Micro-brasseries : quand Paris se fait mousser

micro-brasserie bière

par Quentin Blum /

On en compte aujourd’hui 550 en France. Depuis trente ans, les micro-brasseries grignotent progressivement le terrain conquis par les industriels de la bière. Après près d’un demi-siècle de standardisation des produits, c’est tout un patrimoine brassicole qui renaît. Paris est en première ligne.

Au pays du vin, la culture de la bière est bien pauvre et la connaissance autour de ses styles et de sa diversité bien maigre. Des faubourgs de quelques villes de province ou à la campagne, la culture brassicole recommence pourtant à se développer. Elle est portée par une vague qui nous vient d’au-delà de nos frontières  Sur la côte ouest américaine en effet, les habitants des grandes villes ont fini par se lasser des bières standardisées et ont cherché l’inspiration dans leur patrimoine, les brasseries d’avant la prohibition ou les variétés de houblon de l’Oregon. Tout a commencé chez eux à la fin des années 70. Chez nous, cette craft beer revolution* n’a vraiment démarré qu’il y a une dizaine d’années.

A Paris, la bière artisanale belge est arrivée progressivement dans les bars ou les caves dès les années 1960, mais il faut attendre 2004 pour que la Cave à Bulles, près de Beaubourg, propose les premières bières artisanales françaises, puis 2010 pour que Brewberry, une cave dans le 5e, distribue les bières de la nouvelle vague américaine ou scandinave. Aujourd’hui, Paris ne compte pas moins d’une douzaine de caves spécialisées, un nombre croissant de bars et même quelques tables où l’on déguste de la bière. Finis les vieux comptoirs où le bon buveur pouvait accrocher sa ceinture pour ne pas tomber. Il  ne s’agit toutefois que de prémisses et l’on serait bien en peine de trouver un breuvage de qualité sans quelques adresses solides en poche. Seulement les choses vont vite et bientôt déguster une bière de qualité ne sera plus si rare dans la capitale. Pensons à Londres, où la révolution brassicole est plus ancienne et les brewpubs nombreux. Paris, elle, bouillonne de projets. Les beer geeks, ces fanatiques de houblon, ont tissé un réseau à travers la capitale et restent connectés au monde entier via des sites internet spécialisés. La craft beer revolution, c’est aussi des bars de soirée où l’on bannit les ennuyeuses productions industrielles. Certains l’ont compris, comme la marque américaine Brooklyn Brewery, à mi-chemin entre artisanat et industrie. De quoi donner des idées à d’autres.

En salle, au restaurant, la bière commence à être proposée à table, dans une belle bouteille de 75cl et un verre adapté. Certains chefs composent même des plats autour de cette boisson. Au Galopin, Romain Tischenko a beaucoup apprécié sa rencontre avec Jérôme Rebetez, à la tête de la Brasserie des Franches Montagnes (BFM) en Suisse. Et la découverte des saveurs acidulées d’une bière de saison mûrie en fût de chêne du Tessin. Quelques bouteilles sont en cave et attendent le moment opportun pour être servies. Le XVIIIe arrondissement a vu naître une brasserie à La Goutte d’Or, trois caves à bières et des caves à vin, comme la Cave Marcadet, qui mettent en place leurs beer corners. Les soirées ne sont pas en reste, car du Super Coin (rue Baudelique), au Festin Nu (rue de la Fontaine au But), la bière artisanale n’en finit plus de mousser. Une fois terminé sa tajine, au restaurant La Môme (pour lequel la brasserie de la Goutte d’or a brassé spécialement une bière), direction plein est. De chaque côté de Ménilmontant, la Fine Mousse (Avenue Jean Aicard) et les Trois 8 (rue Victor Latalle) offrent une impressionnante sélection à la pression. De même à l’épicerie du Verre Volé, rue de la Folie Méricourt. Plus au centre, la carte du Frenchie et celle du Frenchie to go méritent un coup d’œil. Ça bouge même du côté des « gastros », c’est pour dire les évolutions en cours.

Faviconfondblanc20g

Quentin Blum – © Dmytro Sukharevskyy – Fotolia.com

 

 

Afficher les commentaires (3)
  • 2 super brasseries franciliennes à découvrir : la brasserie de la Baleine dans le 20ème arrondissement et la brasserie Deck & Donohue (bières amères typées américaines) à Montreuil !

  • Pour les amateurs de bonne bière « faite maison », un détour par l’Alsace s’impose. Plus proche de Paris que l’Amérique, la tradition brassicole y est très ancienne et cohabite depuis longtemps avec la culture du vin. Si plus de la moitié (de l’ordre de 55%) des hectolitres produits en France sont brassés ici, la région compte aussi plus d’une vingtaine de micro-brasseries, qui font preuve de beaucoup d’inventivité et connaissent un bel essor ces dernières années. Il existe enfin quelques restaurants qui brassent leur propre bière à consommer directement sur place ou à emporter en bouteilles, voire en petits fûts !…

  • Bonjour,
    amateur de bière et surtout artisanale, je serai à PAris le 28 janvier et voudrais visiter une ou deux micro brasseries à Paris ou en régions parisiennes. je serai joingnable à partir du 27 au 0623331837
    A bientôt

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut de page