Concept prometteur ou grosse supercherie, le “Mindful Eating” débarque en France

EXPERIENCE 80En vogue aux États-Unis depuis plusieurs années, le concept de Mindful Eating – “manger en pleine conscience” – débarque en France. Issue de la “pleine conscience” (Mindfulness), programme de méditation développée dans le milieu médical pour traiter le stress et les douleurs chroniques, la méthode, enseignée par le Dr Jan Chozen Bay, entend bouleverser notre rapport à la nourriture en abordant nos repas plus lentement, plus sereinement, à l’écoute de nos émotions et de nos sensations. À l’occasion de la première journée mondiale consacrée au concept, Géraldine Desindes, formatrice bien-être, spécialisée en Mindful Eating explique comment envisager notre assiette autrement, en incluant cette pratique de l’attention dans notre quotidien.

À l’heure où pause-déjeuner rime souvent avec distraction – répondre à un mail, allumer la télé, ouvrir un livre, téléphoner -, le Mindful Eating propose de ralentir et de couper les sollicitations pour éviter de trop manger et de changer nos comportements alimentaires.

Qu’est-ce que le “Mindful Eating” ?

Géraldine Desindes – Il s’agit de retrouver une connexion entre son corps et son esprit au moment de manger. Retrouver une sorte de sagesse intérieure qui va diriger nos choix d’aliments et nos quantités. C’est comme faire un pas de côté par rapport aux pulsions qui nous poussent à manger de manière compulsive. Il s’agit d’observer sa faim, son état émotionnel avant de se mettre à table pour aller vers un comportement plus juste. Et pour cela il faut ralentir. Nous sommes aujourd’hui sur-sollicités par la nourriture : il faut apprendre à composer, regarder et savourer son assiette.

Que peut nous apporter cette méthode ?

L’idée n’est absolument pas de faire un régime, de se restreindre ni d’écarter la notion de plaisir. En écoutant son corps et donc sa satiété, on peut cependant maigrir, car on réduit les quantités et on est moins stressé. On va apprendre à différencier les signaux de faim et ceux de l’angoisse qui parfois se ressemblent: des crampes dans l’estomac, des fourmillements, une fatigue cérébrale, etc. Avec le Mindful Eating, chacun devient son propre expert. Ça commence dès les courses ou la préparation du repas. De quoi ai-je réellement envie ? Tel aliment est-il bon pour moi ? On est souvent programmé par nos yeux. En nous connectant aux aliments que nous ingérons, nous nous interrogeons aussi sur les modes de production, sur le trajet qu’à parcouru tel ou tel produit pour arriver dans notre assiette.

Comment pratiquer le “Mindful Eating” au quotidien ?

Plus la pause est courte, plus le moment du repas doit être valorisé. La digestion sera meilleure et on sera plus efficace après. On peut d’ailleurs s’exercer sur des collations dans un premier temps. Le problème est souvent dans nos pensées et nos émotions. Il est donc indispensable de commencer par des grandes respirations ventrales pour se calmer, puis observer s’il y a des zones de tension et les dissiper à l’aide de la respiration, mettre de côté toutes les interrogations du moment et surtout s’interroger sur sa sensation de faim. Ne pas hésiter à mettre ses cinq sens au service de l’expérience en contemplant son assiette notamment, les couleurs, les odeurs, les saveurs, etc.

Faviconfondblanc20gAFP Relaxnews / ©Dean Mitchell


Pour aller plus loin

“Manger en pleine conscience : La méthode des sensations et des émotions”, Dr Jan Chozen Bays, édition Les Arènes


Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut de page