Grand Pigalle Hôtel et le concept de bed & beverage

Par Thibaut Neuman / La vie à l’hôtel peut offrir bien des consolations. Pour ce faire, elle doit pouvoir satisfaire le client en voyage d’agrément et celui venu pour...

Par Thibaut Neuman /

La vie à l’hôtel peut offrir bien des consolations. Pour ce faire, elle doit pouvoir satisfaire le client en voyage d’agrément et celui venu pour affaires, l’homme pressé comme le flâneur. C’est fort de cette idée et à la lumière de leur propre expérience que les fondateurs de l’Expérimental Cocktail Club, Romée de Goriainoff, Pierre-Charles Cros et Olivier Bon, déjà propriétaires de nombreux bars à cocktails, à vins et de restaurants à Paris, Londres et New York ont entrepris d’ouvrir leur premier hôtel parisien : le Grand Pigalle Hôtel (29 rue Victor Massé, IXeme arr.)

Grand Pigalle HotelL’attachement à la boisson, considérée comme un art de vivre, irrigue l’établissement jusque dans ses rameaux les plus fins. Ainsi, les motifs de la moquette du Grand Pigalle évoquent-ils les verres à cocktails de type « Martini ». Puis, les portes de chacune des chambres sont ornées d’un heurtoir doré représentant un ananas, fruit emblématique de la culture des cocktails « tiki » et jadis symbole d’hospitalité chez les indiens Caraïbes. Chaque chambre dispose ensuite d’un minibar offrant une large gamme de spiritueux à rebours des propositions traditionnelles, trop souvent paresseuses. Au choix : gins premium Monkey 47 ou Hendrick’s, tequila Calle 23, whisky Monkey Shoulder, ou rhum de la Barbade : Mount Gay. Plus original encore, parmi les offres du minibar figurent deux cocktails pré-mixés par le barman de l’hôtel et mis en bouteille, dont un Negroni (classique indémodable crée à Florence en 1919 à base de gin, vermouth italien et Campari) et une création éprouvée: le Kota Ternate, composé notamment de rhum de Trinidad, mélange d’épices, coco, thé de Ceylan, jus de citron vert et d’ananas frais. Inédit, il sera même loisible au client de commander un cocktail au bar et de se le faire servir dans sa chambre, dans un nouvel esprit « bed & beverage ».

GRAND PIGALLE HOTEL PARISIl n’est pas jusqu’aux produits de la salle de bain qui n’évoquent l’univers du cocktail : les petites bouteilles de soins du corps rappellent, à dessein, la forme oblongue des flacons de liqueur. Les gobelets d’usage, quant à eux, sont remplacés par des verres « old fashioned » à la gravure plus raffinée, couramment employés dans les bars du groupe. Fort de ses trente-sept chambres, le Grand Pigalle ne sert toutefois pas qu’à dormir.

La configuration de l’hôtel bouleverse, elle aussi, les hiérarchies traditionnelles : pas de hall mais un long comptoir complété de canapés ; lieu de vie ouvert aux parisiens dès le matin pour le petit-déjeuner (café en provenance de Coutume, machine à espresso importée de Seattle). Les clients de l’hôtel s’enregistrent, quant à eux, auprès d’une petite réception installée au sein de cet espace. Celui-ci abrite un bar à cocktails dont la carte est composée, pour partie, de classiques parfois « twistés » (13 euros) : tels les Milano-Torino (Cocchi vermouth / Campari / eau gazeuse), Blood and Sand (Whisky Nikka / Punt e Mes / liqueur de cerises noires / jus d’orange frais & bitter de Trinidad) ou le plus contemporain Old Cuban (Rhum Havana Club 3 ans / Champagne / cordial de gingembre / jus de citron vert / sirop de canne / Angostura & menthe fraîche) ainsi qu’un bar à vins italiens comportant plus de deux cent références, parmi lesquelles une douzaine sont intelligemment proposées au verre. De petits plats cuisinés sont suggérés pour accompagner les boissons (de 19h à minuit) : agneau de douze heures servi avec des pâtes fregola à la figue, rougets à la plancha et fenouils à l’orange ou encore carpaccio de daurade, yuzu, sésame et pousses de betterave. Possibilité de grignotage jusqu’à deux heures du matin pour les faims de nuit (boudin noir ibérique, assiette de fromages affinés). Des pâtisseries, sous cloche, sont à la libre disposition du client. Un brunch, le week-end, est possible.

GRAND PIGALLE HOTEL PARISL’ouverture du Grand Pigalle est l’événement inaugural d’un nouveau type d’hôtels dédiés au concept de « bed & beverage ». Ainsi, un hôtel inspiré de ce concept devrait ouvrir prochainement à Los Angeles. Logé au sein d’un établissement plus important (Normandie Hotel), The Walker Inn comportera un bar d’une vingtaine de sièges et dix chambres directement situées au dessus de celui-ci. L’idée de David Kaplan, cofondateur du Death & Co (bar réputé de New-York), étant de renouveler l’offre du service des boissons en chambre et de faire interagir les deux univers le plus étroitement possible en terme de cadre et d’atmosphère ; qu’il n’y ait plus de vraie rupture quand on passe du bar à la chambre…

[adkingpro banner= »22448″]

Plus globalement, l’on semble assister à un regain d’intérêt pour les bars d’hôtel aux Etats-Unis, longtemps laissés en déshérence au profit d’autres modèles de type « speakeasy » ou bar de restaurant. La qualité des bars d’hôtels étant d’ailleurs l’un des traits distinctifs les plus saillants des scènes new-yorkaise et londonienne, au net avantage de cette dernière. A cet égard, la création d’une nouvelle catégorie dédiée aux meilleurs bars d’hôtels américains, l’année dernière, à Tales of Cocktails (les « Oscars » de la profession aux Etats-Unis) est certainement significative. Le prix, remporté par le bar de l’hôtel Ace à Portland, dont la direction est confiée à un spécialiste réputé (Jeffrey Morgenthaler), témoigne de l’intérêt porté à des établissements dont la qualité des boissons concourt à la renommée et attire une clientèle plus jeune, sortant volontiers, et souvent rebutée par les prix pratiqués dans les bars des grands hôtels.

Ces nouveaux lieux sont ainsi à même de profiter de l’engouement suscité par la nouvelle vague des bars à cocktails, en déployant les dispositifs qui ont fait son indéniable succès. D’ailleurs, le prochain projet parisien de l’Experimental Group devrait confirmer, sous une autre forme, son implication dans ce secteur. Autant d’excellentes raisons d’accueillir le Grand Pigalle avec l’attention mêlée de curiosité qui convient à un nouveau venu au jardin des espèces.

 Faviconfondblanc20g

Thibaut Neuman / Photo Farry Parisbouge.com – Kristen Pelou

Grand Pigalle Hôtel – 29 rue Victor Massé – Paris 9e arr.

Plus de photos sur https://www.pinterest.com/thibautneuman/grand-pigalle-hotel-bed-beverage/

Un commentaire
  • thomasjalili.com
    30 juillet 2015 at 5:03
    Laisser un commentaire

    J’ai essayé le bar hier et l’endroit est fort sympathique même si la carte des vins est un peu trop italienne à mon goût…

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    La cheffe Alice Waters juge les choix environnementaux de Donald Trump.

    _____

    LIRE TOUTES LES CITATIONS DU JOUR

    348 dollars… Baskets en croissant / 18 500 bouteilles à Cannes

    _____

    LIRE TOUTES LES CHIFFRES DU JOUR

    • Regarde-moi, je mange !

      69% des Millenials prennent en photo leur assiette. Cela porte un nom e Corée du Sud : le Mok bang. Cela devient même un métier. ...