“Le burger avec tout dedans” : démonstration de la vraie pornographie de la “food”

PRODUIT 80Drôle ? Ridicule ? Bien plus pornographique que le sage “food porn” ? Il y a un peu de tout cela avec ce burger “With everything on it”. La chaine Lotteria frappe fort avec cette horreur qui dégouline de produits et de sauces.

Une sauce qui mélange les saveurs de la teriyaki avec celles de la mayonnaise traditionnelle, d’une mayonnaise épicée, d’une sauce tartare, d’une sauce à la viande et du ketchup a été concoctée pour coller tous les étages.

Le burger est en effet constitué de quatre steaks hachés, mais aussi d’une côte de porc, d’une galette de crevettes frites. Le tout est assemblé par du bacon, une tranche de fromage, d’un oeuf au plat, et d’une ribambelle de légumes. On croque dans de la salade, mais aussi de la tomate, de la laitue, de la tomate et des oignons. Une sauce qui mélange les saveurs de la teriyaki avec celles de la mayonnaise traditionnelle, d’une mayonnaise épicée, d’une sauce tartare, d’une sauce à la viande et du ketchup a été concoctée pour coller tous les étages.

Le “burger with everything on it” est vendu 12,60 dollars en édition limitée du 28 avril au 31 mai prochains chez Lotteria, au Japon. La chaîne de restaurants avait déjà tenté l’expérience l’année dernière, mais avec des ingrédients différents. Le burger est souvent sujet à la démesure. Un restaurant londonien s’était payé une jolie communication fin 2014 en sortant le burger le plus cher du monde. Au prix de 1 400 euros, le “glamburger” était ainsi composé d’un steak de bœuf de Kobé, et d’un autre de chevreuil de Nouvelle-Zélande (60g), de homard canadien poché au safran iranien, de caviar Beluga, de brie à la truffe noire, de bacon au sirop d’érable, d’un œuf de canard fumé, le tout coiffé d’un bun brioché à la feuille d’or. La recette était assaisonnée de sel de l’Himalaya et assemblée avec une mayonnaise au matcha ainsi qu’une sauce mangue et champagne. Quelques brisures de truffe blanche d’Alba râpée peaufinaient la recette luxueuse. Certes, mais cela n’empêche pas que le résultat soit le même au final : comme une envie de vomir…

Quel intérêt de créer un tel produit ? Faire parler de soi ? Peut-être. Reste ce sentiment évident que l’excès est rarement synonyme de bon sens et d’intelligence. En cuisine, la notion de performance n’est jamais loin ; pour le mangeur, elle rime pourtant rarement avec plaisir. Avec ce burger “avec tout dedans”, il n’est plus ici question de “food” mais bel et bien de “porn”. Sans aucun intérêt, si ce n’est de disserter sur les limites de la connerie.


À lire sur Atabula

L’irrésistible mue du hamburger

250 000 combinaisons différentes de hamburger chez Five Guys : l’enseigne compte bien s’imposer rapidement en France


00-FAVICONFranck Pinay-Rabaroust, avec AFP Relaxnews / ©Kenishirotie

Voir les commentaires (0)

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut de page