Revue Le Rouge et le Blanc : ovni vino !

Pas de publicité, peu de couleurs et des lignes serrées pour des idées larges, le Rouge et le Blanc est une revue austère sur la forme. Mais passionnante sur le fond. Et cela fait presque 35 ans que ça dure (premier numéro en 1983). En totale indépendance, la quinzaine de contributeurs décident à l’unanimité des sujets à traiter dans le prochain numéro. « À chaque réunion, chacun vient avec ses idées, ses envies. On en discute, on argumente. Jamais on ne parle d’un vin qui n’a pas été goûté. Pire, on n’en parle que si nous sommes allés sur place, sur le terrain, pour comprendre qui fait le vin et d’où il vient » explique Jean-Marc Gatteron qui rédige pour la revue. Une telle déontologie est plus que rare dans le métier…

2500 abonnés et un demi-millier de numéros vendus en kiosque

Articles sur une appellation, sur un vin, quelques entretiens avec des personnalités qui oeuvrent dans l’univers du vin – un tonnelier, un botaniste… -, la revue est obsédée par son sujet : le vin. Peu importe qu’il soit bio ou conventionnel – même si, naturellement, le bio est très présent -, pourvu que le vin soit vrai. Aujourd’hui, le Rouge et le Blanc compte plus de 2500 abonnés et un demi-millier de numéros vendus en kiosque, pour un tirage global de 3800 exemplaires. Dans l’équipe, tout le monde est bénévole, clé de la pérennité du support. Quant aux profils, « il y a un peu de tout. Deux anciens journalistes, un ancien instituteur, un informaticien, une étudiante en ethnologie… ». Le recrutement ? « C’est de la cooptation. On se rencontre au hasard, souvent sur des dégustations. Quand ça accroche, on se revoit tous ensemble, on goûte et ça le fait ou pas » sourit Jean-Marc Gatteron.

Page de la revue Le Rouge et le Blanc

Pour ses 35 ans d’existence, la revue prépare un supplément spécial. Également dans les tuyaux, la refonte du site Internet et, pour fin 2018, la vente sur le web des archives. « Notre revue est à part, une niche qui s’agrandit doucement, avec de nouveaux abonnés plus jeunes et plus féminins. » assure Jean-Marc Gatteron. Comme quoi Le Rouge et le Blanc colle parfaitement à son époque. Lignes serrées, idées larges et indépendance, une recette rare mais salutaire pour la presse qui apporte un vraie quelque chose au débat.  

Pratique

Site Internet du Rouge et le Blanc - S'abonner

Sur le même sujet

Papilles : une revue très confidentielle et très réussie

Auteur

Franck Pinay-Rabaroust

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.