Le verbe du cuisinier : lire, par Bruno Verjus (Table, Paris)

« La littérature est pour moi un moteur de vie. Je suis un grand lecteur. Ces jours-ci, je suis plongé dans L’Amour et les forêts, d’Eric Reinhardt. C’est dans la...
« La littérature est pour moi un moteur de vie. Je suis un grand lecteur. Ces jours-ci, je suis plongé dans L’Amour et les forêts, d’Eric Reinhardt. C’est dans la littérature que je réalise mes plus beaux voyages. Derrière un mot, il y a une sémantique, un réseau de contenus, mais il y a aussi un réseau de polysémies, un contexte qui lui fait tenir des propos différents suivant l’endroit où il se trouve. C’est avec le même regard que je considère un produit. Derrière un bar, une trévise, une saint-jacques, il y a un individu qui résonne différemment selon le contexte. Lorsque je lis un livre, je vois le noir : la police utilisée, le grain de la page, l’encrage, […]
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula +. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula +, Abonnement mensuel Atabula + ou Abonnement annuel étudiant.

« Comment peut-on avoir autant de pouvoir en étant aussi incompétent ? J’ai eu en face de moi un amateur. Je me suis levé pour quitter la pièce et il est revenu me chercher au moment où j’allais passer la porte du bureau. La nouvelle direction du Michelin n’a pas le niveau d’un Bernard Naegelen (Directeur du guide Michelin jusqu’en 2000, ndlr) »

_________

Marc Veyrat au sujet de son entretien avec Gwendal Poullenec à la suite du retrait de sa troisième étoile dans les colonnes du Point / Lire l’article

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...