Alain Ducasse soutient Joël Robuchon et attaque la presse « complice » et « aveugle » dans un mail envoyé aux chefs référents du Collège Culinaire de France

par Franck Pinay-Rabaroust /

À ceux qui se posaient la question de savoir comment allaient se positionner les chefs par rapport à l’affaire Robuchon, Alain Ducasse vient de répondre dans un mail envoyé mardi 10 février à tous les chefs référents du Collège Culinaire de France et que le site Atabula a pu se procurer. Le ton et les mots sont sans ambiguïté : tous derrière Robuchon, et haro sur les médias qui sont « complices », « aveugles » et « avides de sensations fortes ».

La première phrase du mail envoyé à tous les chefs référents du Collège Culinaire résume à elle seule l’approche très partiale d’Alain Ducasse : « Notre confrère et ami, Joël Robuchon, vient de subir une attaque médiatique particulièrement malveillante qui nous laisse accablé par la façon dont certains journalistes conçoivent leur métier. » D’après un chef du Collège culinaire qui a souhaité garder l’anonymat, « sont visés tout particulièrement le journaliste Kocila Makdeche du site FranceTV Info qui a réalisé cette enquête contre Robuchon et le site Atabula. » Dans ce courrier, Alain Ducasse n’entre jamais dans le détail et nie ce que toute la profession reconnaît à mots couverts sur les violences tant physiques que morales dans certaines cuisines, notamment celles de Robuchon. Mieux, sûr de son fait, Alain Ducasse enchaine sur les valeurs du Collège Culinaire : « Des valeurs d’exigence, de travail et de transmission qui permettent à ceux qui s’y engagent de porter haut et fort l’héritage et l’avenir de notre patrimoine culinaire artisanal. »

CCF_au_SuccessFood_10mars14Fort habilement, Alain Ducasse juge les attaques « inadmissibles » et interpelle chacun à se méfier de cette presse qui pratique la « diffamation » et qui se rend « complice » d’une « atteinte à la gastronomie française toute entière. » Encore un peu, et le citoyen monégasque se serait presque fendu d’une accusation de crime de haute trahison. Forcé de reconnaître que « le filtre médiatique et numérique est devenu un passage obligé », il juge également que ses mécanismes sont « redoutables ». « La recherche systématique d’audience tend à privilégier les effets provocateurs et spectaculaires qui émotionnent plus qu’ils n’informent. » Et de terminer ce mail par un appel à la vigilance pour que les chefs ne soient pas pris « en otage par une machine médiatique souvent aveugle qui donne une représentation caricaturale de la réalité. » Autrement dit, Alain Ducasse crie à la manipulation médiatique et assène par ce message sa divine vérité : rien ne s’est passé dans les cuisines de Joël Robuchon. Il faut donc croire que tous les témoignages accablants recueillis par Kocila Makdeche et par la rédaction d’Atabula, et toutes les sordides histoires qui se racontent de moins en moins sous le manteau dans le milieu, ne sont que des tissus de mensonges, inventés par des personnes avides d’ « effets provocateurs et spectaculaires ».

Il n’y a donc, dans les mots d’Alain Ducasse, aucune place au doute alors même qu’une plainte pour harcèlement moral a été déposée. Plus fort encore que la présomption d’innocence, certains chefs se pensent donc au-dessus des lois et du respect du droit du travail le plus élémentaire. Tout porte à croire qu’Alain Ducasse sera parfaitement suivi dans cette logique corporatiste : les chefs vont donc se serrer les coudes aussi longtemps que possible, et faire les taiseux sur le sujet. Le phénomène n’est pas nouveau. Depuis les premiers articles sur les violences en cuisine, publiés ici-même sur le site Atabula, aucun chef ou presque n’a osé s’exprimer. Sujet tabou face micro, mais redondant en « off ». Car chaque professionnel a sa petite histoire ou son anecdote douloureuse à raconter et ses cicatrices, psychologiques ou physiques, à montrer.

Surprise par l’ampleur médiatique de l’article publié sur le site de FranceTV Info, la Grande Maison de Robuchon a été totalement dépassée par cette affaire. Ce dernier n’avait pas d’autre choix que de porter plainte à son tour. La réponse d’Alain Ducasse, au nom du Collège culinaire, ne faisait pas l’ombre d’un doute au regard du corporatisme débordant et, surtout, des intérêts communs de ces grands chefs qui détestent que l’on mette le nez dans leurs affaires. Manque de chance pour eux, si certains médias professionnels ou grand public se contentent d’« émotionner » avec de jolies recettes sur papier glacé, il y a aussi des journalistes qui ont fait le choix d’informer sur l’univers de la gastronomie. Informer, c’est raconter ce qui va, et ce qui ne va pas. Pour Alain Ducasse et consorts, c’est un changement de modèle douloureux. Il va pourtant falloir s’y habituer.

Faviconfondblanc20g

Franck Pinay-Rabaroust

Mail envoyé par Alain Ducasse, en tant que co-président du Collège culinaire

A l’attention des chefs référents – Message d’Alain DUCASSE, co-président du Collège Culinaire de France au nom des chefs fondateurs et cofondateurs du Collège Culinaire de France

Chers amis,

Notre confrère et ami, Joël Robuchon vient de subir une attaque médiatique particulièrement malveillante qui nous laisse accablé par la façon dont certains journalistes conçoivent leur métier.

Le talent et l’excellence du travail de Joël sont reconnus dans le monde entier.

Joël Robuchon a déjà formé plusieurs génération de chefs et nombreux sont ceux à qui il a ainsi donné la possibilité, en France comme à l’étranger, de développer une brillante carrière.

Nous avons créé ensemble le Collège Culinaire de France pour rassembler et fédérer autour de nous toutes celles et ceux qui partagent les mêmes valeurs et les mêmes pratiques de notre métier. Ce sont ces valeurs d’exigence, de travail et de transmission qui permettent à ceux qui s’y engagent de porter haut et fort l’héritage et l’avenir de notre patrimoine culinaire artisanal.

Aussi ces attaques sont-elles inadmissibles. Elles doivent nous interpeller fortement car elles concernent chacun d’entre nous. D’abord parce que personne n’est à l’abri de ce genre de diffamation, aujourd’hui à la portée de l’humeur de n’importe quel mécontent, avec la complicité d’une certaine presse peu professionnelle et avide de sensations fortes, mais aussi parce qu’elle porte atteinte à la gastronomie française toute entière.

La restauration de qualité est un métier qui peut s’assimiler à un sport de haut niveau. Cela exige des qualités humaines d’engagement, de passion, de travail et de rigueur qui ne permettent pas de tricher. Le moindre détail a son importance. C’est la base du respect que nous devons à nos clients. Notre métier est un formidable ascenseur social. La transmission en est une de ses valeurs cardinales. Nous la pratiquons tous les jours pour élever ceux qui s’y engagent.

Ce pitoyable épisode médiatique est délétère pour tous ceux qui se battent chaque jour, partout en France dans leur cuisine de qualité, petits ou grands, en formant leurs équipes avec sincérité et persévérance.

Le filtre médiatique et numérique est devenu un passage obligé. Ses mécanismes sont redoutables. La recherche systématique d’audience tend à privilégier les effets provocateurs et spectaculaires qui « émotionnent » plus qu’ils n’informent.

Nous pensons que nous devons être vigilants en permanence sur le risque d’être pris en otage par une machine médiatique souvent aveugle qui donne une représentation caricaturale de la réalité.

Soutenons collectivement les valeurs et les pratiques qui nous rassemblent et pour lesquelles nous nous battons tous les jours !

Avec ma confraternelle amitié

Alain DUCASSE

Co-Président du Collège Culinaire de France

Au nom des Chefs Fondateurs et cofondateurs du Collège Culinaire de France :

Yannick Alléno, Frédéric Anton, Christophe Bacquié, Paul Bocuse, Eric Briffard, Arnaud Donckele, Alain Ducasse, Alain Dutournier, Eric Frechon, Gilles Goujon, Michel Guérard, Marc Haeberlin, Jean-Georges Klein, Régis Marcon, Thierry Marx, Gérald Passédat, Laurent Petit, Anne-Sophie Pic, Eric Pras, Emmanuel Renaut, Joël Robuchon, Michel Roth, Guy Savoy, Pierre Troisgros, Mathieu Viannay

 

Haut de page