Soyons clairs : la plupart des vignerons qui travaillent bien la vigne ne s’embarrassent pas des labels. D’abord parce qu’ils ne veulent pas se mettre des contraintes inutiles sur le dos, ensuite parce que cela coûte un petit peu d’argent (pour des contrôles parfois très aléatoires), enfin parce qu’ils vendent toutes leurs quilles sans avoir besoin de prouver quoi que ce soit à qui que ce soit, si ce n’est que cela « goûte » bien. Néanmoins, les labels existent et ils ne sont pas (totalement) fait pour les chiens. Tour d’horizon (rapide) de ce que vous pouvez trouver comme logos sur les bouteilles.


Bio

Le logo AB

Il est bien sûr le signe distinctif le plus connu, réservé à l'agriculture biologique. Il peut être associé au logo européen qui est représenté par une feuille constituée d'étoiles. Celui-ci est obligatoire sur tous les produits alimentaires pré-emballés d'origine européenne depuis 1993. Une différence avec le logo français, qui peut être utilisé de manière facultative.


La mention Nature & progrès

Moins connue, cette mention émane pourtant de l'une des plus anciennes organisations de l'agriculture biologique en France et en Europe. C'est une marque associative privée, dont l'utilisation est permise par un cahier des charges strict, plus exigent que celui de l'Union européenne. Pourtant, une mention "Nature & Progrès" n'apporte pas une certification "agriculture biologique".

Biodynamie

En viticulture, la biodynamisme consiste à considérer le vignoble comme un organisme vivant, dont les besoins naturels doivent être pris en compte. Les vignerons opérant en agriculture biodynamique prennent en compte l'influence magnétique de la terre, mais aussi celle de la lune et du soleil. Ils soignent la vigne à l'aide de décoctions naturelles.

Le logo Demeter

Demeter est la marque la plus connue pour repérer les vins biodynamiques. Créé en 1932, Demeter est relayé dans 53 pays et n'est attribué qu'aux productions agricoles qui respectent les principes de la biodynamie lors de la culture, mais aussi au moment de la transformation des produits. Généralement, le caractère du terroir des vins biodynamiques est très affirmé. Ils ont une vraie typicité. Avant d'être certifié Demeter, un vin doit d'abord décrocher le label bio. Pour autant, la certification est plus strict. En bio, on autorise par exemple l'utilisation de la gélatine ou du phosphate d'ammonium, ce qui n'est pas le cas pour Demeter.

Le label Biodyvin

Il faut au moins quatre années de culture biodynamique pour décrocher le label de ce syndicat créé en 1995. Celui-ci compte aujourd'hui 103 domaines en France et 2 en Allemagne. Les vins estampillés du label Biodyvin doivent obligatoirement avoir décroché le logo AB. Quant au cahier des charges, les conditions sont résumés simplement : "aucun ajout, aucun retrait, aucune modification".

Vin nature

La définition du vin nature n'est pas encore officielle puisque chaque association qui oeuvre pour un vin "100% raisin" définit ses propres règles. Pour autant, les vignerons qui revendiquent ce type de production indiquent ne pas ajouter de sulfites, qui permettent de stabiliser le vin. Celles-ci que l'on connaît mieux sous les noms de souffre ou de CO2 peuvent être utilisées à différentes étapes de l'élaboration d'un vin. Les producteurs en utilisent aussi bien pour nettoyer les cuves que pour arrêter la fermentation des levures, par exemple. A noter que la boisson en contient aussi naturellement.

La mention AVN

AVN comme l'Association des vins naturels. C'est l'identité la plus remarquée pour distinguer les vins natures. Les vignerons doivent y souscrire pour en être membre. Ces derniers ont pour principe de refuser l'utilisation de molécules issus de la chimie de synthèse. L'association défend le principe d'un vin réalisé artisanalement et veut être une "alternative à l'uniformisation du goût". Selon l'organisme, l'un de ses rôles est aussi d'informer les consommateurs sur les principes du vin nature.

Les vins S.A.I.N.S

L'association regroupe les vins "sans aucun intrant ni sulfite ajouté". Elle assure que les traces de soufre ne sont que naturelles. Le cahier des charges est drastique. Seule une vingtaine de vignerons peuvent se vanter de la mention "vins S.A.I.N.S".

Sur le même sujet

Le vin bio représente 8 à 12% de la production viticole mondiale

Les Suédois sont les plus grands amateurs de vin bio d’Europe

Vins bio : la qualité est là, la demande aussi !

Auteur

Rédaction Atabula, avec AFP Relaxnews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.