Supplément gratuit chez Paul : une crotte de souris dans le sandwich

Paul, quelle belle enseigne ! Déjà critiquée très vertement sur Atabula dans une lettre ouverte, cette dernière ne cesse de nous surprendre. Dernière surprise en date : une jolie petite crotte...

Paul, quelle belle enseigne ! Déjà critiquée très vertement sur Atabula dans une lettre ouverte, cette dernière ne cesse de nous surprendre. Dernière surprise en date : une jolie petite crotte de souris dans un sandwich. Un supplément gratuit, et fortuit, qui a secoué celle qui a croqué dedans. Résultat : vomissements, eczéma et détour par l’hôpital le plus proche. Tout cela s’est déroulé mercredi 19 avril, à Créteil, en région parisienne.

Certes, les souris sont légion dans les restaurants mais la boutique Paul de Créteil n’en est pas à son premier mammifère rongeur. Déjà il y a quelques années, une vidéo montrant une souris se baladant entre les quiches et les sandwichs avaient fait hurler la toile.

Depuis mercredi, le groupe Paul s’est excusé, a proposé d’offrir un nouveau sandwich à la cliente malade (sic) et a fait dératiser la boutique.

Paul et son fondateur ne cessent de faire parler d’eux… en mal. Récemment, Francis Holder a annoncé en vidéo son soutien à François Fillon, en se présentant comme « l’ambassadeur des 14 000 personnes » de l’entreprise Paul. Les salariés ont peu apprécié la manœuvre politique. Pas plus que le fils, David Holder, patron de Ladurée. Dans un communiqué, ce dernier précisait que jamais il « ne prendra position politiquement au nom des employés de la Maison Ladurée ». Chez Paul comme chez Fillon, certains rats ont quitté le navire. Mais, manifestement, pas les souris.


Sur le même sujet

Coup de gueule – Cher Paul…


Franck Pinay-Rabaroust / © Sebastian Duda


Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Si on avait ébauché le sujet en montrant qu’ils pouvaient être à l’origine de produits qui allaient améliorer la santé humaine, les gens auraient compris l’intérêt des OGM ! La génétique moderne et notamment le Crispr-Cas permettent d’effectuer des changements ciblés sur des gènes. Certains gènes de la tomate sont par exemple très bénéfiques pour augmenter le taux d’antioxydants dans le fruit, mais ils ne sont pas exprimés, car la plante n’en a pas besoin. On peut maintenant réveiller ces gènes, dans une optique de bienfaits de santé pour les humains. Il faut prendre le meilleur de l’agriculture traditionnelle et biologique et le meilleur de la science moderne, sans rien exclure. »

_________

Louise Fresco, ex-dirigeante de la FAO et aujourd’hui présidente de la Wageningen University & Research (Pays-Bas) interrogée au sujet de l’alimentation dans les colonnes du Point. / Lire l’entretien sur Le Point

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...