Légion d’Honneur pour Fabrice Prochasson, le Mérite Agricole pour Guillaume Gomez

par Fabrice Gil / Ils étaient 5 chefs à être récompensés. Fabrice Prochasson, visiblement ému, a reçu les insignes dans l’Ordre de la Légion d’Honneur. Olivier Grimaud, Cédric Chabaudie,...

par Fabrice Gil /

Ils étaient 5 chefs à être récompensés. Fabrice Prochasson, visiblement ému, a reçu les insignes dans l’Ordre de la Légion d’Honneur. Olivier Grimaud, Cédric Chabaudie, Lionel Veillet et Guillaume Gomez rejoignent, eux, la grande famille des Chevaliers dans l’Ordre du Mérite Agricole.

Cédric Chabaudie, Lionel Veillet, Olivier Grimaud et Guillaume Gomez ont reçu la médaille dans l’Ordre du Mérite Agricole I ©sortiesmediapresse

Cédric Chabaudie, Lionel Veillet, Olivier Grimaud et Guillaume Gomez ont reçu la médaille dans l’Ordre du Mérite Agricole I ©sortiesmediapresse

Depuis l’âge de 15 ans, Fabrice Prochasson s’attache à promouvoir le meilleur de la gastronomie en France, comme à l’étranger. Meilleur Ouvrier de France Cuisine Restauration 1996, directeur des licences Lenôtre, conseiller culinaire Sodexo Sports et Loisirs, président des Toques Françaises et de L’Académie culinaire de France… autant de titres pour un homme de grande qualité, de grande humilité. Et comme « le travail acharné triomphe de tout » (Virgile), le chef s’est vu récompensé de ses exercices, des mains du ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll. « Depuis plusieurs jours l’émotion était perceptible en moi, avec cette petite « angoisse » que nous cuisiniers – à l’approche de chaque service – connaissons», explique Fabrice Prochasson soulignant que « l’heure est au plaisir et non à la remémoration d’une carrière quelle qu’elle soit ». Pourtant, tout commence dans la région de Blois, au début des années 1980. CAP, BEP cuisine doublé d’un CAP salle, puis BAC Technicien hôtelier en poche, le jeune homme enchaîne les stages, se nourrit de l’expérience des belles maisons tels La Chaumière à Aubigny sur Nère, Le Casino de Deauville ou encore l’hôtel Meurice à Paris. Service militaire effectué au Mess et au cabinet du Ministre de la Défense à la Tour Maubourg, il rejoint la Maison Lenôtre en 1988. Une grâce. « La vie m’a permis de rencontrer des hommes qui ne font rien comme les autres. Par talent, par simplicité, par envie d’écrire l’histoire. Je ne remercierai jamais assez Gaston Lenôtre de m’avoir permis de travailler avec lui. Il était toujours courtois, poli. Il aimait son personnel, ses chefs, ses « petits » comme il disait. Il vivait pour ses clients et pour la gourmandise. Aujourd’hui, j’associe mes anciens chefs Meilleur Ouvrier de France à cette remise de la Légion d’Honneur. Je pense à Roland Durand, Roland Garreau, Martial Enguehard, Marcel Derrien, et mon chef « adoré » Jean-Michel Dutertre, mon tout premier chef au sein de Lenôtre. Vingt neuf ans d’apprentissage ont passé depuis mes débuts, et nous sommes, je suis, toujours à l’écoute de la cuisine et des produits d’excellence ». Amoureux de la cuisine française et conscient du devoir de sa transmission, l’homme s’investit sans limite dans le monde associatif. Ses missions à l’étranger lui « ont appris une chose fondamentale : respecter l’humain ». « Il est urgent d’accepter la différence et de l’utiliser pour mieux communiquer. Servir la profession, servir la France pour magnifier la cuisine, mettre en avant la richesse de l’agriculture française, voilà ce que nous devons considérer jour après jour ». Si Le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll a rappelé solennellement que l’insigne de La Légion d’Honneur est la plus haute distinction remise par l’Etat français, venant saluer « l’action, l’engagement, le savoir-faire, l’excellence » de ceux qui « contribuent au rayonnement de la France », Fabrice Prochasson évoque, lui, avant tout « la France (…) porter le drapeau tricolore est signe d’honneur et de fierté ».

Le Ministère de l’Agriculture a vécu un autre évènement tout aussi singulier. Quatre chefs : Olivier Grimaud, Cédric Chabaudie, Lionel Veillet et Guillaume Gomez ont été promus au grade de Chevalier dans l’Ordre du Mérite Agricole, médaille qui récompense les services rendus à l’agriculture en termes d’innovation, de promotion ; montrant combien les vies professionnelles respectives de ces cuisiniers sont menées avec intelligence et rigueur.

Remise des insignes de l'Ordre de la Légion d'Honneur à Fabrice Prochasson (MOF Cuisine) I ©Cheick Saidou/Min.Agri.Fr

Remise des insignes de l’Ordre de la Légion d’Honneur à Fabrice Prochasson (MOF Cuisine) I ©Cheick Saidou/Min.Agri.Fr

Les premiers pas dans la Cuisine, d’Olivier Grimaud, ont débuté en 1994. Alors jeune diplômé du CAP, BAP et Bac Pro, il part façonner le métier à la villa St-Elme à Sainte Maxime, pour rejoindre ensuite le Gourmet de Sèze, restaurant qui obtiendra un macaron au Michelin quelques années plus tard. Bientôt l’appel du service National (10 mois) lui offre le privilège d’intégrer la brigade des cuisines de l’Elysée. Ce qui le conduit naturellement chez Jacques Le Divellec ou il travaillera deux ans. En 2000, il rejoint la Présidence de la République pour y œuvrer cette fois en qualité de demi-chef, puis de chef de partie. Cette année 2015 marque un tournant important dans sa carrière : après 15 ans de bons et loyaux services derrière les fourneaux de l’Elysée, l’homme intègre le ministère de l’Agriculture en qualité de second de cuisine. « Cette médaille est une belle reconnaissance. La reconnaissance d’un métier, de notre métier de cuisinier. Nous sommes des gens de l’ombre, vous savez. Donc recevoir une reconnaissance de la part de la Nation, de ses pairs venus pour cette cérémonie, m’enthousiasme encore plus (…) Le rayonnement de cet insigne à l’étranger est indéniable. Je suis parti plusieurs fois en Tunisie pour promouvoir la gastronomie française. L’attente des tunisiens est impressionnante au travers de l’aura que nous dégageons tous. A leurs yeux nous sommes de grands cuisiniers. Mais nous, nous sommes des personnes qui aimons simplement notre métier et les bons produits. Alors nous échangeons beaucoup, au cours de démonstrations diverses. Nous échangeons avec nos cultures respectives, et la cuisine avance ! »

Pour Cédric Chabaudie, sa carrière a commencé à la fin des années 1990, après avoir servi Le Manoir Normand, Le Ritz, Le Divellec, Tern Hill Hôtel à Londres ou encore le Concorde Lafayette, en qualité de stagiaire. Très vite, il travaille aux côtés de Gérard Besson (MOF doublement étoilé au Michelin), rejoint Le Carré des Feuillants et devient chef de partie d’Alain Dutournier. En 2000, le service militaire lui ouvre les portes de la Présidence de la République auprès de Joël Normand. Il devient chef de partie aux côtés de Bernard Vaussion. « C’est un grand honneur, une grande fierté de recevoir cette médaille des mains du ministre de l’Agriculture. Cet insigne est le prolongement de ce qu’est l’agriculture avec ses AOP, ses AOC, ses IGP. En somme tout ce que nous prônons et protégeons. Cette médaille évoque l’échange, la valeur transmissible de la cuisine à travers l’Europe, au niveau de l’agriculture et de la protection des aliments. Avec le chef Gomez, nous aimons faire travailler nos petits producteurs, nos bouchers, nos charcutiers, nos maraîchers, et les accompagner dans leurs démarches. A nous de cuisiner, d’utiliser les produits à bon escient en respectant les saisons. »

Lionel Veillet, Bac Pro et CAP pâtisserie en poche, entame sa carrière, lui aussi, dans les cuisines de la Présidence de la République durant son service national auprès de Joël Normand. Une expérience riche qui va le conduire à travailler ensuite dans les restaurants La Calèche (Clusaz) et L’Essentiel (Chambéry). Appelé à rejoindre les fourneaux du Palais présidentiel en 1999, Lionel est aujourd’hui sous-chef de cuisine auprès de Guillaume Gomez depuis 2014. « Je suis particulièrement fier et ému de recevoir cette médaille. Je remercie chaleureusement le chef Guillaume Gomez qui a demandé à ce que je sois honoré de cet insigne. Comment ne pas être heureux de promouvoir tous les jours, les produits de nos régions en France et en Europe ! »

Après une formation classique à l’Ecole de Paris des Métiers de la Table, effectuée en alternance au restaurant parisien La Traversière, Guillaume Gomez débute sa carrière en qualité de commis, puis responsable de poste dans les cuisines de Jacques Le Divellec. Ce dernier le recommande vivement au Palais de l’Elysée, où il effectue son service militaire comme ses confrères. Il ne pensait pas s’y attarder plus de deux ans, mais l’homme est très vite happé par l’atmosphère singulière de la brigade (80.000 repas / an), et son niveau d’exigence à la hauteur de son amour pour le métier. C’est dans ce cadre qu’il prépare le Concours des Meilleurs Ouvriers de France qu’il décroche avec brio. Il n’a que 25 ans. Les années passent, et le jeune chef gravit les échelons, jusqu’au poste actuel de Chef des cuisines du Palais de l’Elysée, succédant à Bernard Vaussion, en octobre 2013. « Avec Lionel Veillet et Cédric Grimaud, mes adjoints depuis bientôt un an aux cuisines du Palais de l’Elysée, j’associe à cette décoration tous les membres de la brigade de l’Elysée. La cuisine est un partage et je partage cette médaille avec eux. Le Mérite Agricole représente beaucoup pour nos professions, les cuisiniers bien sûr, mais aussi les maîtres d’hôtel, les pâtissiers, les fromagers… en somme tous les artisans présents lors de cette remise. Bernard Vaussion avec Joël Normand nous avait embauché et « fait » durant le service militaire. Si nous en sommes là aujourd’hui, c’est grâce à eux. Je les remercie très chaleureusement ».

Le ministre de l’Agriculture n’est pas en reste sur les qualités respectives des chefs médaillés : « Ce soir nous avons salué et décoré des chefs qui, tous les jours, nourrissent beaucoup de nos concitoyens », confie Stéphane le Foll. « Ils font vivre et surtout valorisent notre grande et belle cuisine française ».

 Faviconfondblanc20g

Fabrice Gil /©Cheick Saidou/Min.Agri.Fr – ©sortiesmediapresse

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.