La nudité au restaurant : nouvelle arme conceptuelle ou bêtise virginale ?

TABLE 80Quelles sont les limites du concept ? Si la réponse d’un point de vue économique est toute trouvée – tant que c’est rentable, c’est que le concept est bon ! -, d’un point de vue moins mercantile, la réponse est plus complexe. Prenons un exemple : créer un restaurant où l’on mange nu comme un vers. Certains diront que la chose n’est pas nouvelle, voire même reviendront à Adam et Ève pour démontrer que le naturisme fait partie de notre histoire et de notre culture. Certes. Mais nous sommes en 2016 et, si l’habit ne fait pas le moine, il se révèle tout de même bien pratique en société.

L’objectif du concept, s’il n’est pas gastronomique, est d’ôter tous signes extérieurs de la vie moderne pour se concentrer sur l’essentiel

Cela n’a pas empêché un hurluberlu de lancer un restaurant éphémère à Londres dans lequel le client est invité à se dénuder pour faire ripailles. Les clients sont invités à ôter vestes, jupes et pantalons pour enfiler un peignoir avant de prendre place à table. Des casiers permettent de garder précieusement ses affaires. Les clients ont le choix d’enlever la robe de chambre, ou pas, après s’être installés. L’intimité est préservée par des espaces structurés grâce à des paravents de bambou évitant les regards déplacés. Pour sa part, le service est vêtu de manière très légère.

L’objectif du concept, s’il n’est pas gastronomique, est d’ôter tous signes extérieurs de la vie moderne pour se concentrer sur l’essentiel. Reste à savoir où la concentration ira se nicher… Les clients ne pourront pas utiliser leur smartphone et ils dîneront à la lueur d’une bougie. L’électricité y sera proscrite. Côté cuisine, les plats seront servis dans une vaisselle d’argile tandis que les couverts seront comestibles. Le contenu de la carte doit être encore détaillé, mais on sait déjà qu’il y aura de la viande grillée et que les cuisiniers n’utiliseront pas le gaz. Malheureusement, le concept a ses limites et son créateur n’est pas allé au bout de sa logique : les clients intrigués, mais qui n’oseront pas jouer le jeu, pourront quand même venir grâce à la présence d’une salle « textiles ».

Le restaurant s’appelle The Bunyadi et doit ouvrir en juin dans le centre de Londres. L’adresse exacte n’a pas encore été dévoilée. Pour l’heure, il convient de s’inscrire sur une liste d’attente sur le site thebunyadi.com. Plus de 4000 personnes ont déjà signifié leur envie de tester cette adresse. Côté concept, Londres n’en est pas à son coup d’essai : les Londoniens ont déjà testé les fruits de mer servis en boîte de conserve, l’addition à régler uniquement en câlins, boire un café en compagnie d’une chouette. Même le tube – le métro londonien – a été transformé en table éphémère. À Paris, le concept du repas dans le noir fait fureur. Et demain, la nudité, nouvel outil conceptuel en restauration ?


00-FAVICONFranck Pinay-Rabaroust / © dundanim

 

Atabula 2020 - contact@atabula.com
Haut de page