La prise de participation de 40% du Michelin dans le Guide Fooding surprend de nombreux commentateurs. Mais, paradoxalement, l’approche antinomique du monde de la gastronomie des deux guides les rend complémentaires. Mais cette prise de participation présente autant d’avantages que d’inconvénients pour les deux acteurs. Enjeux, décryptage et analyse. Mots-clés : Michelin, Guide Fooding, business, expérience client
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula +. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula +, Abonnement mensuel Atabula + ou Abonnement annuel étudiant. Pour des abonnements groupés, contactez-nous par mail (contact@atabula.com) ou par téléphone (0143152617)