Imbroglio autour du rôle d’Alain Ducasse dans la reprise du restaurant L’Espérance à Vézelay

La situation semble confuse du côté de Vézelay et du restaurant L’Espérance. Ce dernier, placé en liquidation judiciaire en 2015, a été racheté par la société Hotel and Food Disrupt Partners (HFDP) le 15 novembre dernier. La presse, dont le site Atabula, a annoncé ce rachat, précisant qu’Alain Ducasse faisait partie de l’opération juridique. Induisant, logiquement, qu’il aurait son mot à dire sur les choix – culinaires et autres – de l’historique maison de Vézelay qui a connu les joies de la troisième étoile en 1983.

Or un article du journal Le Parisien, publié dans l’après-midi du lundi 21 novembre, précise que cette reprise est l’oeuvre de Guillaume Multrier, spécialisé dans la communication et Internet, ex patron du groupe Webedia. Dans cet article, le fils de Marc Meneau, Pierre, confirme la vente mais réfute la présence d’Alain Ducasse dans cette opération, si ce n’est dans un rôle de « consultant » auprès de la société HFDP. Toujours dans cet article, le mandataire judiciaire Bernard Delibes précise qu’Alain Ducasse « aurait notamment pour rôle de former le personnel ».


Sur le site Internet appartenant à la société HFDP, Alain Ducasse est présente comme co-fondateur et associé.
Sur le site Internet appartenant à la société HFDP, Alain Ducasse est présente comme co-fondateur et associé.

Par-delà la question de savoir si Alain Ducasse peut se limiter à jouer les consultants-formateurs dans une telle maison, la question de la situation juridique de l’homme d’affaires monégasque se pose. Est-il partie prenante de près ou de loin au rachat de l’Espérance ?Et c’est là que les choses deviennent complexes. Sur la homepage du site hotlsreinvnted.com, propriété de la société HFDP, Alain Ducasse est clairement présenté comme co-fondateur et associé de l’entreprise, aux côtés du fondateur et des différents directeurs généraux. La relation professionnelle entre les deux hommes existe sur d’autres affaires, comme l’Académie du Goût (Alain Ducasse est en le président, Guillaume Multrier en est administrateur) ou, avant, avec le rapprochement entre Webedia et le groupe Alain Ducasse. Reste que la société HFDP est…. une société par actions simplifiée avec un associé unique, Guillaume Multrier en l’occurrence.

Contrairement à ce que laisse croire le site propriété de la société HFDP, Alain Ducasse n’est pas associé au sens juridique du terme. Il est au mieux un consultant extérieur, ce que confirme Pierre Meneau dans cet article du Parisien. Qui précise : « Marc Meneau, 74 ans, et son fils Pierre, 30 ans, collaboreront en tant que consultants de HFDP pour les trois prochaines années. « Une des conditions de reprise était que mon père et moi travaillions dedans comme consultants. On va signer les cartes, les menus », a détaillé Pierre Meneau. » Autant dire que cela fait beaucoup de consultant du côté de Vézelay. Et autant de questions sur les missions précises des uns et des autres.


Sur le même sujet

L’Espérance de Marc Meneau passe sous la coupe d’Alain Ducasse


Franck Pinay-Rabaroust

 

Atabula 2020 - contact@atabula.com
Haut de page