Bande de gourmands : le collectif lyonnais qui prône la cuisine brute et hors des murs

Pourquoi avoir créé ce collectif Bande de Gourmands en octobre 2015 ?

Nous sommes quelques amis à avoir voulu se retrouver autour de valeurs communes sur la gastronomie, avec une volonté de casser les codes du milieu, notamment en travaillant « hors les murs ». L’ADN du collectif repose sur la diversité de ses adhérents, issus de formations et de types d’établissements différents mais se rejoignant pour créer une identité forte et riche autour du produit brut, frais, transformé sur place, dans les « règles » de la cuisine moderne. Nous sommes tous sur Lyon, à l’exception de Jean-Michel Carrette qui est sur Tournus.

Cette diversité des membres du collectif se retrouve d’ailleurs dans la composition du bureau…

Absolument. Le bureau à l’initiative de ce projet est composé de Hubert Vergoin, chef du restaurant « Substrat », WelcoMm,  une agence de marketing spécialisée dans l’art de vivre, Gaëtan Gentil, chef du restaurant PRaiRial et de moi qui m’occupe du blog « L’Epicurieux » et gérant de L’ Ambassade du goût. Nous avons obtenu le statut d’association début 2016. Le collectif compte à présent 26 adhérents de professions  et d’horizons différents, comme des chefs étoilés, des producteurs,  des maraichers, des pâtissiers, des spécialistes de la boisson et autres.

Quels ont été les derniers événements que vous avez organisé ?

Nous avons organisé trois grands événements dernièrement. Le 10 octobre 2015,  il y a eu une proposition de menu à six mains pour 45 convives dans un entrepôt, sous l’annonce de « Tout se cuisine, tout se mange, rien ne se perd ». En novembre, nous avons organisé un repas dans le noir, dans la salle de concerts Le Sucre, renommée pour ses concerts électro. Un repas menant vers la découverte et l’analyse du goût sans la vue du produit.  Nous avons même fait un test sous forme de QCM, qui amenait les convives à tenter de reconnaître la composition des plats, le tout accompagné d’une ambiance musicale électro. Enfin, le 14 février dernier, toujours au Sucre, un brunch a été servi sur deux services de 100 personnes, avec un concert de musique classique et contemporaine.

Quels sont vos futurs projets ?

Le prochain événement pourrait avoir lieu en juin prochain, avec l’organisation d’une guinguette. Un autre projet est en cours : la création d’un marché dans un loft, avec différents stands (boucherie, primeur, poissonnier, etc.). Les convives pourraient composer eux même leur menu avec les produits proposés, à l’aide des conseils de chefs présents. Nous avons un autre projet dans les tuyaux : l’organisation d’un festival culinaire à Lyon, avec des démos et des « battles » entre chefs.

Quels sont vos liens avec les autres associations de chefs à Lyon ?

Un rapport de complémentarité s’est également crée entre notre collectif et les autres associations ou clubs gastronomiques lyonnais, loin de toute compétition, nous essayons de travailler ensemble, je peux par exemple citer les Toques Blanches ou les Gueules de Lyon.

Souhaitez-vous vous rapprocher d’autres villes pour gagner en visibilité ?

Des projets sont en cours et la réflexion est engagée. Nous souhaiterions par exemple organiser des concours avec d’autres collectifs de Paris, Marseille, ou autres.


Pratique

www.facebook.com/bandedegourmands


00-FAVICONPropos recueillis par Pauline Beyens

Atabula 2020 - contact@atabula.com
Haut de page