Les 10 projets olympiques du chef Alain Ducasse pour 2024
Advertisement

Les 10 projets olympiques du chef Alain Ducasse pour 2024

Les JO à Paris, Alain Ducasse en rêvait. Pour la France, pour Paris, pour lui ! Atabula a imaginé les 10 projets – restaurants, opérations, livres… – que le plus olympien des Monégasques pourrait mettre sur pied pour être le chef de file des JO 2014.

Mots-clés : Alain Ducasse, restaurant, Jeux olympiques, Paris, Tour Eiffel, Lucas Carton, Musée de la Marine, Ore


C’est l’occasion dont il rêvait. Pour Alain Ducasse, les Jeux Olympiques de Paris en 2024 sont de l’or en barre, une opportunité comme nulle autre. Lui le politicien ne peut que voir en ces jeux un tremplin politique idéal pour mettre en avant la gastronomie française et, cela va de soi, porter son nom au pinacle du talent culinaire hexagonal. Le porte-drapeau, c’est lui ! La preuve de son appétit olympique ? Sa présence à Lima avec toute la délégation française pour fêter la proclamation des JO à Paris, avec ses tablettes de chocolat et son pâté en croûte sous le bras. Le symbole est fort : le sport au sportif, la politique politicienne aux politiciens, la grande France gourmande et généreuse à lui ! Il a déjà commencé le boulot avec Laurent Fabius quand ce dernier logeait au quai d’Orsay, il entend bien le continuer avec les Jeux Olympiques.

Mais par-delà le politique, le Monégasque n’en oublie pas les affaires et les projets qui vont avec. Que va-t-il bien pouvoir faire sur la scène culinaire française pour incarner l’assiette française auprès des futurs sportifs, touristes, curieux, politiques et VIP du monde entier qui vont débarquer en France dans sept ans ? Atabula s’est amusé à imaginer tous les projets qui pourraient passer dans la tête d’Alain Ducasse pour incarner la Grande France. Essai de prospective politico-affairo-gastronomique non exhaustive et parfois farfelue. Mais sait-on jamais…

[divider]1/ La Tour Eiffel, le symbole haut perché[/divider]

Surtout ne pas perdre la Tour Eiffel. Véritable machine à cash pour Sodexo et Alain Ducasse – via la société Altima -, le Jules Verne doit rester dans le giron ducassien. Ce ne serait plus avec Sodexo mais avec le concurrent Elior qui a racheté 10% du groupe Alain Ducasse. Dans quelques mois, l’appel d’offres sera officiellement lancé et la guerre fait déjà rage. Le Monégasque en rêve déjà : le plus haut restaurant parisien, avec la plus belle vue sur Paris, qui réaliserait un menu spécial pendant les JO pour les VVIP, avec un immense drapeau représentant la grandeur française. Le rêve incarné.

[divider]2/ Le Lucas Carton, cuisine futuriste[/divider]

Ne nous cachons pas la face : Alain Ducasse s’active toujours pour racheter le restaurant de la Place de la Madeleine. Le propriétaire Vranken ne serait pas insensible aux propositions actuelles… Pour 2024, le Lucas, le groupe Ducasse pourrait y proposer une cuisine futuriste pour les athlètes du 22e siècle, dans un cadre totalement repensé et modernisé par le designer Noé Duchaufour-Lawrance. Pour l’occasion, le Lucas Carton serait renommé JOAD24.

[divider]3/ Le Spoon 9-3[/divider]

Ce n’est pas ni l’avenue Montaigne, ni la rue de Rivoli, mais Alain Ducasse s’est résolu à ouvrir une version populaire de son concept Spoon. La haute gastronomie c’est bien, mais le marché est restreint. Là, face au Stade de France, haut lieu des JO, il fallait une restauration qualitative mais accessible à tous. Le Monégasque franchit pour la première fois le périphérique et ose s’installer en Seine-Saint-Denis. Le nom est tout trouvé : Spoon 9-3.

[divider]4/ Riviera by Ducasse[/divider]

Alain Ducasse aime la Riviera, il l’a dit et écrit (un guide d’adresses consacré à Monaco et ses environs publié en 2011 au sein de sa maison d’édition). Depuis 1987, il chapeaute d’une main de maître son restaurant-ADN, le Louis XV à Monaco. Une affinité avec la Méditerranée qu’il pourrait vouloir mettre à profit lors des rencontres de football des JO au stade Allianz Riviera à Nice. Le futur restaurant Riviera by Ducasse pourrait proposer au public une version contemporaine des spécialités locales populaires qu’il affectionne : socca, pissaladière, soupe au pistou, pan bagnat, farçis et tourte de blettes. 

[divider]5/ L’Ore Olympique à Versailles[/divider]

Puisque la très bourgeoise Versailles accueille les épreuves d’équitation, Alain Ducasse ne peut pas ne pas être présent d’une façon ou d’une autre dans cette cité qui incarne la grande Histoire française. L’homme pourrait y ouvrir une table unique pour de grands dîners comme au temps du Roi pour des événements exclusifs… Ah, on me glisse à l’oreillette qu’Alain Ducasse a déjà ouvert un restaurant du nom d’Ore dans le château…

[divider]6/ Les grands festins à l’Hôtel de la Marine[/divider]

Le projet est déjà bien avancé : un restaurant de 110 couverts et un café au rez-de-chaussée, des ateliers de cuisine pour les petits et les grands, une librairie, des espaces de conférence, une boutique où l’on vendrait l’épicerie fine Alain Ducasse… À l’époque Fabius, le Monégasque voulait déjà rafler la mise de l’Hôtel de la Marine. Il faut dire que le bâtiment en impose et sa localisation – sur la place de la Concorde, non loin du Crillon, en fait un point de chute idéal. Ici, Alain Ducasse en ferait un point de rendez-vous incontournable. Ce serait sa vitrine populaire (avec son Spoon 9-3) et populeuse.

[divider]7/ L’assiette olympique by Ducasse et Elior[/divider]

Les JO, c’est pour tout le monde ! En restauration collective, Alain Ducasse et Elior vont lancer l’opération « L’assiette olympique by Ducasse et Elior » : une assiette gourmande, équilibrée, sportive et respectueuse bien sûr de l’environnement. Dans toutes les cantines, hôpitaux, écoles et autres lieux dont la restauration est assurée par Elior, l’assiette olympique sera proposée à un tarif très… compétitif !

[divider]8/ La restauration au village olympique[/divider]

Toujours avec Elior, et grâce à son relationnel hors norme, Alain Ducasse va assurer toute la restauration du village olympique. Les chiffres peuvent donner le tournis puisque les repas se comptent par millions pendant les jeux (voir articles chiffres). Pour assurer la production, Alain Ducasse sera aidé du groupe Elior. Seront proposés différents sandwichs – jambon-beurre en tête –, du snacking pratique et, à table, une carte simplifiée et raccourcie de la brasserie Champeaux des Halles.

[divider]9/ Opération Tous au Restaurant spéciale JO[/divider]

En partenariat avec La Fourchette – propriétaire de l’opération -, Alain Ducasse veut faire exploser la fréquentation des restaurants à Paris, mais également en France, grâce à l’opération Tous au Restaurant spéciale Jeux Olympiques. Plus haut, plus fort, plus gourmand, Alain Ducasse va proposer aux restaurateurs de mettre en place deux tarifs : pour la restauration étoilée, il va demander à ce que soit mis en place un menu unique à 202,4 euros (vins non compris) pour deux personnes. Dans les bistrots, il va lancer le tarif à 20,24 pour un plat unique (et pour une personne).

[divider]10/ Le livre : « Une santé olympique grâce au manger sain »[/divider]

Après son livre « Manger est un acte citoyen » publié en 2017, Alain Ducasse pourrait déjà s’atteler à son futur livre : « Santé olympique grâce au manger sain ». Préface de Teddy Riner et d’Anne Hidalgo. Le propos est évident : c’est le concept de naturalité mis à la sauce sportive. Evidemment, le livre fait… un tabac !

[divider]À lire également[/divider]

Jeux olympiques et restauration : il y aura du monde à table à Paris en 2024

[divider]Auteur[/divider]

Franck Pinay-Rabaroust / ©jcfeliu

Haut de page