les caméras ont cessé de tourner, j’ai appelé Naoelle pour la féliciter de sa victoire.

Comment avez-vous vécu cette émission ?
Je l’ai vécu comme une formidable aventure humaine, proche de la colonie de vacances. Il y avait une super ambiance, un bon groupe qui avait la volonté d’aller de l’avant. Deux semaines avant le début de la diffusion des épisodes, j’ai envoyé un texto à tous les participants : « je n’ai pas envie que notre film de vacances soit diffusé devant tout le monde. » Ca montre bien l’esprit dans lequel j’étais pendant toute la durée des tournages, ce qui n’empêchait pas d’être sérieux au moment des épreuves. Au contraire même.

Quelle est la bonne recette pour gagner l’émission Top Chef ?
Sortir d’un palace ! Plus sérieusement, ne pas surjouer : nous sommes des chefs, pas des acteurs. Top Chef est le seul concours où il ne faut pas toujours être le meilleur. Il faut surtout ne jamais être le plus mauvais. Sinon, vous prenez la porte.

Propos recueillis par Franck Pinay-Rabaroust (crédit photo – Atabula)

Afficher les commentaires (4)

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut de page