Michel Trama : « Les Bouffons de la Cuisine peuvent devenir aussi importants que le mouvement des Enfoirés »

Depuis quelques jours, le petit monde de la gastronomie cause des « Bouffons de la Cuisine ». Rien de péjoratif dans ce qualificatif, au contraire. Dans l’esprit du fondateur de l’association,...

Depuis quelques jours, le petit monde de la gastronomie cause des « Bouffons de la Cuisine ». Rien de péjoratif dans ce qualificatif, au contraire. Dans l’esprit du fondateur de l’association, le bouffon est un homme de cœur. A ce titre, le cuisinier-bouffon doit venir en aide aux plus démunis. Entretien avec Michel Trama, chef doublement étoilé à Puymirol et tête de pont du projet.


Atabula – Drôle de nom pour une association. « Bouffons de la Cuisine », c’est quoi exactement ?

Michel Trama – Un bouffon est un homme de cœur, un homme qui a conscience de la nécessaire solidarité dans une époque qui en manque considérablement. Cette association veut porter la bonne parole et intervenir auprès des plus démunis et lutter contre l’exclusion sociale. J’aimerais que cela devienne un petit peu comme les Enfoirés. Le bouffon, c’est aussi une sorte de lanceur d’alerte. Les chefs peuvent et doivent jouer ce rôle-là.

Concrètement, quels projets seront portés par l’association ?

Le premier projet est de mettre en place dans les restaurants des tirelires pour permettre de proposer des repas pour les plus démunis à la fin de l’année. Nous espérons être présents dans quelque 30 départements et assurer des repas pour une centaine de couverts dans des lieux publics (mairie, salle des fêtes…) ou privés. Je l’ai fait l’an dernier à ma petite échelle, c’est possible !

Vous souhaitez mobiliser les chefs français ?

Absolument ! Et je peux vous assurer que, sans dévoiler les noms, la plupart des chefs deux et trois étoiles vont nous suivre dans l’aventure. Il y aura aussi des parrains prestigieux et des partenaires qui veulent nous suivre dans l’aventure.

[divider]Les missions de l’association des Bouffons de la Cuisine »[/divider]

→ Mettre en place des actions pour soutenir les plus démunis et participer ainsi à la lutte contre l’exclusion sociale,

→ Mettre en place des actions pour participer à rompre l’isolement dont est victime certains individus,

→ Créer des liens sociaux entre différents individus, de participer à leur insertion sociale et économique, en leur offrant l’accès à des repas gratuits d’une cuisine de qualité et traditionnelle française,De permettre la découverte et la promotion de la Cuisine Traditionnelle Française,

→ Promouvoir la connaissance du goût

→ Promouvoir le lien entre alimentation et santé,

→ Créer des espaces d’apprentissage au sein du secteur de la restauration, de l’hôtellerie et de l’environnement, De participer au respect de l’environnement par, notamment, la promotion des Terroirs

[divider]Auteur[/divider]

Propos recueillis par Franck Pinay-Rabaroust

Un commentaire
  • Tessier nathalie
    11 septembre 2017 at 3:24
    Laisser un commentaire

    Pourriez vous me donner les coordonnées de l associations les bouffons de la cuisine.
    Merci

  • Laisser un commentaire

    *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    « Le Burkina Faso n’est pas le seul pays qui doit faire face à ce double fléau. Dans toute l’Afrique subsaharienne, les gouvernements nationaux sont confrontés à des transformations majeures du régime alimentaire des populations, avec des pénuries d’aliments de base traditionnels et une disponibilité de plus en plus grande d’aliments transformés, option pratique et parfois peu chère. »

    _________

    Le plaidoyer d’Armand Béouindé, maire de Ouagadougou (Burkina Faso, Afrique) dans les colonnes du Monde pour inciter les villes africaines à s’engager dans une lutte contre la malbouffe. / Lire l’article

    • Un consommateur averti en vaut-il vraiment deux ?

      Il faut bien se rendre à l’évidence, l’être humain se doit de manger régulièrement et pour des raisons qui dépassent la simple gourmandise. Pour assouvir ce besoin vital, il lui faut se procurer des aliments au sein d’une société le plus souvent hyper moderne et organisée autour de l’idée...