Les plats « signature » de la cuisine espagnole par Sergio Coimbra

La cuisine tecno-emocional  semble avoir porté à son comble la tendance décorative des assiettes servies dans les restaurants étoilés.  Sergio Coimbra nous emporte dans cet univers qui bouscule nos références visuelles et gustatives

Sergio Coimbra, gagnant en 2012 du prestigieux « The Gourmand Cookbook Award » et créateur d’un studio photographique est connu et reconnu pour son sens de la mise en scène simple et spectaculaire. Avec un talent affirmé, l’homme vient de réaliser une série d’images sur les plats « signature » des chefs espagnols qui comptent.

Fils d’un producteur de café, homme d’affaires, passionné de voyage et de cuisine, Sergio Coimbra a crée un lieu unique au Brésil. Un studio photo conçu à la fois comme une galerie, un lieu de recherche gastronomique et un endroit où les chefs réalise des performances culinaires pour un public choisi. Les chefs invités semblent amusés et surtout étonnés de trouver un lieu où ils peuvent créer des plats en dehors de toutes contraintes, juste pour la photo. Mais le photographe discute avec les chefs, les regarde travailler. Il veut saisir, selon ses dires, « l’âme du cuisinier ».

Le résultat est stupéfiant. Il nous entraine hors du champ traditionnel de la photo culinaire. Pas vraiment d’assiette, de couverts, pas de rappel à une quelconque convivialité, on est très loin des magazines culinaires, ces plats ne sont pas faits pour être consommés mais pour être regardés. Ils ne donnent pas envie, n’ouvrent pas l’appétit. En revanche, ils intriguent. Le spectateur tente de comprendre, de savoir. Est-ce un plat, un dessert, est-ce sucré, salé, liquide, solide ? L’absence de profondeur, d’horizontalité renforce le questionnement.

Normalement la photo culinaire ne doit pas laisser place à de telles interrogations. De même, le spectateur ou le lecteur doit pouvoir imaginer refaire le plat photographié. Là encore, le travail de Sergio Coimbra se singularise pleinement : point de reproduction possible.

Sergio Coimbra ne nous donne aucune indication, ni titre, ni nom d’ingrédients. Seul le nom du chef est signalé comme s’il s’agissait d’un portrait. Une belle signature.

Stéphane Dubreil

original_2original_6

Haut de page