Bocuse d’Or : le jury tiendra compte du gaspillage

Lors de sa quinzième édition, le concours du Bocuse d’Or (27 et 28 janvier, à Lyon) ajoutera une difficulté de plus, caractéristique de l’évolution de la cuisine, au programme de la compétition culinaire. Les candidats au titre de meilleur cuisinier du monde seront notés sur la limitation du gaspillage au moment de leur prestation.

Il n’y a pas plus grande compétition culinaire au monde. Le Bocuse d’Or rassemble tous les deux ans, dans le cadre du mondial de la restauration et de l’hôtellerie (Sirha), les jeunes talents de la cuisine des quatre coins de la planète. Un rendez-vous aussi rude qu’un match de sport. Et c’était bien l’objectif de Paul Bocuse lorsqu’il a initié ce concours en 1987.

Nicolas Davouze, le candidat français du Bocuse d'Or
Nicolas Davouze, le candidat français du Bocuse d’Or

Dans un temps imparti de 5h35, les cuisiniers combattent derrière les fourneaux comme dans une arène, coaché par un compère, accompagné d’un commis, sous l’oeil avisé d’un public acquis à la cause de la gastronomie. La tension est à son comble, car depuis deux ans chacun des candidats s’est démené pour atteindre cette finale. Les sélections sont d’abord continentales et nationales.

_bloc_marque_fi.fcc39145118.w400Les 24 jeunes chefs en compétition, venus succéder au Français Thibaut Ruggeri désormais installé à l’Abbaye de Fontevraud , devront travailler la viande et le poisson. La première création devra mettre en scène la spécificité et l’originalité géographique de la pintade fermière des Landes Label Rouge tandis que le végétal sera scruté par le jury pour la seconde assiette à base de truite fario.

Une difficulté vient s’ajouter en 2015, celle de limiter le gaspillage. Croire que l’origine française des matières premières imposées pour le concours facilitera la vie au candidat tricolore, Nicolas Davouze , est bien une erreur quand on sait que le Japon est un concurrent sérieux, lauréat du Bocuse de bronze 2013.

Les chefs nordiques sont aussi de vrais challengers. Leur présence sur le podium monte en puissance, jusqu’à s’imposer ces dernières années. Dans tous les cas, les candidats concourront pour leur pays, mais aussi pour leur propre nom. Des signatures célèbres ont remporté le Bocuse d’Or : les Français Michel Roth et Régis Marcon, le Danois Rasmus Kofoed.

Faviconfondblanc20g AFP Relaxnews / ©Cook and Shoot

Haut de page