Recettes iconoclastes et fort de café… à l’américaine

Le Blue Bottle Café du Musée d’art moderne de San Francisco est un passage obligé pour celui qui explore les liens entre art contemporain et cuisine. Après avoir créé des desserts en résonance avec les œuvres exposées, la chef Caitlin Freeman continue sa réflexion en proposant, dans un livre particulièrement intéressant*, des préparations à base de café. Leur transcription graphique rompt résolument avec notre approche bien trop classique, et très française, de donner une recette.

Les ustensiles nécessaires à réalisation de la recette sont dessinés très sommairement, à l’image des ingrédients qui se réduisent à de simples pictogrammes. Mais cette simplicité graphique n’est qu’apparente : le système narratif est plus complexe qu’il n’y paraît.

Frilosité de l’édition culinaire française

Cet ouvrage rappelle le remarquable livre La cuisine est un jeu d’enfants de Michel Oliver, publié en 1963, et préfacé par Jean Cocteau. Celui-ci constituait déjà une tentative remarquable de simplification dans la rédaction des recettes. Il n’était nullement destiné aux adultes, mais aux enfants. La mise en page, ravissante, reprenait certes celle d’un cahier de recettes, l’innovation majeure se situant, d’une part, dans la représentation des ingrédients et, d’autre part, dans quelques mises en oeuvre de plats simples. Les auteurs ont abandonné les photos de l’époque – laides – pour mieux privilégier le fait que cuisiner peut être un jeu et un plaisir, visuel et tactile. C’est à se demander pourquoi les livres de cuisine pour adultes n’ont jamais continué dans cette approche.

French640Les graphistes du Blue Bottle café suivent les traces ce cet ouvrage de Michel Oliver jusque là isolé, mais en allant plus loin encore. Les recettes des cafés ne sont plus seulement pensées comme des successions de tâches – les lecteurs du dernier livre de Bénédict Beaugé**, reconnaitront le système Escoffier -, mais comme une narration, avec un début, un milieu et une fin. Chaque tâche s’enchaine suivant ce principe,  ce qui oblige le lecteur à se poser la question de la nécessité de son action. La proposition est soulignée par une approche graphique proche de l’univers de la bande dessinée, voire du manga japonais. En plus d’être drôle, cette mise en forme permet à chacun de repenser la façon dont il cuisine. D’une certaine manière, ce discours rappelle un autre livre, celui de Joseph Delteil La cuisine paléolithique qui faisait de chaque recette une petite œuvre littéraire.

Cet ouvrage met en évidence une frilosité certaine de l’édition culinaire française qui, sauf exception, fait et refait sans cesse les mêmes livres, sans jamais oser sortir des sentiers graphiques et éditoriaux parfaitement balisés. Après les cuisiniers qui sortent de plus en plus souvent de leur cuisine pour aller voir ce qui se fait ailleurs, il serait de bon ton que les éditeurs fassent de même.

Stéphane Dubreil

* The Blue Bottle Craft of Coffee – http://www.bluebottlecoffee.com/preparation-guide/

** Plats du jour, sur l’idée de nouveauté en cuisine. De Bénédict Beaugé (ed. Métailié)

Haut de page