Ouvertures, fermetures, changements : les 60 tables qui bougent à Paris

Paris brûle-t-il ? Oui et de partout. Les fourneaux sont en mouvement, les chefs ont la bougeotte et les tables se démultiplient dans les 20 arrondissements de la capitale. Atabula a déniché plus de 60 mouvements, entre les menus et grands changements, les ouvertures et les rumeurs (il y a du lourd). Pour savoir de quel bois se chauffent les fourneaux parisiens, un article à dévorer jusqu’au bout !


[divider]ÇA BOUGE[/divider]

Nouvelle décoration au Pur’, restaurant étoilé du Park Hyatt tenu par le chef Jean-François Rouquette

Liza Paris (2e arr.)

Dès la rentrée, Liza invitera Omar Koreitmer, le chef du très acclamé coffee-shop parisien Mokonuts. Il prendra possession des cuisines du restaurant et « proposera un menu inédit ». Ouverture programmée en septembre (14 rue de la Banque,2e arr.)

Stohrer change de mains (2e arr.)

La pâtisserie historique Stohrer, qui se targue d’avoir inventé le baba au rhum, a été reprise par la famille Dolfi, qui tient déjà la chocolaterie A La Mère de Famille. Le bouillonnant chef pâtissier de la maison, Jeffrey Cagnes, est chargé de donner un coup de fouet à cette adresse qui génère l’un des plus gros chiffres d’affaires de la place de Paris (51 Rue Montorgueil, Paris 2e arr.)

Nouvel écrin au restaurant Pur’ du chef Jean-François Rouquette (2e arr.)

Grand lifting estival pour le restaurant étoilé du chef Jean-François Rouquette. Le célèbre architecte américain Ed Tuttle et l’agence Indigo Mauer ont largement repensé la salle : nouveaux jeux de lumière, nouvelle décoration, nouvelle moquette (100% soie), nouveaux sons, nouvelles tables (plus grandes). Une table à (re)découvrir.

L’Ami Jean (7e arr.)

La table culte de Stéphane Jégo a profité de l’été pour renouveler complètement sa cuisine histoire de mieux la valoriser auprès des clients. Elle permettra également d’accueillir les curieux lors de cours et ateliers. Par ailleurs, le restaurant se double également d’une boutique en ligne pour développer les produits L’Ami Jean à emporter. Réouverture début septembre (27 rue Malar, 7e arr.)

Gaya mange la Ferme Saint-Simon (7e arr.)

D’après le Fooding, Pierre Gagnaire ferait migrer son Gaya Rive Gauche rive droite pour s’installer en lieu et place de la Ferme Saint-Simon (7e arr.) en s’associant à l’architecte-entrepreneur Marcelo Joulia (Unico, Virtus…)

Gâteaux Thoumieux change de mains (7e arr.)

Sylvestre Wahid et ses équipes ne s’occuperont plus de la Pâtisserie Thoumieux. Un autre pâtissier va prendre le relais (58 rue Saint-Dominique, 7e arr.)

Changement de chef aux Comptoirs du Médoc (9e arr.)

Gilles Demaure, jusqu’ici chef du restaurant L’Atelier du Goût à Bandol (Var), a repris les cuisines du restaurant Les Comptoirs du Médoc en lieu et place de Nicolas Tissier, ancien second de Jean-François Piège. Sera notamment proposée une expérience immersive avec des projections murales des vignobles du Bordelais.  Réouverture courant septembre (93, rue de la Victoire, Paris 9e arr.)

Jacques Faussat repense tout (17e arr.)

La perte de l’étoile a bouleversé l’ordre des choses au restaurant Jacques Faussat. Sous l’impulsion d’Anthony Hubault, de Gil Galasso et de quelques autres acteurs, le restaurant fait peau neuve, que ce soit sur la décoration ou sur l’identité culinaire. Pour les principaux intéressés, il s’agit quasiment d’un nouveau restaurant ! (54 rue Cardinet, 17e arr.)

Un chef pâtissier au Moulin Rouge

Passé par le Ritz, le Westminster ou encore le Scribe à Paris, Eric Barnerias rejoint l’équipe du restaurant du Moulin Rouge, animé par le chef de cuisine David Le Quellec. (82 boulevard de Clichy, 18e arr.)

Luc Pradal, nouveau chef du restaurant le Muselet

Aveyronnais autodidacte, Luc Pradal s’est formé à l’école de Thierry Marx avant de rejoindre le Mama Shelter puis Nomos de l’atypique Guillaume Sanchez. Depuis quelques semaines, il est la nouvelle toque du restaurant Le Muselet (48 rue Saint-Georges, 9e arr.)

Bénédicte Van der Motte, nouveau visage de l’hôtel Renaissance Arc de Triomphe

Formée auprès de Yannick Alléno et Eric Frechon, la Bordelaise Bénédicte Van der Motte a rejoint l’hôtel Renaissance Arc de Triomphe, dans le giron du groupe Mariott International (39 avenue de Wagram, 17e arr.)

Clément Leroy quitte Chantilly (Oise)

Le chef Clément Leroy quitte La Table du Connétable à Chantilly (Oise). Selon Gilles Pudlowski, l’ancien second de Guy Savoy partirait du côté de Londres dans un établissement doublement étoilé avec son épouse chef pâtissière. Clément Leroy avait glané rapidement une étoile à Etoile-sur-Mer (17e arr.), mais quand le guide est sorti, l’établissement avait déjà fermé. Là, rebelote : à peine un an après l’ouverture et une étoile Michelin plus tard, le chef s’en va…

 L’Escargot 1903 change de toque (Hauts-de-Seine)

Suite à des différends de vision avec le propriétaire de l’Escargot 1903 à Suresnes, le prometteur Paolo Boscaro quitte l’établissement mi-septembre. Il devrait être remplacé par Alexandre Léard, adjoint de Nicolas Sale au Ritz passé par l’hôtel Bristol à Paris (18 Rue Charles Lorilleux, Puteaux – Hauts de Seine)

[divider]ÇA VIENT D’OUVRIR[/divider]

Salle du restaurant Mumi (1er arr.) qui a ouvert juste avant l’été

Mumi (1er arr.)

Ouvert juste avant la longue coupure estival, Mumi a été ouvert par Yhibault Passinge, ancien manager et sommelier du restaurant Porte 12 (tenu par Vincent Crepel). Derrière Mumi (contraction de Museum Mile, le quartier des musées de New York) se cache une table contemporaine qui met l’accent autant sur la qualité des assiettes que sur la beauté des arts de la table. L’une des tables à découvrir à la rentrée (14 rue Sauval, 1er arr.)

Feu (1er arr.)

Ancien du Taillevent et du George V époque Philippe Legendre, Romain Marzet a ouvert en juillet son enseigne de “bistronomie nomade” soit des plats et salades originaux à découvrir sur place ou à emporter. L’adresse fait rôtisserie le reste de la journée  (54 rue de l’Arbre Sec , 1er arr.)

La Condesa (9e arr.)

Le chef Mexicain Indra Carrillo se lance à son compte dans quelques jours avec son restaurant La Condesa. Un lieu de 24 couverts avec un menu carte blanche en quatre ou six plats. Âgé de 29 ans, Indra Carrillo a notamment travaillé à la Maison Rostang, chez Paul Bocuse à Collonges, au Meurice avec Yannick Alléno, Eric Frechon au Bristol ou encore à l’Astrance aux côtés de Pascal Barbot.  Ouverture début septembre (17 rue Rodier, 9e arr.)

Eels (10e arr.)

Il n’a ouvert que le 18 juillet dernier que déjà Adrien Ferrand, disciple assumé de William Ledeuil (KGB), fait parler de lui auprès du Tout Paris à fourchette. Le guide Gault & Millau, qui lui a décerné un titre de Jeune Talent de l’année en 2015, lui a déjà mis 13/20 (27 Rue d’Hauteville, 10e arr.)

Pierre Hermé dans le Marais (4e arr.)

Mi-août, le Picasso de la pâtisserie a ouvert un espace de 85 m2 signé par l’architecte Jeff Van Dyck. « Nous souhaitions mettre en place un concept intégrant le client au cœur des créations de Pierre Hermé » indique dans le communiqué de presse Van Dyck. Un très gros projet signé Hermé devrait voir le jour prochainement sur Paris. (18, rue Sainte Croix de la Bretonnerie 75004 Paris)

Bistro Brute (8e arr.)

Nouvel acteur de la scène bistronomique parisienne, le Bistro Brute a ouvert en août. En cuisine, Michael Poyault, ancien chef du restaurant Jean passé par chez Fauchon, au Mandarin Oriental et Garance à Paris (36 rue de Berri, 8e arr.)

Kitchen Ter(re) (5e arr.)

Ouverte juste avant la trève estivale, la troisième table du chef William Ledeuil fait dans la pâte de haute volée / Lire la critique d’Atabula (26 boulevard Saint-Germain, 5e arr.)

Restaurant Baltard au Louvre (1er arr.)

Nouvelle table cornaquée par le duo Vincent Sitz et Laurent Fréchet (Pirouette, Zébulon, La Villa Corse) qui a ouvert ses portes au début de l’été. La recette est la même : de la cuisine bistrotière tendance « gastro ». En cuisine, le chef belge Ewout Vranckx en provenance du Pur (Paris) / 9 rue Coquillère – Paris 1er arr.

Breizh Café Odéon (6e arr.)

Bernard Larcher enchaine avec une nouvelle adresse Carrefour de l’Odéon. L’adresse – qui propose de délicieuses crêpes inventives, notamment sous la forme de maki – a ouvert quelques semaines avant la trêve estivale.

Crêperie Bisou (2e arr.)

En août a été discrètement lancée Bisou Crêperie, adresse qui se veut “néo-crêperie” avec des recettes originales, produits sourcés et cidres à boire dans des verres à pied (62-64 passage des Panoramas 2e arr.)

Carbón (3e arr.)

Après quelques retards sur le programme initial, le restaurant Carbón a ouvert ses portes le 20 juillet. Cuisine au feu de bois esprit argentin, bar à cocktails, hamburgers et empanadas sont au programme de cette table dans la très active rue Charlot (14 rue Charlot, Paris 3e arr.)

[divider]ÇA VA OUVRIR[/divider]

Cédric Grolet va ouvrir une boutique à son nom à Paris

Boutique Cédric Grolet – Le Meurice (1er arr.)

Il l’avait confirmé à Atabula en mars dernier : le chef pâtissier star du Meurice rue de Rivoli va ouvrir à son compte avec le concours de son employeur, à deux pas de l’hôtel, rue de Castiglione. Date d’ouverture non précisée.

Alain Ducasse : Spoon et compagnie (2e arr.)

En lieu et place du Terroir Parisien de Yannick Alléno au Palais Brongniart, Alain Ducasse va ouvrir un Spoon, enseigne historique des années 90. Le Monégasque a d’autres projets dans les tuyaux pour Paris, notamment à la gare Montparnasse. Il se murmure également que la situation de la brasserie Champeaux ne serait pas au mieux (Spoon au Palais Brongniart, 25 place de la Bourse, 2e arr.)

Foodmarket au BHV (4e arr.)

Nouvel espace alimentaire de 250 m2 au BHV Marais, le Foodmarket accueillera tous les six mois des enseignes de restauration en take away dans ses six kiosques dédiés. Ouverture 04 septembre 2017 (52 Rue de Rivoli, 4e arr.)

Gérald Passédat au Lutétia (6e arr.)

C’est bien le chef Gérald Passédat, trois étoiles au Petit Nice et qui développe fortement ses activités (Albertine, MuCEM, Château Lacoste…), qui va réaliser la carte de la brasserie du Lutétia. Ouverture prévue en 2018 (45 boulevard Raspail, 6e arr.)

Anima, nouvelle table signée David Lanher (6e arr.)

Nouvelle table pour le “serial restaurateur” David Lanher au 78 de la rue du Cherche-Midi. En italien, “Anima” signe “âme”. Ouverture 7j/7, belle hauteur sous plafond, four à bois, cadre léché et une carte qui reste encore à dessiner. Mais le talent de David Lanher n’est plus à prouver pour séduire.

Yoshinori Restaurant (6e arr.)

Une ouverture dans le 6ème arrondissement « à la cuisine gastronomique française » qui devrait faire parler d’elle… C’est que le chef Yoshi Mori, ancien du Petit Verdot et de l’Auberge du 15, est porté aux nus par de solides foodies.  Ouverture à l’ automne 2017 (18 Rue Grégoire de Tours, 6e arr.)

Al Dente la Casa (7e arr.)

La marque de pâtes Al Dente La Salsa ouvre son corner au sein du Bon Marché du 6 septembre au 22 octobre 2017. Il s’agira d’une sorte de bar italien où il sera possible de déjeuner et même de petit-déjeuner. Ouverture du 6 septembre au 22 octobre 2017 (24, rue de Sèvres, 7e arr.)

Restaurant Tosca à l’hôtel Splendide Royal (8e arr.)

Sous la houlette du chef étoilé italien Michelino Gioia, l’hôtel Splendide Royal Paris va se doter prochainement d’un restaurant chic.  Ouverture début septembre (18 rue du Cirque, 8e arr.)

Flagship Café Pouchkine (8e arr.)

Le Café Pouchkine voit les choses en grand avec un espace emblématique place de la Madeleine prévu pour début novembre. Trois étages où les curieux pourront venir déguster sucré et salé tous les jours de 9h à minuit. La partie desserts est gérée par la nouvelle chef pâtissière de la maison, Nina Métayer, ex-hôtel Raphaël et Jean-François Piège au Grand Restaurant. Côté brasserie, la carte devrait être signée par un chef étoilé français (Place de la Madeleine, 8e arr.)

Le Yacht Club (9e arr.)

L’équipe du restaurant Les Niçois se lance dans une nouvelle aventure avec ce restaurant-bar-club dans le 9ème arrondissement qui remplace l’ex-table étoilée Jean et mettra à l’honneur la cuisine de la Méditerranée. Ouverture courant septembre (8 rue Saint Lazare, 9e arr.)

Corn’r (9e arr.)

Enseigne fast-good 100% maïs lancée par le chef Julien Duboué (A Noste), Corn’r rempile avec un second point de vente au 65 rue du Faubourg Poissonnière mi-septembre.  Ouverture mi-septembre (65 rue du Faubourg Poissonnière, 9e arr.)

Wagamama débarque à Paris (9e arr.)

Avec 170 restaurants à travers le monde, la chaîne panasiatique Wagamamma est un porte-étendard de la culture culinaire de l’Asie notamment en Angleterre où l’enseigne concentre ses efforts. Courant octobre, elle débarque à Paris avec un établissement au design épuré. Ouverture courant octobre 2017 (12 place de Budapest, 9e arr.)

Un Eclair de Génie dans la Gare du Nord (10e arr.)

Annoncée depuis plus d’un an, la boutique Eclair de Génie de Christophe Adam devrait voir le jour prochainement dans la Gare du Nord.

Anna (10e arr.)

L’équipe de Tannat, néobistrot de l’avenue Parmentier, se dédouble avec le restaurant Anna dans le 10ème arrondissement de la capitale qui mettra en avant une « nourriture de partage ». Churros de poulpe et bonite séchée, poireaux en croûte de sel, frites de polenta et mayo harissa, homard bleu-avocat grillé et lotte coco citronnelle seront de la partie. Ouverture début octobre / 10e arr.

Un nouveau Petit Cambodge (10e arr.)

Un nouveau restaurant Petit Cambodge (Alibert et Beaurepaire) verra prochainement le jour sur Paris

Ouverture de la Maison Bréguet (11e arr.)

Encore un autre projet pour David Lanher qui va ouvrir un hôtel-restaurant. Quelque 50 chambres pour ce futur hôtel cinq étoiles et 100 couverts pour ce qui devrait être une “brasserie urbaine”. Cadre étudié comme toujours avec le maitre des lieux (toit coulissant, verrière…). Ouverture à la mi-novembre (Rue Bréguet, 11e arr.)

Une nouvelle table pour Mathieu Pacaud (16e arr.)

Après avoir ouvert Histoires (2 étoiles Michelin) et Hexagone (1 étoile Michelin) au 85 avenue Klébert (16e arr.), Mathieu Pacaud ouvre un troisième restaurant à la même adresse. En fait, c’est l’ancien bar (rez-de-chaussée) qui va évoluer et proposer une nouvelle offre. L’assiette devrait y être plus simple que les tables étoilées. Ouverture à l’automne. D’autres projets seront prochainement annoncés par Mathieu Pacaud, en France et à l’étranger (85 avenue Kléber, 16e arr.)

The Little Italy (17e arr.)

Et une nouvelle enseigne italienne moderne, une ! Au programme de The Little Italy, une offre 100% transalpine avec pâtes conçues sur place, pizzas au four maison et autres foccacia burgers. Ouverture mi-septembre (5, place de Clichy, 17e arr.)

Wim à Table (17e arr.)

Elève de la sphère d’Alain Ducasse, Wim Van Gorp ouvre fin septembre Wim à Table, un restaurant de 40 couverts où la moitié des clients sera invitee à déguster les assiettes au bar. Plats entre 4 et 9 euros, cocktails à partir de 40. Ouverture fin septembre (9 rue des Moines, 17e arr.)

Loge Thélème (17e arr.)

Annexe de la table étoilée La Scène Thélème animée par le chef Pierre Rigothier, la Loge Thélème proposera des petits déjeuners, sandwichs, salades, plats cuisinés, planches apéritives, gâteaux et pâtisseries. Ouverture courant septembre (13 rue Troyon, 17e arr.)

Bouillon Pigalle  (18e arr.)

Déjà à l’œuvre avec la Brasserie Barbès ou l’Hôtel Providence, la famille Moussié lance sa nouvelle adresse, Bouillon Pigalle. Soit, à partir de septembre, un lieu de 300 couverts à la déco moderne qui compte redessiner le « bouillon » d’hier. Les boissons couleront à la verse et la carte sera nourrie de plats parisiens typiques. Ouverture début septembre (22, boulevard de Clichy, 18e arr.)

Restaurant de Baptiste Day 

Le Breton Baptiste Day (ex-Arpège et Astrance), qui secondait jusqu’à présent Tatiana Levha dans son restaurant Servan, prévoit de s’installer à son compte au début de l’automne. 

Severo Rive Droite

Les carnassiers de la rive gauche et du quartier de la rue Daguerre connaissent l’adresse depuis très longtemps : énormes pièces de viande, frites et bonnes bouteilles de vin (addition souvent lourde). D’après nos informations, il devrait y avoir un second Severo, rive droite ce coup-ci. Ouverture prévue en octobre.

Chez Elle

Céline Pham – ex de Ze Kitchen Galerie, Saturne, Septime – devrait ouvrir sa table d’hôte à partir du 1er octobre. Son nom : « Chez Elle ».

Les bistrots d’Hakim Gaouaoui dans la banlieue ouest de Paris 

Roi de l’ouest de la banlieue ouest de Paris avec les restaurants L’Escargot 1903, Saperlipotte, Ma Caille ou encore Là-haut, Hakim Gaouaoui va ouvrir dans les prochaines semaines et mois deux adresses réglées par son conseiller externe Philippe Legendre (ex-chef de cuisine de Taillevent et du George V), l’une à Colombes, l’autre à Rueil-Malmaison (Hauts de Seine).

Foodentropie

C’est l’un des projets gastronomiques les plus excitants de cette année : le Château de Nanterre ou quand un ancien bâtiment industriel inscrit aux monuments historiques se transforme en laboratoire dédié à l’alimentation durable. Un lieu qui comprendra une ferme urbaine en permaculture, un incubateur de start-ups, des cuisines partagées et espace food court et événements (rencontres avec les producteurs, débats, projections…) ouvert à tous, géré par la start up Foodentropie. Associée à cette dernière, Alexia Soyeux, trentenaire jusqu’ici responsable marketing au sein de la Grande Épicerie à Paris. Ouverture deuxième quinzaine de septembre (4 Rue Becquet, Nanterre – Hauts-de-Seine)

Frédéric Duca revient à Paris

Après quelques années passées à New York, chez Racines NYC, le chef marseillais Frédéric Duca est de retour à Paris avec l’envie de faire sa cuisine ensoleillée, généreuse et gourmande. Avant de partir aux Etats-Unis, il avait glané une étoile au guide Michelin à l’Instant d’Or. Ouverture programmée premier semestre 2018.

[divider]LES FERMETURES[/divider]

Le restaurant Tondo, du chef Simone Tondo, n’aura tenu qu’une petite année.

Edmond (6e arr.)

Ouverte en juillet 2016 rue de Rennes, l’enseigne bio et sans gluten Edmond a fermé ses portes. Elle emporte avec elle le corner Panivanda imaginé par Akrame Benallal dédié aux panini. 

Loiseau Rive Droite (8e arr.)

Loiseau Rive Droite (ex-Tante Louise), géré par la famille Loiseau depuis le rachat de Bernard Loiseau en 1998, a été vendu au début de l’été à un couple de restaurateurs qui « souhaite valoriser la dimension bistrotière des lieux » indiquait mi-juillet à Atabula Ahlame Buisard, directrice générale de Bernard Loiseau SA.

Albion (10e arr.)

Le restaurant Albion va fermer ses portes le 29 septembre. L’équipe est actuellement à la recherche d’un nouveau local dans le centre de Paris. La même équipe devrait donc rouvrir un restaurant dans le même esprit. En lieu et place d’Albion s’installera un restaurant appartenant à une chaine de burger.

Tondo (12e arr.)

Ouvert en juin 2016 et annonce de sa fermeture une année après, Tondo, le restaurant du chef Simone Tondo, n’aura pas fait long feu.

[divider]ÇA SE DIT…[/divider]

Pierre Hermé devrait faire partie d’une fine équipe – de bouche – dans le projet du 68 rue du Bac.

Cuisine marocaine au Ritz ? (1er arr.)

Lu dans le Figaro, l’hypothèse d’une « expérience de table marocaine au cœur du Ritz imaginée par le second de Nicolas Sale ». A suivre…

Giuliano Sperandio débarque chez Big Mamma

Jusqu’ici fidèle bras droit du chef Christophe Pelé, d’abord à la Bigarrade puis au Clarence, l’Italien Giuliano Sperandio doit, selon nos informations, rejoindre le groupe Big Mamma animé par les détonnant et jeunes Victor Lugger et Tigrane Seydoux. Son expérience ne sera pas de trop alors que l’enseigne compte déjà six adresses à Paris et est annoncée pour chapeauter le volet restauration de l’immense campus startups imaginé par Xavier Niel.

Fermeture de Table Ronde ? (3e arr.)

Il se murmure que Table Ronde, restaurant de 16 couverts sans chef résident, pourrait fermer ses portes.  

Au Bascou, vers la fermeture (3e arr.)

D’après nos informations, le restaurant Au Bascou pourrait fermer ses portes. Le chef Bertrand Guéneron souhaiterait vendre.

Eric Frechon à La Marlotte (6e arr.)

Il se pourrait bien que le chef Eric Frechon continue son développement. Après Lazare et le Drugstore (sans parler d’Epicure), il se dit qu’il aurait jeté son dévolu sur La Marlotte, restaurant qui propose aujourd’hui une cuisine traditionnelle réalisée par le chef Gilles Ajuelos. A suivre.

Hermé, Alléno, Polmard et Marx à la même adresse (7e arr.)

Le projet semble bien avancé du côté du 68 rue du Bac. Dans le cadre d’un projet immobilier de grande ampleur, une très belle offre gastronomique devrait se mettre en place avec de beaux acteurs : un restaurant signé Yannick Alléno, une boutique Pierre Hermé, une boucherie Polmard et une boulangerie Marx (mais également un club de boxe). D’après nos informations, tout n’est pas encore signé mais les quatre acteurs cités devraient faire partie de l’aventure.

Apicius… (8e arr.)

Comme Atabula l’annonçait le 21 mai, le restaurant Apicius est à vendre et il se murmure qu’un nouveau chef serait prochainement annoncé. Mais les rumeurs sont actuellement contradictoires.

Giuliano Sperandio débarque chez Big Mamma

Jusqu’ici fidèle bras droit du chef Christophe Pelé, d’abord à la Bigarrade puis au Clarence, l’Italien Giuliano Sperandio doit, selon nos informations, rejoindre le groupe Big Mamma animé par les détonnant et jeunes Victor Lugger et Tigrane Seydoux. Son expérience ne sera pas de trop alors que l’enseigne compte déjà six adresses à Paris et est annoncée pour chapeauter le volet restauration de l’immense campus startups imaginé par Xavier Niel.

Le George V et Simone Zanoni en banlieue parisienne (8e arr.)

Selon nos informations, Simone Zanoni aurait racheté une maison dans les Yvelines où sera lancée à l’hiver une cuisine nouvelle génération où les riches clients du palace parisien pourront prendre des cours avec Simone Zanoni (chef du restaurant Le George au sein de l’établissement de l’avenue George V) et inviter leurs amis pour un repas. Une nouvelle expérience du luxe.

De grands noms attendus à la Défense (Hauts-de-Seine)

C’est l’un des projets dont on bruisse déjà vu l’aura des lieux, rien de moins que l’arche du quartier d’affaires de la Défense. L’enjeu ? Un duo cuisinier / pâtissier chargé d’insuffler du neuf à une zone peu portée sur le bien manger. Parmi les noms qui circulent actuellement : Yann Couvreur, Anne-Sophie Pic, Thierry Marx… Affaire à suivre. 

 

Salon de thé Fou de Pâtisserie

En plus de sa boutique en dur rue Montorgueil, le magazine à succès Fou de Pâtisserie compte faire sortir de terre cet automne un salon de thé éphémère pendant huit semaines dans un lieu parisien encore non dévoilé.

Alexandre Mazzia à Paris ?

Il se murmure que le chef marseillais Alexandre Mazzia, grand copain de l’humoriste franco-algérien Comte de Bouderbala, investirait les théâtres de ce dernier pour assurer la partie restauration. Affaire à suivre…

[divider]Auteurs[/divider]

Ézéchiel Zérah et Franck Pinay-Rabaroust / ©Marko Novkov

Haut de page