Un plat par Claire Heitzler – Duvet de coco et pamplemousse confit (Restaurant Lasserre, Paris)

Cet article a été écrit en 2014 ______ Longtemps, les desserts furent les parents pauvres des repas gastronomiques, parfois très décevants, inévitables moments (trop) sucrés, plaisantes gourmandises dans le...
Cet article a été écrit en 2014 ______ Longtemps, les desserts furent les parents pauvres des repas gastronomiques, parfois très décevants, inévitables moments (trop) sucrés, plaisantes gourmandises dans le meilleur des cas. Je ne referai pas ici l’histoire de la pâtisserie ; notons toutefois que l’émergence de grands chefs pâtissiers, aussi réputés et reconnus que leurs homologues cuisiniers, est un phénomène récent, survenu grâce au travail de pâtissiers emblématiques comme Gaston Lenôtre ou Pierre Hermé. Ces dernières années ont vu également émerger des pâtissiers sculpteurs, dignes successeurs d’Antonin Carême, bâtisseurs de chefs d’œuvre d’architecture en sucre qui ramènent la pièce montée de nos communions ou de nos mariages à l’âge de glace. Simple démonstration technique ? Réalisation peu comestible pour premier prix […]
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula +. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula +, Abonnement mensuel Atabula + ou Abonnement annuel étudiant.

« Le Burkina Faso n’est pas le seul pays qui doit faire face à ce double fléau. Dans toute l’Afrique subsaharienne, les gouvernements nationaux sont confrontés à des transformations majeures du régime alimentaire des populations, avec des pénuries d’aliments de base traditionnels et une disponibilité de plus en plus grande d’aliments transformés, option pratique et parfois peu chère. »

_________

Le plaidoyer d’Armand Béouindé, maire de Ouagadougou (Burkina Faso, Afrique) dans les colonnes du Monde pour inciter les villes africaines à s’engager dans une lutte contre la malbouffe. / Lire l’article

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...