No-show, comment lutter ?

Le fléau des restaurateurs s'appelle no-show. Un anglicisme un peu vilain pour des clients très vilains, qui n'honorent pas leurs réservations. Les chefs, désemparés face à des tables vides...
Le fléau des restaurateurs s'appelle no-show. Un anglicisme un peu vilain pour des clients très vilains, qui n'honorent pas leurs réservations. Les chefs, désemparés face à des tables vides en plein service, ont désormais quelques armes pour contre-attaquer. René Redzepi leur a fait un doigt d'honneur. En 2012, le cuisinier danois a posté une photo des membres de son équipe levant leurs majeurs à destination des clients de deux tables, réservées et restées vides. Le chef du Noma, qui était alors pour la troisième fois désigné Meilleur restaurant du monde (classement 50 best), est représentatif de l'exaspération de tous les restaurateurs face aux no-shows. Ces réservations non-honorées représentent un important manque à gagner, sans parler de la nourriture gaspillée. René […]
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula +. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula +, Abonnement mensuel Atabula + ou Abonnement annuel étudiant. Pour des abonnements groupés, contactez-nous par mail (contact@atabula.com) ou par téléphone (0143152617)

LES PRIX ATABULA


LA PLATEFORME ATABULA


ATABUL'À TABLE