Luc Dubanchet : « Ce qui m’intéresse avec l’Omnivore Food Book, c’est de mettre en avant et d’accompagner des histoires et des gens sincères »

Luc Dubanchet, fondateur d’Omnivore et du Food Book Double page dans le Food Book consacré à la Craft Beer   Atabula – L’Omnivore Food Book s’inscrit dans un format...
Luc Dubanchet, fondateur d'Omnivore et du Food Book
Luc Dubanchet, fondateur d’Omnivore et du Food Book
OFB BEER
Double page dans le Food Book consacré à la Craft Beer

 

VERRE 600 400

RECETTE

Atabula – L’Omnivore Food Book s’inscrit dans un format éditorial hybride, entre le livre et le magazine. Comment le qualifieriez-vous ?

Luc Dubanchet – Je crois que le mot importe peu. Ce n’est ni un magazine, ni un livre. En moyenne, le Food Book contient près de 25 sujets traités comme dans un magazine, mais dans un format qui se rapproche plus du livre. Nous avons d’ailleurs fait le choix d’être distribué en librairie, et non en kiosque. Cela s’inscrit dans l’historique d’Omnivore dont le premier carnet remonte à novembre 2005. Déjà, il était distribué en librairie. L’idée d’hybridation éditoriale du Food Book me plait bien. Cela correspond d’ailleurs à l’identité même d’Omnivore.

En quoi Omnivore est un hybride ?

L’équipe est sur le terrain, les pieds dans la boue et nous analysons ce que nous voyons. Nous ne sommes pas que spectacteurs de l’univers de la cuisine, nous voulons en être un acteur à part entière. Nous observons, nous analysons, nous le traduisons par nos événements et dans le Food Book. Celui-ci contient différentes strates, chaque lecteur va se l’approprier à sa façon, en fonction de ses intérêts. Finalement, c’est un objet « trans », sans trop d’équivalents en France comme à l’étranger.

Quelle est la place de la publicité ?

Celle-ci a toujours été présente, depuis le premier Carnet. La relation avec la publicité est toujours complexe, d’abord parce que nous sommes distribués en librairie – il y a donc des règles strictes à respecter -, ensuite parce que nous voulons proposer un bel objet dans lequel la publicité ne soit pas envahissante. Mais nous en avons aussi besoin, il ne faut se le cacher.

Quel est le tirage ?

Nous tirons à 4500 exemplaires, avec une distribution bicéphale : 2500 exemplaires en librairie, 2000 exemplaires distribués pendant nos événements ou envoyés aux « influenceurs » du secteur, journalistes et autres.

Quel discours prônez-vous au sein de l’Omnivore Food Book ?

Là encore, notre discours n’a pas changé au fil des années. Ce qui m’intéresse, c’est de mettre en avant et d’accompagner des histoires et des gens sincères, d’aller chercher là où se trouve la cohérence chez toutes ces personnes qui travaillent dans l’univers de la cuisine. L’accompagnement n’est pas un vain dans ce secteur où l’exercice de création est immédiatement sanctionné par un acte d’achat.

Le Food Book parle beaucoup des individus, mais également des tendances ?

Je ne suis pas fan du mot « tendance ». Par définition, c’est évanescent. Or Omnivore n’a jamais voulu surfer sur l’air du temps. Quand nous parlons de fermentation, de pain ou de charcuterie, nous ne sommes pas dans la tendance, mais dans la cuisine contemporaine. Depuis le début d’Omnivore, nous défendons le vin nature. Il ne s’agit pas d’une tendance, mais de beaucoup plus ! Omnivore ose prendre position, sans en faire des tonnes. D’ailleurs, nous parlons beaucoup moins que d’autres… Nous essayons d’avancer et c’est l’essentiel.

La marque Omnivore se développe partout à travers le monde et, inversement, l’Omnivore Food Book n’existe qu’en langue française, avec une diffusion limitée principalement à la France. Avez-vous des projets pour le développer à l’étranger ?

Il y a effectivement un hiatus que nous cherchons à régler. La réflexion sur un Food Book en anglais est lancée. Mais ce ne sera certainement pas une simple traduction du numéro français. Ce sera une vraie création éditoriale spécifique, différente. L’objectif est que ce Food Book en anglais voit le jour d’ici deux ans.

Faviconfondblanc20gPropos recueillis par Franck Pinay-Rabaroust

COUV 300

COUV 2 OM

 


Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.