Taxe sucrée-salée façon Jamie Oliver
Advertisement

Taxe sucrée-salée façon Jamie Oliver

par Franck Pinay-Rabaroust /

Et vlan, une taxe de dix livres, soit environ quatorze euros, pour une boisson sucrée commandée chez la célèbre toque Jamie Oliver. Selon le site eater.com, le chef britannique en a marre du sucre, aussi nuisible que le tabac d’après lui. L’argent recueilli devrait être versé à des organisations caritatives.

Sucre Jamie OliverJamie Oliver n’en rate pas une et suit un mouvement déjà bien engagé : le sucre est mauvais pour la santé, taxons-le ! Et pas qu’un peu puisque une boisson sucrée se verra subir une taxe de presque 14 euros. De quoi dissuader les amateurs ! Le sucre, nouvel ennemi des professionnels et de la puissance publique ? En janvier 2014, le Mexique avait adopté une taxe de 10% sur le sucre dans le but affiché de freiner la croissance de l’obésité. En France, la taxe « soda » – officiellement dénommée « contribution sur les boissons contenant des sucres ajoutées » – a été mise en place par le gouvernement Fillon en 2012. L’État français espérait récupérer quelque 120 millions d’euros. De son côté, le Centre d’études et de documentation du sucre (Cedus) veille dans son discours qu’il ne faut pas confondre le sucre – saccharose – et les sucres. Et rappelle également que, contrairement à une idée très répandue, la consommation de sucre n’a pas augmenté depuis 40 ans, avec une moyenne de 25 kilos par an et par personne. Après les graisses, « les » sucres semblent être devenus les meilleurs ennemis de certains professionnels qui confondent un petit peu trop facilement engagement, responsabilité, politique et cuisine.

Faviconfondblanc20g

Franck Pinay-Rabaroust / ©AFP PHOTO / LEON NEAL

Haut de page