Alexandre Gauthier (La Grenouillère), je voulais également vous dire…

… que vous vous inscrivez dans une veine identitaire quasiment unique à ma connaissance. Certes, je ne fais partie d’aucun guide ou mouvement qui classe les meilleurs restaurants du monde, mais je ne connais rien d’identique dans nos parages hexagonaux.

Il y a comme cela quelques adresses qui vous laissent des souvenirs impérissables. Elles ne sont pas nombreuses. Celles où tout est cohérent, où l’émerveillement vient de la qualité du service, de la beauté du lieu et, bien évidemment, de la cuisine qui vous bouscule juste ce qu’il faut pour que votre palpitant batte la chamade à chaque nouveau plat. Dans ces repères, on y retourne toujours sur la pointe des pieds, fluctuant entre l’excitation de recharger la machine à émotion et la peur que la nouvelle version soit moins parfaite que la précédente. Et quand on ressort le sourire en bandoulière, alors là, oui, nous savons que ces adresses valent de l’or. De cette matière (précieuse) à émotions qui ne se dévalorise pas avec le temps. Bien au contraire.

130GrenouillereVotre Grenouillère, Alexandre Gauthier, fait partie bien évidemment de ces lieux où règne ce supplément d’âme qui vous transforme un repas – « je ne fais qu’à manger, je ne suis ni écrivain, ni peintre ni sculpteur » expliquez-vous – en expérience. Si le mot « expérience » est régulièrement galvaudé, il prend ici tout son sens. Il suffit de vivre la tombée de la nuit dans cette salle entièrement ouverte sur la nature – « mais qui n’a pas besoin d’être éclairée. On n’éclaire pas la nature » selon l’architecte du lieu, Patrick Bouchain – pour s’imprégner de la puissance de l’instant. Et quand la flamme de la forge-cheminée centrale s’allume, il n’y a qu’à regarder. Et profiter.

Difficile de parler de votre cuisine. Les mots me sembleraient vite réducteurs, voire insignifiants. Sauf à dire, peut-être, qu’elle s’est émancipée d’une certaine arrogance, d’une rudesse, sans perdre pour autant ni sa puissance, ni son âme. Une assiette de la Grenouillère est unique, visuellement et gustativement. Contenu et contenant à l’unisson d’un plaisir intense du début jusqu’à la fin.

Certes, vous ne faites que de la cuisine Alexandre Gauthier, mais l’entière cohérence de votre démarche vous place indéniablement du côté de ceux que vous admirez le plus dans ce bas monde : les artistes. Il y a chez vous de la technique, de l’instinct, de l’engagement, de la passion. Pour nous, clients, il y a juste de la magie.

Franck Pinay-Rabaroust

Crédit photo – FPR / Atabula

La Grenouillère – Rue de la Grenouillère – La Madeleine-sous-Montreuil (62) – 03 21 06 07 22

128Grenouillere

Afficher les commentaires (4)
  • Bonjour,
    Bon, rien à ajouter depuis précédent post, sauf avoir très envie de faire 800 kms en étant sûr de ne rien regretter.
    Mais un peu frustrant de ne pas avoir un Alexandre Gauthier, à notre porte, l’aller -retour faisant 16OO kms, dans cette région les belles tables se multiplient. De talent en talent, nous réduirons la distance pour toutes les apprécier, et même si à la Grenouillère, il n’y a pas d’artiste, comme à l’opéra nous débuterons par ce Puccini, et nous apprécierons le concerto en la majeur !

  • Oui c’est le chef de file car au delà de sa posture culinaire, Alexandre a une vraie posture politique. Oui politique ! il fait avec son territoire, ses saisons, ses coups bas et ses belles surprises.Comme une main de fer dans un gant de velours, Alexandre Gauthier hume, écoute, regarde, respecte,…ce territoire. Puis devant ses fourneaux,alors là le jeune rebelle se venge comme pour lui dire que « certes les tomates ne sont peut-être pas mûres,mais on va pas benner, on va en faire quelque chose !!!! »Il se bat comme un fou. Merci Alexandre

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut de page