Chez Carrefour, l’hyper c’est fini. Vive la proximité, le frais, le bio et le personnalisé

Du frais, du bio, de l’offre personnalisée et de la proximité, voilà ce que souhaite le client, voilà ce que vont proposer de plus en plus d’enseignes. Et voilà ce que  le distributeur français Carrefour vient d’ouvrir à Paris : un nouveau concept de magasin de centre-ville, premium et gourmet, destiné à séduire la clientèle urbaine.

“On a voulu totalement réinventer le concept pour le rendre plus proche des attentes de nos clients”

Baptisé “Market Saint Marcel” et situé en bordure du chic 5e arrondissement, le magasin est en fait une rénovation/extension d’un ancien Carrefour Market. D’une surface de 1 355 mètres carrés, le point de vente fait la part belle aux produits frais, dont 300 à 400 mètres carrés rien que pour la zone “rayons à service”, à savoir des espaces boucherie, charcuterie, poissonnerie, fromagerie à la coupe, alors que le précédent magasin était 100% libre-service. “On a voulu totalement réinventer le concept pour le rendre plus proche des attentes de nos clients”, explique Stéphanie Escales, directrice régionale Market sur Paris.

L’offre bio et santé (sans gluten, sans sucre…), l’offre snacking et l’espace caviste ont été élargis. Soixante références de produits locaux ont également été mises en place. Côté décoration, le magasin s’inspire clairement des codes des spécialistes ou de la restauration, avec un éclairage tamisé sur certaines zones, des LED, un mobilier à dominante bois et tôle armée, et des briques aux murs.

“Le centre de gravité du groupe, autrefois bâti principalement autour des hypermarchés, évolue lentement, mais sûrement, vers la proximité”

Le groupe se refuse pour le moment à évoquer une possible extension du concept à d’autres magasins, mais ne l’exclut pas non plus. “Il s’agit de faire évoluer le magasin urbain, mais sans pour autant créer un concept unique duplicable à l’identique. L’idée est plutôt d’essayer à chaque fois de s’adapter au quartier dans lequel le magasin se trouve”, explique une porte-parole. En 2013, Carrefour avait annoncé son projet de tester un nouveau magasin pour gourmets Place de la Madeleine à Paris sur 3 500 mètres carrés entre les boutiques Fauchon et Hédiard. L’idée avait finalement été abandonnée. Depuis le distributeur a lancé de nouveaux concepts de supermarchés gourmets en Italie.

Lors de l’assemblée générale de Carrefour en mai, le PDG Georges Plassat avait clairement indiqué que “le centre de gravité du groupe, autrefois bâti principalement autour des hypermarchés, évolue lentement, mais sûrement, vers la proximité”, précisant que plusieurs “nouveaux concepts pilotes” étaient progressivement installés, parallèlement à “un parcours de rajeunissement, de modernisation de l’ensemble des magasins”.


00-FAVICONFranck Pinay-Rabaroust, avec AFP / © Eric Piermont

Afficher les commentaires (3)
  • Mais à quels prix, cette “Évolution vers la proximité…” !!! Dans le quartier Alésia (75014), 3 ouvertures de Carrefour City en moins d’un an, dont 2 à… Proximité d’un Carrefour Market. Les prix, sur les mêmes produits (marques Carrefour et/ou nationales), sont plus chers de 40 à 50% en moyenne. C’est juste un peu ridicule dans une zone de chalandise plus que fournie en enseignes diverses, Lidll, Franprix, Super U ou Monoprix… Les consommateurs ne sont pas idiots, ils comparent de plus en plus et, au final, les Carrefour City sont désespérément vides de clients…

  • A voir ce que les gens achètent chez Carrefour et tous les autres, nous finirons bien par n’avoir que des grandes ou moyennes surfaces et les marchés tant convoités par les étrangers vont bien finir par disparaitre. Merci Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut de page