13 choses que vous ne saviez (peut-être) pas sur Alain Ducasse

.par Ézéchiel Zerah /

pierremonetta2.beb5e074318.w7681 / C’EST UN JOUEUR

A son arrivée aux fourneaux du Louis XV en 1987 à Monaco, le contrat d’Alain Ducasses stipulait qu’il obtiendrait 3 macarons Michelin en 3 ans. Un sacré défi  qu’il réussira, devenant ainsi le plus jeune chef cuisinier (33 ans) à briller de trois étoiles, qui plus est dans un hôtel. Petite anecdote : c’est à l’hôtel Okura, à Tokyo, qu’il apprendra la nouvelle par la direction du guide Rouge. Un endroit où fut également appelé quelques années plus tôt, et pour les mêmes raisons, un certain… Joël Robuchon. Joueur, Ducasse l’est également dans l’assiette puisqu’il mange de tout. Petits poissons vivants, foie de biche encore chaud, soupe de serpent, pattes de tortue, saké mélangé à son sang… Seul l’agneau cru lui a résisté.

2/ UN SERVICE DE PRESSE HYPERACTIF

Dirigée par Emmanuelle Perrier, à ses côtés depuis plus d’un quart de siècle, le service de presse d’Alain Ducasse cumule les papiers en France à et l’étranger. Christian Millau écrit dans son Dictionnaire Amoureux de la Gastronomie que le press book de Ducasse « carbure au rythme de 2 000 articles par an ». Selon l’outil Factivia, 21 000 articles lui seraient consacrés depuis la fin des années 80. L’un des premiers titres internationaux à lui décerner des honneurs ? Le Washington Post en 1986 («  A Cry of Vive Les Vegetables »), suivi du New York Times deux ans plus tard (« Enter a New French Superchef »).

3/ PRESSÉ DÈS SON PLUS JEUNE ÂGE

Au lycée hôtelier, l’ennui le guette et il souhaite voir d’autres choses. Ainsi, à 16 ans, il se convoque lui-même chez le directeur pour lui signifier son départ. Déjà à l’époque un grand impatient très ambitieux.

4/ LES RUSSES L’ADORENT

Andrey Melnichenko, oligarque russe proche de Vladimir Poutine, a fait appel à lui en 2005 lors de son mariage au cap d’Antibes. Une cérémonie à 30 millions de dollars et un juteux contrat pour Ducasse. Idem pour le géant Gazprom qui l’a aussi approché pour des projets sur des plateformes pétrolières.

5/ ACCRO À LA CONFITURE DE LAIT

Loin des nobles caviars et autres homards qu’il sert dans ses restaurants les plus huppés, Alain Ducasse a un pêché mignon très simple hérité de son enfance : de la confiture de lait étalée sur une grosse tranche de pain de campagne. Celui qui possède l’un des palais les plus fins du monde a su transmettre le goût des bonnes choses à sa descendance. La preuve ? L’un de ses jeunes enfants détesterait les frites, préférant légumes, poissons crus et chocolat noir 100%. Notre homme est également un fan de lillet blanc et de hotdogs made in Manhattan. Moins avouable : son faible pour les nuggets McDo. Autre passetemps, non gastronomiques cette fois : le motocyclisme et la lecture compulsive de la presse entre deux avions.

6/ L’UN DES FRANÇAIS LES PLUS INFLUENTS DU MONDE

Récemment, le magazine Vanity Fair a consacré un dossier aux frenchies les plus influents de la planète. Verdict : Ducasse fait partie du trio de tête, derrière les Daft Punk et Christine Lagarde.

7/ DANS LE DICTIONNAIRE ET AU MUSÉE GRÉVIN

Commandeur du Mérite agricole, Officier des Arts et des Lettres, chef de l’année par deux fois, Chevalier de la Légion d’honneur, membre du Comité Colbert, double au musée Grevin, présence dans le Larousse… Alain Ducasse enchaîne les distinctions.

8/ SON SURNOM ? DUCASSE-COUILLES

Le parrain de la gastronomie française est surnommé Ducasse-couilles par son grand ami Jacques Maximin.  A l’époque où il dirigeait les cuisines du Negresco à Nice, Maximim s’est vu offrir le  poste de chef du Louis XV par le prince de Monaco. Poste qu’il a gentiment décliné, refilant le plan à Ducasse… qui lui est depuis éternellement reconnaissant

9/ FOU DE CHINES

Alain Ducasse s’est au fil des années constitué une réserve qu’il appelle son « stock ». On y trouve pêle-mêle des meubles de pharmacie datant de 1850, une porte à tambour de palace en acajou, une chaise à porteurs, une cage d’ascenseur, des fauteuils Yamaha en bois de piano recyclé, des portes, des lampes par dizaines… Un véritable chasseur d’objets.

10/ VICTIME D’ATTENTATS À L’EXPLOSIF

Enfant du sud-ouest, Ducasse s’est installé dans l’auberge Ostapé à Bidarray (Pays Basque)  au début des années 2000. Un établissement victime de plusieurs attentats à l’explosif, ce qui contraignit le chef landais à mettre discrètement fin à ce projet en 2006 via une annonce légale dans un hebdomadaire spécialisé.

11/ PROCHE DE XAVIER DARCOS

Parrain de l’un de ses enfants, l’ancien ministre Xavier Darcos est un proche de Ducasse et également l’un des palais les plus affutés de la République. Pour mener à bien sa chaîne Chateaux Hotels & Collection, Ducasse a d’ailleurs fait appel à David Teillet, chef de cabinet du ministre à l’Éducation Nationale et au Travail.

12/ FUT DÉPOSSÉDÉ DE L’USAGE DE SON NOM

Le 27 avril 2000, la cour d’appel d’Aix en Provence lui retira l’usage commercial de son nom. Les magistrats jugèrent en effet que le chef céda son nom patronymique à la société Alain Ducasse diffusion (ADD), créé en 1991 dans le Var avec deux associés en vue de commercialiser des produits de la table.

13/ A FAILLI SE FAIRE TUER CHEZ ALAIN CHAPEL

Novembre 1978 : Ducasse intègre les cuisines d’Alain Chapel en tant qu’apprenti saucier. Pendant un service, l’un des membres de la brigade vient le narguer. Ducasse menace l’homme de le « snacker » sur les plaques du feu. Ce dernier réplique en lui plantant un couteau de boucherie dans le ventre.

Faviconfondblanc20g

Ézechiel Zerah / © Pierre Monetta

Afficher les commentaires (2)

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut de page