Le groupement de distributeurs indépendants Intermarché mise sur le numérique et l’expansion de son parc de magasins pour gagner des parts de marché d’ici 2020, a-t-il annoncé mercredi. « Notre objectif pour 2020 est d’atteindre les 16% de part de marché » contre 14,5% actuellement, a déclaré Thierry Cotillard, président d’Intermarché alimentaire international, lors d’une conférence de presse.

Parmi ses axes de développement, Intermarché compte ouvrir 300 000 mètres carrés supplémentaires d’ici 2020, soit 125 nouveaux points de vente, tous formats confondus. Le groupement gère 2 389 magasins. Ce développement sera aux deux tiers axé sur les magasins de proximité (Intermarché Express), actuellement au nombre de 75. L’autre relais de croissance du distributeur sera le numérique. Intermarché veut réaliser 1 milliard d’euros de ventes e-commerce d’ici 2020, contre 350 millions actuellement. « Nous ne voulons pas un digital déconnecté du point de vente. L’idée est qu’il crée du trafic dans nos magasins », explique M. Cotillard.

100% des fruits et légumes seront Made in France d’ici trois ans

Pour cela, le groupe continuera à ouvrir des sites de « drive » (achats en ligne récupérés en magasin) mais va aussi développer les consignes de retrait alimentaire pour s’implanter sur de nouveaux lieux (gares, entreprises). Des tests sont en cours sur une dizaine de sites.

Par ailleurs, Intermarché veut lancer une place de marché en ligne (marketplace) non-alimentaire « d’ici une dizaine de jours ». « On va faire le métier d’Amazon, mais en y ajoutant la force de notre réseau de point de vente », déclare M. Cotillard. Enfin, le groupe veut renforcer l’attractivité de son enseigne, via de nouveaux concepts de magasins (60% du parc déjà transformé), mais aussi en mettant en avant sa spécificité de commerçant-producteur pour promouvoir une alimentation de qualité. Le groupement possède 62 sites de production en France.

Intermarché va travailler sur les marques propres (MDD), en révisant ses cahiers des charges pour réduire la présence de sucre, de sel ou de matières grasses, mais aussi tous les additifs et substances nocives. « D’ici 2020, tous nos produits à destination des enfants seront sans ingrédients négatifs », indique M. Cotillard. Par ailleurs, 90% des MDD Intermarché (contre 84% aujourd’hui) et 100% des fruits et légumes seront Made in France d’ici trois ans. « J’ai l’intime conviction que les enseignes qui s’en sortiront le mieux ne seront pas forcément celles qui pratiqueront les prix les plus bas mais celles qui porteront des convictions sociétales fortes », déclare le dirigeant. Le groupement Intermarché a réalisé un chiffre d’affaires de 28,7 milliards d’euros en 2016.


AFP / © Fred Tanneau


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.