Appellation « Producteur Artisan de qualité » : de la fourche à la fourchette à la mode Alain Ducasse

En termes de communication, il se pourrait bien que le producteur soit l’avenir du chef ! Alain Ducasse l’a bien compris. Il a bien essayé de faire main basse...

plaque_producte.b8eaf170728.w768En termes de communication, il se pourrait bien que le producteur soit l’avenir du chef ! Alain Ducasse l’a bien compris. Il a bien essayé de faire main basse sur l’association Baladovore, créée en toute liberté et sans aucun intérêt financier par le chef Nicolas Gautier, mais sans succès. Du coup, il a créé, dans le cadre du Collège culinaire de France, sa propre appellation. Telle est sa vision appliquée du principe souvent entendu : de la fourche à la fourchette, mais à la mode Ducasse.

Agriculteurs, vignerons, trufficulteurs, cueilleurs de champignons… Les producteurs constituent le premier maillon de la chaîne alimentaire pouvant garantir la qualité servie dans l’assiette. Pour distinguer ceux qui respectent cette passion pour le produit, le Collège culinaire de France, coprésidé par Joël Robuchon et Alain Ducasse, a donc lancé mardi 18 novembre une nouvelle appellation « Producteur Artisan de qualité ».

Lancé cet été, le label « fait maison » est bien loin de s’imposer aujourd’hui comme le garant d’une qualité promise aux consommateurs prenant le parti de pousser la porte d’un restaurant. Trop de compromis en tout genre a largement vidé le texte de son intérêt, telle est la position de nombreux professionnels. « Le fait maison ne peut seul garantir la qualité d’un restaurant. Nous pensons que la démarche de qualité implique un véritable maillage entre des restaurateurs, des producteurs, des artisans passionnés et engagés dans une même démarche militante », explique Alain Dutournier, l’un des chefs membres fondateur du Collège culinaire de France.

Ce groupement de grandes toques, qui comptent dans ses rangs Anne-Sophie Pic, Yannick Alléno ou encore Marc Haeberlin, a décidé de mettre en valeur ceux et celles sans qui une saveur ne pourrait être sublimée si elle ne provenait pas d’abord d’un produit de goût. Qu’il s’agisse d’une viande, d’un poisson, d’un champignon, d’une tomate, d’une herbe aromatique, des producteurs artisans travaillent avec le même état d’esprit que ces chefs de renom, à savoir respecter le goût, la méthode de production et la saisonnalité d’un produit.

En 2015, 125 producteurs et artisans seront ainsi les premiers à bénéficier de cette nouvelle appellation « Producteurs artisans de qualité », imaginé par le Collège culinaire de France. Boulangers, agriculteurs et autres éleveurs ont à remplir un dossier de candidature et à s’engager sur trois grands principes pour tenter de faire partie du cercle en 2016. L’Objectif est clair : « Créer une chaîne de la qualité à forte valeur ajoutée pour les restaurants ». Car le Collège culinaire de France a d’abord lancé en 2013 l’appellation « Restaurants de qualité », visant à mettre en lumière les adresses gourmandes ne s’inscrivant pas dans la standardisation du goût. Plus de 800 restaurants peuvent se targuer de ce « label ». Chacun d’entre eux pourra ainsi être mis en relation avec les professionnels reconnus « Producteurs artisans de qualité », afin de garantir la cuisine de qualité, proposée aux consommateurs.

 Faviconfondblanc20g Franck Pinay-Rabaroust, avec AFP Relaxnews / © ulyanakhorunzha

2 Nombre de commentaires
  • Mardinli
    19 novembre 2014 at 5:48
    Laisser un commentaire

    je trouve mal venue de critiquer la loi sur le fait maison qui malgré bien des défaut est honnête. Et au passage ce n’est pas un label mais un texte de loi, mais la différance vous échappe sans doute…
    Je trouve par contre scandaleux la publicité « restaurant de qualité ». Car pour le coup il ne s’agit pas de label mais bien de publicité puisque la plaque s’achète plus qu’elle ne se mérite. Maintenant il faudrait que des producteurs aussi acheté leur plaque? Les membres du collège culinaire France (autoproclamer) ont ils besoin d’argent? Leur partenariat avec l’industrie agroalimentaire ne leur suffit plus?
    Plein de petites structure travail déjà avec les producteur autour de chez eux, avec la passion et le respect de la profession. Nous n’avons besoin ni des leçons de moral ni de l’industrie agroalimentaire nous…
    Et vous? Vous comptez faire du journalisme?
    Après l’interview de l’auteur de vino business je m’étonne de ce léchage de pompe en règle….

  • Fabienne
    9 janvier 2015 at 3:11
    Laisser un commentaire

    Les miels de Jean Louis Lautard, les cornichons de la maison marc, le cassis d’Isabelle et Sylvain Olivier…Retrouvez certains Producteurs Artisans de Qualité sur l’épicerie fine en ligne http://www.lesproducteursdecaratere.com

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.