Les meilleures tables des musées français

par Franck Pinay-Rabaroust /

Culture et gastronomie peuvent (enfin) faire bon ménage au musée. À l’instar des gares ou des aéroports, la belle gastronomie s’installe partout. Il était évident que synapses et mandibules pouvaient se retrouver sans mal pour mieux apprécier un tableau de Soulages à Rodez, quelques pièces archéologiques au Mucem de Marseille, une vidéo psychédélique au très parisien Palais de Tokyo ou une sculpture étrusque au Louvre Lens.

Le Café Bras au musée Soulages, à Rodez

Bras300“Plus les moyens sont limités plus l’expression est forte et avec rien, on fera quelque chose. Des maximes que je partage avec Pierre Soulages que je connais et je vois souvent .”
 Les mots sont de Michel Bras, à l’initiative de ce projet de restaurant. Sobrement appelé Café Bras, ce lieu sera convivial, vivant à l’image de l’ancestral café de village. Acier, bois et eau domineront côté déco. Dans l’assiette, une cuisine simple, fraiche et vraie. « Ce sera une cuisine signée Bras mais différente. Elle n’aura rien à voir, non plus, avec celle du viaduc. Ce ne sera pas des capucins. Ce sera une cuisine gourmande, à la fois régionale et ouverte sur le monde.” explique Sébastien Bras. Cours de cuisine prévus à partir de 2015. Menu autour de 30 euros /

Café Bras – Jardin du Foirail (Rodez) – 0565680670 – www.cafebras.fr

La Table au Mucem, à MarseilleMucem350

Premier musée national décentralisé, le Mucem est une réussite. Après une procédure d’appels d’offres qui n’a pas vu beaucoup de concurrence, le chef Gérald Passédat, trois étoiles au Petit Nice, a remporté le marché. Et personne ne semble aujourd’hui s’en plaindre. Sur l’exceptionnel toit terrasse, que ce soit à La Table, le gastro ou la Cuisine, la brasserie, les clients sont ravis. Que demander de plus ? Le café et quelques grignotages de bonne tenue peuvent également se prendre du côté du Fort. Cours de cuisine. Menu à partir de 49 euros à La Table, à partir de 17,50 à La Cuisine (buffet) /

Mucem – 7 promenade Robert Laffont (Marseille) – 0484351313 – http://www.mucem.org/

.

 Monsieur Bleu au Palais de Tokyo, à Paris

Monsieur BleuMonsieur en jette : immense hauteur sous plafond, sièges confortables, marbre omniprésent, table noires laquées. L’architecte Joseph Dirand a rhabillé Monsieur comme il faut, avec vue sur la Tour Eiffel. L’assiette ne joue pas pour autant les prétentieuses. Cuisine française de bonne facture, tendance brasserie chic. Rien de renversant ni de bouleversant, mais ça ne dépare pas avec la grandiloquence du Palais. Musique, événements et autres surprises pour dandy chic, il ne faudrait pas oublier que nous sommes au Palais de Tokyo, qui sait surprendre. Repas autour de 50 euros /

Monsieur Bleu – 13, av. du Président Wilson (Paris 16e arr.) – http://monsieurbleu.com/

.

..L’Atelier de Marc Meurin au Louvre LensMeurin2

Sur le site officiel du restaurant, on n’y va pas quatre chemins : « Lens, au cœur du Bassin minier, ville qui a souffert de toutes les crises et de toutes les guerres, ville située dans la région aujourd’hui la plus jeune de France, le Nord-Pas de Calais, une région réputée pour son exceptionnel dynamisme culturel et la densité de son réseau muséal. Lens, idéalement située au carrefour de l’Europe, à proximité de la Belgique, de l’Angleterre, de l’Allemagne. Lens, une ville résolument tournée vers l’avenir.” Déjà présent à Busnes (Château de Beaulieu, deux étoiles Michelin) et à Lille, Marc Meurin privilégie les produits régionaux, avoue  être revenu du tout-bio, privilégie le locavorisme et revendique la fonction pédagogique de la cuisine. Menu à 30 euros (38 euros le weekend) /

Atelier de Marc Meurin – Musée du Louvre Lens, 97 rue Paul-Bert (Lens) – 0321182490 – http://atelierdemarcmeurin.fr/index.php

 Faviconfondblanc20g

Franck Pinay-Rabaroust – Crédit : Bousquet

Haut de page