Atelier Sarrasin : la marque de biscuits qui veut du sarrasin 100% français

ATABULA, MENTOR FOOD DE LA PLATEFORME KISSKISSBANKBANK Régulièrement, Atabula met en avant des projets « food » innovants, engagés, indépendants, des initiatives qui correspondent à l’identité du média Le projet à...

logo-2x-a40347204457f7578af003b7c1eee9e7ATABULA, MENTOR FOOD DE LA PLATEFORME KISSKISSBANKBANK


Régulièrement, Atabula met en avant des projets « food » innovants, engagés, indépendants, des initiatives qui correspondent à l’identité du média


Le projet à soutenir


Il y a deux ans, Benoît et Nicolas poussent les portes d’une petite biscuiterie familiale en Bourgogne où ils découvrent un savoir-faire unique autour de la farine de sarrasin. C’est ainsi qu’ils rebaptisent l’affaire Atelier Sarrasin. Mission : faire découvrir le « blé noir » au plus grand nombre à travers leurs biscuits bio salés et sucrés. La grande majorité du sarrasin consommé en France étant actuellement importé de l’étranger, ils souhaitent aujourd’hui passer à l’étape suivante et planter du sarrasin sur leurs terres bourguignonnes afin de proposer une farine 100% française.

A l’heure où nous écrivons ces lignes, l’objectif de 8 000 euros a déjà été atteint mais il reste 21 jours au duo pour parvenir à leurs nouveaux paliers.


SOUTENIR LE PROJET


 

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

« Le Burkina Faso n’est pas le seul pays qui doit faire face à ce double fléau. Dans toute l’Afrique subsaharienne, les gouvernements nationaux sont confrontés à des transformations majeures du régime alimentaire des populations, avec des pénuries d’aliments de base traditionnels et une disponibilité de plus en plus grande d’aliments transformés, option pratique et parfois peu chère. »

_________

Le plaidoyer d’Armand Béouindé, maire de Ouagadougou (Burkina Faso, Afrique) dans les colonnes du Monde pour inciter les villes africaines à s’engager dans une lutte contre la malbouffe. / Lire l’article

  • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

    Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...