Le verbe du cuisinier : lire, par Bruno Verjus (Table, Paris)

« La littérature est pour moi un moteur de vie. Je suis un grand lecteur. Ces jours-ci, je suis plongé dans L’Amour et les forêts, d’Eric Reinhardt. C’est dans la...
« La littérature est pour moi un moteur de vie. Je suis un grand lecteur. Ces jours-ci, je suis plongé dans L’Amour et les forêts, d’Eric Reinhardt. C’est dans la littérature que je réalise mes plus beaux voyages. Derrière un mot, il y a une sémantique, un réseau de contenus, mais il y a aussi un réseau de polysémies, un contexte qui lui fait tenir des propos différents suivant l’endroit où il se trouve. C’est avec le même regard que je considère un produit. Derrière un bar, une trévise, une saint-jacques, il y a un individu qui résonne différemment selon le contexte. Lorsque je lis un livre, je vois le noir : la police utilisée, le grain de la page, l’encrage, […]
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula +. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula +, Abonnement mensuel Atabula + ou Abonnement annuel étudiant.