L’alimentation, un plaisir avant d’être une nécessité pour 59% de Français

L’école apprend aux enfants que manger est un besoin primaire, l’adulte, lui, en fait un moment privilégié. Selon une étude Kantar Worldpanel, 59% des Français considèrent l’alimentation comme un...

ETUDE 80L’école apprend aux enfants que manger est un besoin primaire, l’adulte, lui, en fait un moment privilégié. Selon une étude Kantar Worldpanel, 59% des Français considèrent l’alimentation comme un plaisir, avant d’être un besoin. Tant mieux puisque cela se répète au moins deux fois par jour. A se demander pourquoi les Français n’ont pas plus le moral…

Les chariots remplis à ras bord le samedi ne représentent plus que 19% du marché des produits de grande consommation, quand ce chiffre s’élevait encore à 28% en 2004

Et pour se faire plaisir, le Français s’active : plus de la moitié des Français (52%) cuisinent tous les jours, 12% de plus se mettent aux fourneaux le week-end et 45% le dimanche midi. Le plaisir est le maître-mot pour les Français qui considèrent que s’alimenter doit avant tout faire du bien.  Rien d’étonnant donc si les consommateurs privilégient la qualité plutôt que la quantité au moment des courses. 53% des répondants disent essayer des produits locaux aussi souvent que possible.

Les Français préfèrent désormais acheter au coup par coup. Les chariots remplis à ras bord le samedi ne représentent plus que 19% du marché des produits de grande consommation, quand ce chiffre s’élevait encore à 28% en 2004. A l’inverse, les dépannages, c’est-à-dire de deux ou trois articles, correspondent à 40% des achats. Dans le même temps, les courses en ligne progressent et concernent 5,1% du marché des produits alimentaires. Kantar Worldpanel prédit que ce niveau atteindra 10% en 2025.


Faviconfondblanc20gFranck Pinay-Rabaroust, avec AFP Relaxnews / © lola1960

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Le Burkina Faso n’est pas le seul pays qui doit faire face à ce double fléau. Dans toute l’Afrique subsaharienne, les gouvernements nationaux sont confrontés à des transformations majeures du régime alimentaire des populations, avec des pénuries d’aliments de base traditionnels et une disponibilité de plus en plus grande d’aliments transformés, option pratique et parfois peu chère. »

_________

Le plaidoyer d’Armand Béouindé, maire de Ouagadougou (Burkina Faso, Afrique) dans les colonnes du Monde pour inciter les villes africaines à s’engager dans une lutte contre la malbouffe. / Lire l’article

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...