Le sprinteur Usain Bolt, qui vient de raccrocher les pointes, souhaite profiter de son temps libre pour valoriser la Jamaïque et sa gastronomie. Il n’a d’ailleurs pas attendu sa retraite sportive pour lancer sa chaîne de restaurants Usain Bolt's Tracks & Records. Laquelle devrait se développer dans les prochains mois, notamment au Royaume-Uni. Que mange-t-on en Jamaïque ? Réponses en quatre plats emblématiques.


Le jerk

Rien à voir avec le tube des années 1980 signé Thierry Hazard : le jerk est la version jamaïcaine du barbecue. En version porc ou poulet, la spécialité est l'une des découvertes culinaires les plus facilement identifiables. Des barils d'essence se trouvent une seconde vie le long des routes sur lesquelles sont installées des grilles. La viande est grillée et fumée lentement. Au préalable, elle est marinée dans une préparation à base de poivre, d'épices et de piments, ingrédients incontournables de la cuisine jamaïcaine. La spécialité ne manque pas de figurer au menu des établissements de la chaîne Usain Bolt's Tracks & Records. Le porc y est servi accompagné de patates douces et de bananes plantains frites. La recette est également adaptée aux crevettes.

Le jerk, version jamaïcaine du barbecue. La viande (porc ou poulet) est grillée et fumée lentement après avoir été marinée dans une préparation à base de poivre, d'épices et de piments.

Le "ackee and saltfish"

Ce plat n'est pas à la carte des restaurants du sprinteur. Et pourtant, il s'agit d'une des recettes les plus emblématiques de son île d'origine. Elle comprend en effet un fruit typique, le "ackee". Semblable au litchi, il provient d'Afrique de l'Ouest et a été introduit en Jamaïque au XVIIIe siècle. Dans le "ackee and saltfish", que les Jamaïcains préparent traditionnellement le samedi ou le dimanche, ou pour des occasions spéciales, le fruit est bouilli et associé à de la morue émiettée et préalablement dessalée. Tomates, épices et piments viennent relever le goût de la recette.

Semblable au litchi, le "ackee" vient d'Afrique de l'Ouest et a été introduit en Jamaïque au XVIIIe siècle. Dans le "ackee and saltfish", plat du week-end ou d'occasions spéciales, le fruit est bouilli et associé à de la morue émiettée et dessalée.

Le curry de chèvre

Cuisiné avec du mouton dans les restaurants d'Usain Bolt, le curry jamaïcain se prépare traditionnellement avec de la viande de chèvre. Une sauce à la mangue enrobe la chair de l'animal. C'est un plat mijoté, dans lequel on retrouve les incontournables piments jamaïcains. La population concocte le curry de chèvre pour des événements spécifiques. Sa recette est le témoignage de l'arrivée de la population indienne sur l'île, venue travailler en Jamaïque après l'abolition de l'esclavage.

Le "bammy", le pain jamaïcain

Le bammy est à la Jamaïque ce que le naan est à l'Asie centrale. Il s'agit d'un pain traditionnel confectionné à partir de farine de manioc. Les Jamaïcains peuvent s'en servir à la place des couverts pour déguster poissons et crustacés, qui sont l'une des richesses de la cuisine jamaïcaine. Cette spécialité, qui s'apparente davantage à une galette, est une recette pionnière de l'histoire jamaïcaine, puisque son existence remonte à l'époque précolombienne : les Arawaks, premier peuple (amérindien) de Jamaïque, en préparaient déjà.

Pratique

Tracks & Records

Auteur

Rédaction Atabula, avec AFP Relaxnews / © Paul_Brighton

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.