Papilles : une revue très confidentielle et très réussie

La revue Papilles peut être qualifiée, sans déformer la vérité, de confidentielle. Six cents exemplaires, réservés aux adhérents des Bibliothèques gourmandes. La volonté n’est pas ici de toucher la...

La revue Papilles peut être qualifiée, sans déformer la vérité, de confidentielle. Six cents exemplaires, réservés aux adhérents des Bibliothèques gourmandes. La volonté n’est pas ici de toucher la masse ou de faire le buzz. C’est tout le contraire : un lectorat que l’on peut dire « qualifié », trié sur le volet, pour une écriture qui ne l’est pas moins. Un crédo : la valeur ajoutée.

Papilles est une revue de haute qualité comme il en existe peu

Dans son numéro 44 (janvier 2016), Papilles a pour thématique « Les transports de la table ». Le lecteur y découvrira un « Escoffier voyageur » (rédigé par Bénédict Beaugé), « Les tribulations de l’escabèche, de la Rome antique à l’Espagne moderne via la Perse médiévale » ou « La disparition du buffet de la gare, ou de la nostalgie gastronomique ». Chacun l’aura compris, les sujets sont pointus, finement sélectionnés, ciselés pour distiller une information rare, voire unique. Papilles est une revue de haute qualité comme il en existe peu. Nul effet de mode, nulle accroche tape-à-l’œil, l’ambition est de lire, d’apprendre, de pénétrer dans des univers inconnus en abordant des thèmes disparates et volontairement décalés.

Couverture de la revue Papilles, n°44, dont le thème est : « Les transports de la table »

Sobre, d’un format agréable, illustrée simplement, la revue valorise au maximum la qualité des écrits. Une pétite érudite, mais néanmoins abordable pour les gourmets et les gourmands curieux et ouverts sur le monde.


En savoir plus

www.bibliothequesgourmandes.com


Franck Pinay-Rabaroust

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Comment peut-on avoir autant de pouvoir en étant aussi incompétent ? J’ai eu en face de moi un amateur. Je me suis levé pour quitter la pièce et il est revenu me chercher au moment où j’allais passer la porte du bureau. La nouvelle direction du Michelin n’a pas le niveau d’un Bernard Naegelen (Directeur du guide Michelin jusqu’en 2000, ndlr) »

_________

Marc Veyrat au sujet de son entretien avec Gwendal Poullenec à la suite du retrait de sa troisième étoile dans les colonnes du Point / Lire l’article

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...