Tribune – Notre startup MoiChef n’a plus d’argent !

Atabula a décidé de publier cette tribune de Tristan Laffontas, co-fondateur de MoiChef, un texte qui ressemble surtout à un appel au secours économique.

Cette démarche de vérité et de transparence est à saluer car elle montre, dans toute sa rudesse, qu’il n’est jamais facile de créer son entreprise. L’idée de départ de MoiChef est intéressante : cuisiner chez soi un plat d’un grand chef, avec les mêmes produits et en suivant la recette, le tout étant livré à domicile. Reste que la sauce n’a pas pris comme l’aurait voulu les fondateurs de MoiChef. Pourtant de nombreux chefs ont joué le jeu : Sébastien Bras, Yves Camdeborde, Jérôme Banctel, Jean-Pierre Vigato et d’autres. Espérons que la publication de cette tribune permette à ce beau projet de continuer.

Franck Pinay-Rabaroust


TRIBUNE DE TRISTAN LAFFONTAS, CO-FONDATEUR DE MOICHEF


Bonjour à tous,

Voila, c’est dit. Pas simple à avouer en tant qu’entrepreneur, mais ça a le mérite d’être honnête.
A ce rythme, dans quelques mois, nous devrons mettre fin à l’aventure MoiChef.

Le contexte

Romain et moi avons lancé MoiChef à Toulouse en décembre 2014, après avoir quitté nos entreprises, et nos emplois (plutôt bien payés pour nos âges, respectivement 28 et 29 ans à l’époque) parce que nous avions un rêve.
Ce rêve, c’était tout simplement d’accessibiliser la cuisine des plus grands chefs afin que n’importe qui puisse cuisiner des plats exceptionnels, avec des ingrédients de qualité.
Pour réaliser ce rêve il fallait affronter deux obstacles (en plus de quitter nos jobs confortables) :
1) Les chefs vont-ils livrer leurs secrets si jalousement gardés?
2) Comment « n’importe qui » pourra refaire seul, chez lui, des recettes qui ont nécessité des années de pratique aux grands chef ?
Je peux -avec assurance- dire qu’aujourd’hui, nous avons relevé ce défi, pas sans peine, mais nous avons réussi :
1) En entretenant une vraie relation de confiance avec les chefs et en mettant un point d’honneur à mettre en avant leur savoir faire. Livrer les meilleurs ingrédients possibles (les mêmes que ceux sélectionnés par les chefs), des photos de grande qualité (merci à notre gourou Emilie Gentils) et une Direction Artistique irréprochable (Thomas, t’es un artiste).
Avec aujourd’hui plus de 30 chefs, dont les plus grands (Sébastien Bras, Yves Camdeborde, Christian Constant…), je considère cette mission comme accomplie.
2) En faisant le choix de ne proposer qu’une seule recette à la fois, nous avons pu consacrer beaucoup de temps à chacune d’entre elles, les faire et les parfaire jusqu’à ce qu’il ne reste plus aucune place au doute.
Nous avons permis à nos clients d’apprendre de nouvelles techniques, de découvrir de nouvelles saveurs sans pour autant avoir besoin d’acheter le robot de cuisine dernier cri.
Avec plus de 1 500 plats vendus et des retours extrêmement positifs : mission accomplie.
Mais ça ne fait pas tout.

MOI CHEF CHEFS

La triste réalité du chômage

Malgré ces belles réussites, la réalité économique fait que nous sommes aujourd’hui au chômage. Nous ne nous sommes pas versés le moindre centime depuis la création de MoiChef : tout est réinvesti dans notre startup.
Nous avons investi 30 000€ de notre argent personnel dans MoiChef (indemnités de licenciement + vente de la voiture). Cette somme a fondu progressivement pour payer nos prestataires, notre site web, nos locaux, de la communication en ligne et hors ligne…
Si d’ici la fin de l’année, nous n’augmentons pas suffisamment le chiffre d’affaire de MoiChef, nous ne pourrons pas nous payer, et nous n’aurons plus le chômage. Ce sera donc la fin de cette aventure.

CHEF MOI CHEF
Romain Priot (gauche) et Tristan Laffontas (droite)

Pourquoi cet article ?

Déjà parce que ça fait du bien. Voilà.
Aussi, ça évitera probablement de recevoir des messages du type « Bande de capitalistes, vous avez quitté Toulouse pour vous en mettre plein les poches ! » (Véridique)
Enfin, parce que rien n’est joué, je suis toujours convaincu que nous pouvons emmener MoiChef très loin. Tous les gens qui ont pu tester notre service en ont été extrêmement satisfaits.
Cet article y contribuera peut être.

L’espoir

Pour vendre, il faut être connu. D’autant plus à Paris où le marché est actuellement saturé d’offres autour de la « food ». Aucune d’entre elles ne fait concurrence à MoiChef, seule positionnée sur le haut de gamme avec exclusivement des plats de grand chefs. Encore faut-il réussir à faire passer ce message aux parisiens.
Pour être connu, il faut communiquer et ça coûte de l’argent, beaucoup d’argent. Le fameux bouche à oreille -doux rêve de tout entrepreneur- fonctionne, mais beaucoup trop lentement.
Nous sommes donc actuellement en train de chercher à lever des fonds auprès d’investisseurs. Ceux qui ont vu notre intervention télévisée sur BFM Business savent qu’un BA (Business Angel) est bien parti pour investir dans notre startup, mais tant que l’argent n’est pas sur le compte, le champagne reste au frigo.
Vous pouvez nous aider
Si en lisant ce message, vous vous dites que « quitte à défiscaliser pour l’ISF, autant que ce soit pour une belle startup » => Appelez moi tout de suite au 06 89 45 07 06.
Si votre oncle, votre tante ou votre voisin(e) paye l’ISF, envoyez lui cet article, avec un peu de chance il/elle s’arrêtera au paragraphe précédent.
Si vous êtes toujours en train de lire cet article, ce n’est pas grave car il vous reste néanmoins un pouvoir énorme : celui de partager MoiChef auprès de votre entourage. Partager cet article, notre page Faceboook, Twitter, Instagram

Si vous êtes toujours là, vous pouvez juste nous envoyer un e-mail d’encouragement, ça aura beaucoup plus d’effet que vous pouvez l’imaginer : tristan@moichef.fr, romain@moichef.fr.

MoiChef est une aventure exceptionnelle, humainement, professionnellement, Gastronomiquement. Romain et moi ferons tout, jusqu’au bout, pour vous permettre de cuisiner chez vous les plats des plus grands chefs.


00-FAVICONTristan Laffontas, Co-Fondateur de MoiChef

Afficher les commentaires (6)
  • Tristan,

    Votre tribune m’a émue, mais elle m’a aussi laissée perplexe.

    Je vois bien qu’il y a un problème de communication avec votre startup : j’ai lu le texte trois fois et je n’ai toujours pas compris exactement quel service vous offrez. En gros, je vois l’essentiel : proposer des recettes de grands chefs en kit. Livrer les produits et la recette, puis laisser faire le client. D’emblée, il n’est pas facile de discerner ce qui est livré avec les produits : je vois « des photos de grande qualité » et « une direction artistique irréprochable ». Si c’est tout ce que vous proposez pour que le client puisse réussir la recette, je crois que vous faites fausse route : certes la photo est importante pour connaître l’aspect de la recette finie, mais une recette, c’est avant tout un texte, des instructions, des précautions, et si possible la recette doit être bien rédigée. Vous n’en faites même pas mention. Avez-vous fait appel à un rédacteur de recettes compétent ? Je suis bien placée pour savoir que la cuisine des chefs doit être traduite à partir de la source…

    Quant à la direction artistique, elle n’a rien à voir avec le succès de l’entreprise (réussir une recette de chef).

    Ensuite, bien que je respecte votre rêve, je me demande si, en fin de compte, votre idée est si bonne que ça. Il est important d’apprendre/réapprendre au public à faire la cuisine, oui, mais je crois qu’au lieu de renforcer l’image et l’importance du chef dans cette opération, il faut au contraire apprendre aux gens à se passer des chefs. Il faut, à mon avis, dé-cheffer la cuisine et la rendre aux simples citoyens, et pour cela les libérer des formes de la cuisine professionnelle.

    Mais ça, c’est juste mon avis. Il en ressort tout de même la question de la méthodologie et du savoir-faire : d’après votre tribune, il me semble que vous avez misé au maximum sur l’image des chefs, sur la photo, sur la « direction artistique » — donc sur le « packaging » — mais beaucoup moins sur la pédagogie et sur les réelles attentes du public. Tout se passe comme si, avant de vous lancer, vous n’aviez pas sollicité les services d’un auteur/rédacteur/consultant culinaire pour auditer et étayer votre projet. Peut-être celui-ci aurait-il mieux fonctionné si vous l’aviez fait.

    Depuis plus de vingt ans que je travaille avec des chefs, que j’écris leurs livres avec eux et pour eux, que je crée des recettes avec ou sans eux, et que je connais d’une part leur travail de pro et d’autre part les attentes du public (en tant qu’auteur de livres j’ai une prise directe sur les désirs des lecteurs), j’ai déjà pas mal fait le tour de tout ça. Je vous propose donc mon aide et mes conseils, mais pour cela il faudrait que je puisse tester votre produit et m’entretenir avec vous.

    Vous pouvez me joindre par l’intermédiaire des rédacteurs d’Atabula si vous pensez que je peux vous être utile.

    À bientôt j’espère
    Sophie Brissaud

    • Bonjour Sophie,

      Tout d’abord, désolé pour le délai de réponse, nous avons eu une semaine un peu mouvementée, suite à la publication de l’article 🙂 Et merci également pour votre long feedback qui est très important pour nous.

      Je vous propose de me contacter par mail pour en parler plus longuement : tristan@moichef.fr

      Très bonne journée.

      Tristan.

  • Bonjour, moi je vois une jolie façade, mais à mille lieux de la réalité.
    Tout d’abord pourquoi devoir laisser un email pour accéder aux offres ? Vous perdez x% de vos visiteurs déjà rien qu’à cette étape.
    Puis je me suis arrêté à la première offre : 49.40€ pour 2 personnes pour 2 filets de maquereaux et quelques petits pois et crevettes. L’ingrédient principal coûte 7.5€ (le kilo en poissonnerie) et le reste pas grand chose vu les quantités présentées sur la photo.
    Si je m’arrête à cet aspect, on me propose de passer commande sans plus d’informations (le grammage de chaque ingrédient au minimum).
    La recette… vous auriez pu faire des photos pas à pas des étapes de la recette, des sites comme Chef Simon le font, ou les étapes comme dans Beef Magazine… ou pourquoi pas une vidéo du Chef qui explique la recette, ajoute des anecdotes et prenne la parole pour justifier la somme.
    L’offre n’est franchement pas top.

    • Bonjour Jy,

      Tout d’abord, merci pour votre feedback qui est très important pour nous et désolé pour le délai de réponse. Lorsque vous commandez un plat sur MoiChef, vous recevez effectivement des vidéos exclusives du chef dans sa cuisine pour divers gestes techniques. Nous pouvons en parler plus longuement si vous le souhaitez, n’hésitez pas à me contacter : tristan@moichef.fr

      Très belle journée,

      Tristan.

  • Bonjour,
    Je me demande si vous ne faites pas fausse route en comptant sur le fait que vos clients (parisiens entre autres) voudraient reproduire les plats de grands chefs. En effet, le Parisien ne cuisine pas. S’il veut de la cuisine de grand chef, il n’a qu’à sortir de chez lui.

    • Bonjour François !

      Merci pour votre commentaire : l’avenir nous le dira, n’est-ce pas ?
      N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez échanger.

      Très belle journée,

      Tristan.

Atabula 2020 - contact@atabula.com
Haut de page