Les Grandes Tables du Monde : l’OPA ratée d’Alain Ducasse

par Franck Pinay-Rabaroust /

Alain Ducasse pensait avoir bien préparé son coup pour prendre en main l’association des Grandes Tables du Monde. Pendant le mandat de Marc Haeberlin, il avait proposé la nomination de Laurent Plantier, son ex-bras droit, pour rejoindre le bureau qui venait de perdre un membre. Le groupe Ducasse, disposant de quatre tables dans l’association, était tout à fait légitime à être représenté selon les membres du bureau.

Alain Ducasse AFP PHOTO LIONEL BONAVENTUREPuis, peu de temps avant les élections, le chef Gérald Passédat demande à rejoindre l’équipe pour préparer les futures élections et demande, à son tour, à intégrer le bureau. Autrement dit, Ducasse place ses hommes. Alors que l’élection devait être une formalité grâce à la candidature très consensuelle de David Sinapian, Gérald Passédat envoie un mail – très engagé… – 48 heures avant le début du vote et pose sa candidature. L’offensive Ducasse prend forme. Pour lui, les Grandes Tables du Monde doivent être dirigé par un chef, et non par un restaurateur. Tant pis si la lutte des égos et les batailles de clans – qui rythment malheureusement la vie des grands chefs – n’ont jamais fait bon ménage avec la sérénité nécessaire d’une association pour mener à bien un projet. Certains se souviennent encore de l’échec cuisant de la Chambre Syndicale de la Haute Cuisine Française.

À la veille de l’élection, le Monégasque ne cache plus son jeu et prévient tout le monde : « Mon candidat, c’est Passédat ». Malheureusement, les membres des Grandes Tables du Monde ne l’entendent pas de cette oreille et font le ménage rapidement. David Sinapian est élu président. Dès le lendemain, Alain Ducasse téléphone à David Sinapian pour le féliciter mais, surtout, pour lui faire part de sa principale crainte : est-ce que les Grandes Tables vont fusionner avec les Relais & Châteaux ? Sur ce point, le nouveau président l’a pleinement rassuré. Et il lui a également rappelé qu’il se plaçait au-dessus des tristes batailles d’égo, avec une volonté claire de construire un projet ambitieux et consensuel, bien au-delà des luttes claniques qui animent le petit landerneau des grands chefs.

David Sinapian, décembre 2014.David Sinapian, président de l’association des Grandes Tables du Monde : « Redonner une place centrale au restaurateur »

Depuis le 13 octobre 2014, David Sinapian a pris la présidence des Grandes Tables du Monde. Créée il y a 60 ans par d’illustres restaurateurs – Vrinat, Terrail, Oliver, Lasserre entre autres -, elle regroupe désormais pas moins de 167 membres répartis dans 24 pays. Quel est l’objectif de cette structure ? Quel projet ? Quelles ambitions ? Entretien avec le nouveau président de l’association, David Sinapian.

Lire la suite

Faviconfondblanc20g

Franck Pinay-Rabaroust / Photo Lionel Bonaventure AFP – Stéphane De Bourgies

Haut de page